Découvertes

10 supercars « youngtimer », de 250 000 à 4 000 000 €

Les supercars de cet article ont toutes plus de 15 ans. Et pourtant, elles gardent un énorme capital sympathie, lorsqu’elles ne sont pas tombées dans l’oubli. Je vous propose de partir à la (re)découverte de ces 10 modèles d’exception qui, s’ils n’ont pas des puissances à quatre chiffres, ont l’avantage d’être légers, d’avoir (souvent) un moteur V8 ou V12 atmosphérique et parfois même une boîte manuelle. Cocktail gagnant ? Passons en revue ces 10 sportives et notamment leur cote… Qui varie assez fortement ! Laquelle a votre préférence ?

1. Maserati MC12

Je vous propose de commencer cet article par une belle italienne, rare, pour ne pas dire invisible sur nos routes : la Maserati MC12. Seuls 50 exemplaires ont vu le jour entre 2004 et 2005… Ainsi que 12 versions Corsa en 2007.

Depuis le rachat de Maserati par le groupe Fiat, la marque au trident va mieux et peut ainsi développer de nouveaux modèles. C’est le cas de la MC12. Cette supercar, qui repose sur une base de Ferrari Enzo, affiche un design directement inspiré de la compétition. Le soin accordé aux détails est assez remarquable, avec une aérodynamique poussée où aucun élément n’est là par hasard. Vendue plus de 700 000 € entre 2004 et 2005, la MC12 fut produite à seulement 50 exemplaire avec une particularité : tous les modèles sont uniquement disponibles en blanc avec des bandes bleues. La mécanique de l’Enzo fut reprise mais avec quelques modifications, comme la puissance du V12 atmosphérique qui est maintenue à 630 chevaux, contre 660 pour la cousine italienne. La sonorité est envoûtante et la puissance est exclusivement distribuée par les roues arrière. Par rapport aux versions de compétition, des aides à la conduite (comme l’ABS et l’antipatinage) sont montés. De même, les disques de frein repassent en acier (contre du carbone-céramique pour les MC12 de course). Quant aux performances, elles sont saisissantes… En revanche, si acheter une Maserati MC12 imposera un chèque à 7 chiffres, il est toujours possible d’en rêver.

ModèleMaserati MC12
Moteur6.0 litres V12 atmosphérique
Puissance630 chevaux à 7 500 tr/m
Couple652 Nm dès 5 500 tr/m
Poids1 335 kg
TransmissionPropulsion
Boîte de vitesseAuto 6 rapports (séquentielle)
0 à 100 km/h3,8 secondes
Production2004 – 2005 • 50 exemplaires
Côte~ 1 800 000 €

2. Bugatti EB110

Poursuivons avec l’ancêtre des Bugatti Veyron et Chiron : la EB110. Celle-ci existe en 139 unités, dont 13 prototypes, 31 versions SS et 95 versions classiques. Pas moins de quatre turbos prennent place !

Pour célébrer le 110ème anniversaire d’Ettore Bugatti, la marque franco-italienne a réalisé la EB110. Cette supercar, qui fut vendue sans discontinuer de 1992 à 1995, a été tirée à 139 exemplaires. Chacune d’entre elle accueillant un moteur V12 aidé de 4 turbos développant 560 chevaux. Les quatre roues sont motrices et c’est une boîte manuelle à 6 rapports que l’on découvre. La Bugatti EB110 se caractérise par un style très avant-gardiste et l’usage de technologies issues de l’aéronautique. Elle utilise massivement du carbone et s’enrichit de portes en élytre qui ont la particularité d’être tirées légèrement avant de « monter ». Initialement, Bugatti envisageait des suspensions hydrauliques mais cela fut abandonné, tout comme les disques en carbone céramique. Spécifiquement pour la Bugatti EB110, Michelin avait créé des pneumatiques MXX3 particuliers. L’arrêt de commercialisation en 1995 correspond à la faillite de Bugatti, qui fut reprise en 1998 par le groupe Volkswagen, qui reprit alors ses quartiers à Molsheim. En revanche, il est assez difficile de trouver une Bugatti EB110 en occasion. Non seulement les prix affichés sont faramineux, mais tous les stocks de pièces détachées ont été vendus aux enchères.

ModèleBugatti EB110
Moteur3.5 litres V12 quadriturbo
Puissance560 chevaux à 8 000 tr/m
Couple611 Nm à 4 200 tr/m
Poids1 620 kg
TransmissionIntégrale
Boîte de vitesseManuelle 6 rapports
0 à 100 km/h3,5 secondes
Production1992 – 1995 • 95 exemplaires
Côte~ 1 000 000 €

3. Lister Storm

C’est une belle inconnue que je vous propose ici. La Lister Storm a participé à plusieurs compétitions automobiles, dont les 24 Heures du Mans, avec plus ou moins de succès. Quatre modèles routiers ont vu le jour mais seuls trois existent encore.

