ActualitéTesla

Au fait, c’est pour quand le Tesla Roadster ?

Chez Tesla, chaque nouvelle annonce prend la forme d’un show. En 2017, Elon Musk annonçait, en personne, une seconde génération de Tesla Roadster. La promesse ? Une supercar 100% électrique capable de performances jamais vues jusqu’à présent. Quatre ans après, ce modèle n’a toujours pas pris le chemin de la production. Que s’est-il passé ? Est-ce un projet mort ? Comment expliquer un tel retard ? Dans ce court article, nous allons revenir sur les informations à notre disposition et voir quels pourraient être les obstacles qui restent à franchir avant de voir le projet se concrétiser.

Le Tesla Roadster : le modèle qui doit rester iconique

En 2006, Tesla a révélé la première génération du Tesla Roadster. C’était par ailleurs le tout premier modèle Tesla ! Basée sur une base de Lotus Elise, cette voiture découvrable dispose d’un style assez original et a la particularité d’être 100% électrique : une caractéristique que l’on retrouvera sur tous les futurs modèles de la marque. Elon Musk en personne en possède une, un bel exemplaire de couleur rouge qu’il a lancé dans l’espace en décembre 2017. Pour le grand patron, c’est aussi l’occasion de marquer le lien entre ses deux entreprises : Tesla et SpaceX. Vous l’aurez compris, le Tesla Roadster a une image forte et la question du renouvellement s’est posée dès 2017. En effet, quelques mois avant le lancement de l’espace de son exemplaire de première génération, nous avions pu découvrir une nouvelle génération encore plus incroyable…

Tesla est un constructeur à part dans le paysage automobile. Le style de ses voitures est volontairement très épuré avec toujours une panoplie de technologies toutes plus intelligentes les unes que les autres. Que l’on apprécie ou non les voitures électriques, je vous invite vraiment à tester une Tesla pour vous faire votre propre opinion. Car un autre aspect intéressant, c’est la question des performances. Et là, notre essai de la Tesla Model S Performance 2020 nous a montré que le constructeur américain était capable d’atteindre des sommets… Pourtant, le futur Tesla Roadster promet d’aller encore bien plus loin en matière d’efficacité ! On pourrait penser que le poids est un handicap. Mais vu que les batteries sont sous le plancher, on a un centre de gravité très bas… Et une tenue de route excellente !

Des chiffres qui donnent le tournis (ou la gerbe)

Chez Tesla, la course aux performances est une réalité. Chaque nouveau modèle doit être plus exceptionnel que le précédent. Dans le cas du Roadster de seconde génération, les chiffres annoncées sont impressionnants à tous les niveaux. Il s’agit d’informations en libre accès sur le site de Tesla, qui n’ont jamais changé ces dernières années. Passons en revue ces quelques chiffres qui vous allez le voir, sont pour la plupart, sans équivalent sur le marché.

2.1

En matière d’accélération, le 0 à 100 km/h est donné en 2,1 secondes. C’est le même temps que la Tesla Model S Plaid+, prochainement commercialisée. C’est un chiffre purement incroyable. Les rares vidéos permettent de mieux percevoir la violence de l’accélération qui vous colle littéralement au siège. Pour une supercar, c’est tout à fait normal ! Mais à titre de comparaison, la Bugatti Chiron de 1 500 chevaux demande 0,3 seconde de plus sur le même exercice.

420

Le nouveau Tesla Roadster pourrait atteindre les 420 km/h en vitesse de pointe. Sur le site de Tesla, on parle simplement de « Plus de 400 km/h », ce qui est déjà une belle prouesse. Par ailleurs, c’est à haute vitesse qu’une voiture électrique consomme le plus. On peut donc s’interroger sur l’intérêt d’un tel exercice. Là encore, il y a de bonnes chances que cette valeur ait davantage vocation à faire parler.

2+2

Le Tesla Roadster dispose en réalité de quatre places. Celles de l’arrière se destinent avant tout à des enfants, on parle donc plus communément d’une 2+2, bien que Tesla pourrait nous surprendre en en faisant une véritable 4 places. C’est tout de même appréciable pour une supercar ! L’absence d’un moteur en position centrale arrière permet d’optimiser l’espace. Pourtant, il y a bien trois moteurs qui prennent place.

1 000

L’autonomie annoncée pour le Tesla Roadster, c’est 1 000 kilomètres. Et c’est juste bluffant. Alors bien sûr, une telle autonomie ne pourrait être potentiellement obtenue qu’en conduite très très souple. La Tesla Model S Plaid+, qui arrivera bientôt, est annoncée pour 840 kilomètres. Cela montre une belle progression. Pourtant, le Tesla Roadster utilise une combine tout simple : le doublement de la capacité de la batterie. Avec 200 kWh de capacité, c’est deux fois plus qu’une Model S ou X actuelle ! Fatalement, la masse devrait être très importante.

