LégislationPratique

Que risque-t-on à personnaliser ses plaques ?

Les plaques d’immatriculation du SIV, instaurées dès avril 2009, ont été assez critiquées lors de leur sortie. Effectivement, elles sont gérées au niveau national et sont standardisées. Deux lettres, trois chiffres et deux lettres. À côté, une eurobande et l’initiale de la France et à droite, une bande aux couleurs d’une région et avec le numéro d’un département. Cette dernière information est libre. Certains, forcément, ont voulu aller plus loin dans la personnalisation de leur plaque d’immatriculation. Parfois, ça passe et parfois ça casse. Au fait, qu’est-ce qu’on risque vraiment à monter des plaques personnalisées sur sa voiture ?

Quelles sont les limites tolérées et admises ?

Standardiser les plaques d’immatriculation était une nécessité afin que les radars et différents systèmes de lecture automatisée de plaques d’immatriculation puissent correctement effectuer leur travail. Le gouvernement a été particulièrement précautionneux en instaurant tout un tas de règles en tout genre qui limitent fortement les possibilités de personnalisation. Vous avez envie de changer vos plaques d’immatriculation mais vous vous demandez jusqu’où peut aller la personnalisation ? Vous êtes sur le bon article.

Déjà, il existe plusieurs formats de plaques d’immatriculation. Classiquement, elles mesurent 52 x 11 centimètres. Pour certains modèles anciens, l’espace prévu pour la plaque n’est que de 45,4 x 10 centimètres. Il existe donc des plaques minéralogiques à ce format qui ne sont autorisées que pour les véhicules concernés. Pour les modèles importés des États-Unis ou du Japon, l’espace plus restreint peut nécessiter des plaques sur deux niveaux de 30 x 15 centimètres. Dans tous les cas, les plaques doivent être rivetées et non vissées.

Quelles personnalisations sont possibles ?

La personnalisation n’est pas si limitée que cela ! Si un petit texte est autorisé en bas des plaques, le fond des eurobandes doit impérativement être bleu. Il n’est pas autorisé d’avoir ces bandes sur fond noir par exemple. De même, le tiret entre les caractères est obligatoire, même pour les véhicules de collection. Précisons que la typographie (police d’écriture) est également réglementée ; elle doit être de type bâton (sans empattement) et sans fantaisie.

À côté de cela, on peut opter pour un contour, ajouter le texte de son choix en bas des plaques et même choisir la police d’écriture parmi celles qui sont proposées sur les différents sites internet de configuration de plaques d’immatriculation. Autant de possibilités à exploiter sans pour autant franchir les limites !

Il existe cependant une certaine forme de tolérance à l’égard des bandes à fond noir. Toutefois, ceci dépend du bon-vouloir du gendarme ou du policier. Si certains tolèrent quelques légères modifications, d’autres sanctionnent directement en cas d’écart à la réglementation. Par conséquent, même si les risques sont minimes, nous n’encourageons pas la personnalisation des plaques d’immatriculation en dehors du cadre de la réglementation très stricte du SIV.

Qu’encourt-on vraiment ?

En apposant sur votre voiture des plaques d’immatriculation illégales, vous encourrez une amende de quatrième classe. Vous risquez donc 135 €, ramenés à 90 € si vous payez rapidement. Cela concerne également les autocollants régionaux appliqués sur les plaques. Si l’amende n’est pas réglée dans les temps et que la justice doit s’en mêler, la note passe à 750 €. Bien sûr, vous devrez également monter des plaques homologuées par la suite. Pour éviter la sanction, certains disposent un set de plaques légales dans leur coffre afin de pouvoir rapidement remplacer les plaques. Dans tous les cas, le risque de sanction est bien réel bien qu’il soit soumis à la subjectivité du gendarme ou du policier.

Si le département affiché sur les plaques de votre voiture ne vous convient pas, vous devez donc remplacer l’intégralité des plaques. Vous aurez alors le choix entre les modèles en acier et ceux en plexiglas, avec un rendu plus qualitatif et moderne.

Les erreurs à ne pas faire

Customiser les plaques d’immatriculation, c’est relativement commun et certains le font sans se douter des risques encourus. Parmi les cas de non-conformité les plus communs, il y a le sticker départemental qui camoufle la bande droite. C’est une modification peu onéreuse et pourtant totalement interdite puisque aucun sticker, d’aucune sorte, n’est autorisé sur une plaque d’immatriculation. Légalement, il faut donc remplacer intégralement les plaques.

Pour les plaques en acier, il est fréquent que des chocs urbains viennent abimer un caractère plein. Ainsi, le centre du 0 peut être noir et non plus blanc. Si cela peut paraître anodin, une plaque détériorée n’est plus considérée comme légale. Elle doit donc être remplacée. Si un simple avertissement est généralement donné par les gendarmes, le risque de contravention n’est pas à exclure pour autant.

Ensuite, il y a la problématique des eurobandes à fond noir qui ne sont pas autorisées puisqu’elles doivent avoir un fond bleu. Quant à la couleur de fond de la plaque en elle-même, celle-ci doit impérativement être blanche et réfléchissante. Pour les véhicules de plus de 30 ans en carte grise de collection, il est autorisé d’apposer des plaques à fond noir (et caractères blanc ou gris). Seulement dans ce cas, les bandes gauche et droite ne sont plus apposées.

Comment être sûr d’avoir des plaques légales ?

Sur internet, on peut facilement trouver des sites internet proposant de créer en ligne vos plaques d’immatriculation. Seulement, il est assez rare que l’on vous indique ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas sur internet. Sur MesPlaques.fr, le configurateur vous indique en temps réel dès lors que vous franchissez les limites de la réglementation. Ainsi, vous commandez vos plaques en toute connaissance de cause et vous pourrez éviter le problème de non-conformité, tout en vous faisant plaisir !

Une préparation de plaque d’immatriculation chez MesPlaques !

Tout en restant dans la légalité, vous disposez d’une amplitude intéressante de personnalisation possibles. Pour ma part, j’apprécie le petit texte personnalisé en bas qui vous permet de vous démarquer, d’apporter une touche humoristique ou bien quelque chose qui vous représente. En raison des nombreuses restrictions, on a souvent tendance à penser que tout est interdit… Or ce n’est pas le cas ! Et vous, elles ressembleront à quoi les prochaines plaques d’immatriculation de votre voiture ?

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page