La Lister Storm évolue dans une catégorie assez unique. C’est le seul modèle 4-places de notre sélection. Lister a exercé, par le passé en tant que préparateur et même constructeur, avant d’abandonner cette deuxième activité. C’est finalement en 1993 que Lister renoue avec la construction avec la Storm. Le style est acéré, avec des lignes de caisse très fortes et massives. Elle était capable d’atteindre les 335 km/h, ce qui en faisait la voiture 4 places la plus rapide du monde, jusqu’à ce que la Brabus Rocket ne vienne récupérer ce titre, en 2006. Les performances sont relativement intéressantes que cette version route soit moins puissante que son homologue compétition, avec tout de même 546 chevaux ! Le moteur est un puissant V12 de 7 litres en position centrale avant. La Lister Storm fut produite à quatre exemplaires « route » afin de pouvoir être engagée en compétition. Les versions GTS et GTL ne connaitront que des échecs, notamment au Mans, à Sabring et à Daytona. Seule la GTM parviendra à atteindre des bons scores… Mais il est déjà trop tard en en 2006, Lister s’efface définitivement. Parmi les 4 exemplaires routiers, seuls trois existent toujours. L’un d’eux fut d’ailleurs vendu aux enchères dernièrement pour un prix plutôt raisonnable d’environ 250 000 €.

ModèleLister Storm
Moteur7.0 litres V12 biturbo
Puissance546 chevaux à 6 100 tr/m
Couple786 Nm à 3 450 tr/m
Poids1 438 kg
TransmissionPropulsion
Boîte de vitesseManuelle 6 rapports
0 à 100 km/h4,1 secondes
Production1993 – 1994 • 4 exemplaires
Côte~ 250 000 €

4. Mercedes CLK GTR

C’est sans aucun doute l’une des Mercedes les plus exceptionnelles qui existent ! La CLK GTR brilla sur circuit… Mais n’oublions pas les 20 versions coupés et 6 roadsters homologués sur route !

Cette voiture-là m’a toujours fait rêver. Quand on la regarde, on retrouve beaucoup de codes stylistiques que l’on pourrait retrouver sur une Mercedes Classe C ! La CLK GTR dispose d’un design incroyable et fascinant qui rappelle directement l’univers de la compétition. L’ACO (Automobile Club de l’Ouest) imposait pour la catégorie GT1, aux 24 Heures du Mans, une production minimum de 25 exemplaires routiers. C’est ainsi que la CLK GTR fut réalisée en quatre mois seulement ! Son moteur V12 est repris de celui d’une Mercedes S 600 réalésé à 6,9 litres pour afficher au total 612 chevaux. Finalement, elle fut vendue à 35 exemplaires au total, en incluant les deux prototypes, les versions course, les 20 coupés et 6 roadsters. Le prix de vente de 11 millions de francs en faisait la voiture la plus chère du monde ! Encore aujourd’hui, les cotes sont très élevées… Pour l’anecdote, en 1997, les 25 exemplaires imposés n’avaient pas été produits mais la FIA autorisa tout de même à Mercedes, la participation au championnat de la saison.

ModèleMercedes CLK GTR
Moteur6.9 litres V12 atmosphérique
Puissance612 chevaux à 6 800 tr/m
Couple775 Nm à 5 250 tr/m
Poids1 545 kg
TransmissionPropulsion
Boîte de vitesseAuto 5 rapports (séquentielle)
0 à 100 km/h3,8 secondes
Production1997 – 1998 • 20 exemplaires
Côte~ 4 000 000 €

5. Ferrari F50

La descendance de la Ferrari F40, la F50, fut produite à 349 exemplaires. C’est aujourd’hui un joyau inaccessible pour beaucoup. Mais quelle élégance. Sa remplaçante n’est autre que la Ferrari Enzo.

Remplaçant la Ferrari F40, la F50 est néanmoins un roadster ! Le concept, c’est d’en faire une Formule 1 adaptée à la route, en reprenant le savoir-faire de ce milieu très fermé. Il en découle des technologies de point, comme un châssis monocoque en matériau composite, une cellule de composé de kevlar et de carbone en nid d’abeille, le moteur fixé sur le berceau ou encore des suspensions de course. Il en découle une sonorité incroyable et surtout : pas le moindre soupçon d’aseptisation. Elle hérite d’un onctueux V12 atmosphérique qui envoie les 520 chevaux sur les roues arrière, avec une boîte manuelle à 6 rapports. Seuls 349 exemplaires ont vu le jour. Point amusant : pour remplacer l’embrayage ou intervenir sur le moteur, il est possible de détacher totalement le berceau arrière ! On retrouve quelques lignes de la F50 sur la Enzo qui a suivi.