10 000

Ce n’est pas la puissance en chevaux, qui est inconnue, mais bien la valeur de couple, exprimée en Newton-mètre. C’est une valeur absolument énorme ! Heureusement, le tout passera au sol aux quatre roues puisque le Tesla Roadster disposera de la transmission intégrale. Il faudra également des pneus capables de passer sur la route autant de puissance…

215 000

C’est le prix de vente pour précommander un exemplaire de la première série, nommée Founders Series. Il s’agit du prix des 1 000 premiers exemplaires. Un ajustement aura ensuite lieu, avec un prix de vente d’environ 175 000 €, pour les modèles suivants. Dans tous les cas, ce prix de vente paraît cohérent par rapport aux chiffres annoncés. Si vous réservez votre exemplaire, un acompte de 4 000 € est à verser de suite, puis 43 000 € dans un délai de dix jours.

Les raisons du retard du Tesla Roadster

Tesla, c’est un peu comme votre tonton Michel, qui a 10 000 projets en tête, mais qui n’en concrétisera que deux parce que le temps et l’argent manquent. Chez Tesla, c’est un petit peu pareil. Les projets, il y en a plein et peut-être même trop. Initialement, le Tesla Roadster devait être commercialisé en 2020. Entre temps, la Model 3 a canalisé l’attention de la marque américaine, qui peut ainsi disposer d’un modèle rentable et de grande série. Le petit SUV Model Y est également dans les tuyaux bien que lui aussi ait pris du retard. Chez Tesla, il y a aussi le dossier du pick-up Cybertruck ainsi que le tracteur routier, dont certains prototypes roulent mais toujours rien en série. Fatalement, le Tesla Roadster a pris un retard considérable puisqu’il s’agira du modèle le plus confidentiel mais aussi le plus élitiste.

En matière de poudre aux yeux, Elon Musk n’est jamais à court d’argument pour redorer l’image du futur Roadster. En effet, une collaboration entre Tesla et SpaceX pourrait aboutir à un « pack SpaceX » qui permettrait de réaliser le 0 à 100 km/h en 1,2 seconde. Autrement dit, peu de monde pourrait encaisser une telle accélération. Cela prendrait la forme de dix propulseurs de fusée, alimentés par un réservoir à gaz qui prendrait la place des sièges arrière. Cela paraît totalement démentiel et on peut imaginer la pression des ingénieurs de Tesla pour mettre en place un tel dispositif. Annoncée depuis quatre ans, le Tesla Roadster devrait donc créer un « Wahou » au moment de sa sortie, autrement que par la fiche technique déjà explosive et toujours d’actualité. Inutile, donc indispensable.

Un fantasme ou une réalité ?

Elon Musk est un visionnaire et comme tout visionnaire, il a de grandes idées qui tutoient les capacités. Nul doute que le cahier des charges du Tesla Roadster continue d’évoluer. Les ingénieurs doivent certainement avoir à résoudre de nombreuses problématiques, pour satisfaire les envies du patron. Les inspirations d’Elon Musk ? Beaucoup de films… Et il en ressort la volonté de passer de la fiction à la réalité. Souvent, ça fonctionne. Parfois, ça sombre dans l’oubli et un nouveau modèle vient mettre de l’ombre sur les projets en stand-by. Le Tesla Roadster devra aussi être conforme aux règles de sécurité et répondre à bon nombre de contraintes qui pourraient ralentir son développement… Par ailleurs, le développement se poursuivra jusqu’en fin d’année 2021.

Sur Twitter, Elon Musk avait déclaré que le futur Roadster pourrait être capable de s’élever du sol, comme la Delorean de Retour vers le futur. Pour l’heure, cet aspect semble difficilement déclinable en série mais attendons de voir si les limites seront une nouvelle fois repoussées… Pour rappel, le Tesla Roadster sera la nouvelle vitrine technologique de la marque, il n’est donc pas possible de se reposer sur ses lauriers, en terme d’image ! Par ailleurs, pour épurer la ligne, le Tesla Roadster ne dispose pas de rétroviseurs, pour épurer la ligne. En revanche, le toit panoramique découvrable sera de série.

Quand sortira le Tesla Roadster ?

Désormais, c’est l’année 2022 qui est annoncée, depuis 2020, pour la commercialisation du Tesla Roadster. Ce délai permettra de mettre en amont sur les rails les Cybertruck et Model Y qui seront plus rentables. Ce délai permettra aussi aux ingénieurs de peaufiner le futur Roadster, qui représente un enjeu essentiel pour la marque. Si Tesla réussit son pari, le Roadster sera sans aucun doute un modèle avant-gardiste. Dans tous les cas, il n’y a clairement pas le droit à l’erreur. Elon Musk aura-t-il d’autres idées qui feront s’arracher les cheveux aux ingénieurs jusqu’à la fin d’année ? Probablement…

Source
Tesla.com
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page