ModèleFerrari F50
Moteur4.7 litres V12 atmosphérique
Puissance520 chevaux à 8 500 tr/m
Couple470 Nm dès 6 500 tr/m
Poids1 350 kg
TransmissionPropulsion
Boîte de vitesseManuelle 6 rapports
0 à 100 km/h3,8 secondes
Production1995 – 1997 • 349 exemplaires
Côte~ 1 200 000 €

6. Jaguar XJR 15

En matière de supercar Jaguar, on pense rapidement à la XJ220. Mais juste avant, il y avait la prestigieuse XJR 15. 50 exemplaires ont été édités entre 1990 et 1992. Et tous les ingrédients sont réunis pour en faire une voiture plaisir redoutable d’efficacité.

Le dessin de la Jaguar XJR 15 est signé par Peter Stevens, un célèbre designer qui réalisa quelques années après la McLaren F1. Revenons à notre belle anglaise. Ancêtre de la XJ220, celle-ci arbore une ligne très fluide, pas agressive et tout en courbe. Le châssis monocoque dispose de renforts en fibre de carbone permettant d’afficher un poids à peine supérieur à la tonne. Bluffant, quand on sait que l’on trouve en position centrale arrière un puissant V12 atmosphérique de 450 chevaux. Une puissance qui peut paraître modeste de nos jours pour une supercar… Mais le poids est sans commune mesure avec ceux que l’on trouve aujourd’hui ! Une partie du développement de la mécanique a été réalisée par Cosworth. On trouve par ailleurs une boîte manuelle à 6 rapports non synchronisés. 50 exemplaires seulement ont vu le jour entre 1990 et 1992. Le prix de vente moyen d’un bel exemplaire dépasse les 300 000 €.

ModèleJaguar XJR 15
Moteur6.0 litres V12 atmosphérique
Puissance450 chevaux à 6 250 tr/m
Couple569 Nm à 4 500 tr/m
Poids1 050 kg
TransmissionPropulsion
Boîte de vitesseManuelle 6 rapports
0 à 100 km/h3,9 secondes
Production1990 – 1992 • 50 exemplaires
Côte~ 350 000 €

7. Panoz Esperante GTR-1

Les supercars à moteur avant sont relativement rares sur le marché. Certains d’entre vous se souvienne peut être de l’éphémère passage de Panoz aux 24 Heures du Mans ? Le modèle qui a servi au développement de l’Esperante GTR-1 est un modèle (unique) homologué sur route.

La Panoz Esperante est un roadster sportif à moteur V8, vendu de 2000 à 2007, avec un style plutôt sage. Quelques années avant, L’Esperante GTR-1 affichait au contraire un style unique. Les lignes sont majoritairement courbes et sont même poussées à l’exagération. Mais au final, le style fonctionne carrément bien ! Avant d’aboutir à la réalisation du modèle de course, en 1997, il a été nécessaire de réaliser un prototype roulant et homologable. Un seul vit le jour, celle illustrée ci-dessus et qui fit l’objet d’une restauration en 2015. Elle accueille des jantes OZ Racing de 18 pouces de couleur doré, un V8 Ford préparé initialement pour le Nascar en position avant et un châssis intégralement en carbone qui aboutit à un poids très faible : 898 kg à vide ! Panoz avait fait le choix d’optimiser l’Esperante GTR-1 pour l’accélération plutôt que pour la vitesse de pointe. La sonorité ? Époustouflante. En revanche, cet unique exemplaire est inestimable…

ModèlePanoz Esperante GTR
Moteur6.0 litres V8 atmosphérique
Puissance640 chevaux à 6 500 tr/m
Couple699 Nm à 5 880 tr/m
Poids898 kg
TransmissionPropulsion
Boîte de vitesseAuto 6 rapports ZF
0 à 100 km/h3,3 secondes
Production1997 • 1 exemplaire
Côte/

8. Pagani Zonda C12

La toute première Pagani Zonda, la C12, fut vendue de 1999 à 2002, à seulement 5 exemplaires. Faut-il préciser que c’est aujourd’hui une voiture d’une extrême rareté ? Le style résolument avant-gardiste a plutôt bien vieilli.

Pagani, c’est avant tout l’histoire d’un homme. Horacio Pagani a toujours voulu réaliser sa propre supercar, dessinée par ses soins. Son entreprise voit le jour en 1988. Il participe alors à différents projets, notamment chez Lamborghini, avant de se consacrer à son propre modèle. La Pagani Zonda a une ligne assez fascinante et unique ! La toute première version , la C12, remonte à 1999. Elle fut développée en partenariat avec Juan Manuel Fangio, le célèbre pilote. D’ailleurs, la Zonda devait initialement reprendre le nom du pilote. Son décès survenu en 1995 orienta finalement le nom vers Zonda. Celle-ci dispose d’un puissant V12 atmosphérique mis au point par Mercedes. Cinq exemplaires C12 virent le jour. La première fut restaurée et présentée à Genève en 2019. Les performances sont assez impressionnantes avec le 0 à 100 km/h en 4,2 secondes. Comptez un minimum de 300 000 € pour acquérir une Zonda C12… Mais le plus difficile sera certainement d’en trouver une à la vente. La C12-S, qui arriva peu de temps après, améliore encore les performances grâce à un V12 de 7 litres, contre 6 litres pour la C12.

ModèlePagani Zonda C12
Moteur6.0 litres V12 atmosphérique
Puissance454 chevaux à 5 200 tr/m
Couple571 Nm à 3 800 tr/m
Poids1 250 kg
TransmissionPropulsion
Boîte de vitesseManuelle 6 rapports
0 à 100 km/h4,2 secondes
Production1999 – 2002 • 5 exemplaires
Côte~ 300 000 €

9. Nissan R390 GT1

Rare en compétition (seulement 8 châssis produits), la Nissan R390 l’est encore plus en version homologuée sur route puisque seuls modèles ont vu le jour. L’un est précieusement gardé par Nissan tandis que le second fut vendu aux enchères.

Pour participer aux 24 Heures du Mans, il faut une voiture. Et c’est justement ce dont il manquait chez Nissan. La marque nippone se rapproche de TWR pour concevoir une supercar. L’entreprise anglaise a notamment participé au développement de la Jaguar XJR 15 que vous avez pu découvrir précédemment dans cet article. La R390, fraichement créée, doit cependant être basée sur un modèle routier homologué. Nissan réalisa d’ailleurs deux exemplaires routiers de la R390. La ligne est à peine plus sage et la puissance du V8 biturbo est ramenée à 550 chevaux pour seulement 1 098 kg au total. Comptez 3,4 secondes pour le 0 à 100 km/h seulement ! Malheureusement pour elle, la Nissan R390 GT1 ne brilla pas en compétition. Quant aux deux versions « route », l’une a directement été envoyée au musée Nissan du Japon tandis que l’autre fut vendue aux enchères.

ModèleNissan R390
Moteur3.5 litres V8 biturbo
Puissance550 chevaux à 6 800 tr/m
Couple638 Nm à 4 400 tr/m
Poids1 098 kg
TransmissionPropulsion
Boîte de vitesseAuto 6 rapports (séquentielle)
0 à 100 km/h3,4 secondes
Production1997 – 1998 • 2 exemplaires
CôteInestimable

10. Saleen S7

La Saleen S7 est l’une des supercars les plus incroyables qui existent ! Quand on laisse un passionné de voiture donner libre court à son imagination, le résultat est souvent génial. Voici la S7 et son puissant V8 atmosphérique de 558 chevaux.

Modifier les voitures des autres (dont Ford), c’est sympa mais Steve Saleen eut l’idée de produire sa propre supercar. Celle-ci prend le nom de S7 et la commercialisation débuta en 2000. Le style est assez incroyable avec une grande fluidité dans les traits et une longueur de 4,77 mètres. Elle repose sur un châssis monocoque exclusivement constitué de carbone et accueille un généreux V8 de 7.0 litres offrant 558 chevaux qui passent sur les roues arrière… Avec une boîte manuelle à 6 rapports ! Les portes sont en élytre. Elles permettent d’accéder à un intérieur qui fleure bon la compétition automobile puisque la seule coquetterie est un autoradio. Le volume de vente demeure mystérieux même si on estime qu’environ 80 unités ont vu le jour. Si les performances de la Saleen S7 sont remarquables, il faudra attendre 2005, que la version Twin-Turbo voit le jour… Celle-ci passe à 750 chevaux et repousse encore plus loin les capacités. Quant à la cote, elle a explosé… Rares sont les Saleen en dessous des 800 000 € !

ModèleSaleen S7
Moteur7.0 litres V8 atmosphérique
Puissance558 chevaux à 5 900 tr/m
Couple710 Nm à 4 000 tr/m
Poids1 250 kg
TransmissionPropulsion
Boîte de vitesseManuelle 6 rapports
0 à 100 km/h3,4 secondes
Production2000 – 2004 • ~ 80 exemplaires
Côte~ 800 000 €
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page