ActualitéDe Tomaso

De Tomaso P72 : faux-retour mais vraie sportive

Les voitures de prestige fascinent. Ce sont souvent de véritables pièces d’orfèvrerie ne s’adressant qu’à un élite. De Tomaso fit partie de ces marques capables de produire des voitures audacieuses, puissantes et très performantes. Alors forcément, lorsque nous avons appris le retour et la commercialisation imminente d’une nouvelle De Tomaso, nous étions plutôt enthousiastes. Et nous avons voulu en savoir plus. Voici ce que l’on en retient en 5 points.

1. Le style est incroyable

Dessinée par ItalDesign, la De Tomaso P72 séduit avant tout par son style. On y retrouve des lignes largement inspirées des sportives des années ’60 avec un côté voiture de course bien présent. Toutefois, des touches de modernité viennent parsemer la carrosserie, comme les optiques à LED au design sophistiqué, la phénoménale bulle vitrée des portes ou encore les grilles d’aération d’une incroyable finesse.

De Tomaso P72 2020 avant

La ligne de caisse est certainement le plus incroyable avec deux lignes qui s’entremêlent d’une manière très élégante pour rendre le style encore plus fluide. Les rétroviseurs s’inspirent d’ailleurs des modèles de compétition d’hier, dont la légendaire Ferrari 330/P4. On ressent bien l’intention de créer un modèle parfaitement néo-rétro avec des contrastes saisissants. D’ailleurs, il est difficile de rester de marbre face à un tel joyau. La carrosserie rouge est habillée d’éléments couleur cuivre ce qui renforce le côté précieux.

Nous retrouvons cette teinte dans l’habitacle. À bord, la présentation est clinquante. On retrouve la même recherche de fluidité dans les lignes, des compteurs qui ressortent de la planche de bord pour renforcer le côté rétro. Chaque compteur a d’ailleurs fait l’objet d’un travail assez sensationnel… La boîte manuelle est fournie de série, avec la tringlerie apparente sur la partie basse. Le cuir capitonné est partout, renforçant le côté prestigieux. Enfin, le carbone (qui compose également la coque) est omniprésent.

De Tomaso P72 2020 prix de vente

2. Ce n’est plus vraiment une voiture italienne

De Tomaso a fait faillite en 2004… C’est un consortium de fabricants chinois qui a repris les commandes du célèbre constructeur italien. Le grand retour a été marqué par une présentation au dernier Festival of Speed, à Goodwood avec pour objectif de commémorer les 60 ans de la création de De Tomaso. Dans les faits, la montée en gamme est largement perceptible et restreindra la P72 a un public particulièrement fortuné. Le châssis-coque est d’ailleurs celui de la marque Apollo (ex Gumpert). De là, il est légitime de se poser la question : la P72 sera-t-elle assemblée en Allemagne, en Italie (dans l’ex usine De Tomaso abandonnée)… Ou ailleurs ?

De Tomaso P72 2020 châssis

3. Le moteur est signé Ford

À l’origine, un V12 atmosphérique fut évoquée, avant d’être remplacée par un V10 d’origine Lamborghini. Finalement, c’est un V8 compressé d’origine Ford, de cinq litres qui est employé. Préparé par le spécialiste Roush, il offre 700 chevaux et 825 Nm de couple sur les roues arrière, par le biais d’une boîte manuelle. Apte à atteindre les 7 500 tr/m, il promet une sonorité authentique. Toutefois, ce moteur n’a pas encore passé la phase d’homologation pour calculer notamment le futur malus « écologique ». D’ailleurs, aucun cliché du moteur dans le pack presse ! Ford et De Tomaso ont déjà collaboré à de multiples reprises, notamment sur la P70, un modèle sportif unique des années ’60, il n’est donc pas surprenant de trouver une mécanique américaine au sein de cette supercar italienne de cœur.

4. Elle coûtera 900 000 €

Le prix de vente de la De Tomaso P72 est de l’ordre de 750 000 € HT, soit près de 900 000 € hors options. Par rapport aux productions passées, l’envolée des prix est assez énorme… Seuls 72 exemplaires seront produits et distribués, pour le marché européen, par Louwman Exclusive, aux Pays-Bas. Un point de vente bien plus près de l’Allemagne que de l’Italie. De là, on peut s’interroger car même si cette voiture est une pure réussite et que nous n’avons aucun doute sur le plaisir de conduire qu’elle procurera… Nous pensons que le rachat de De Tomaso a davantage servi à renforcer l’image, à faire parler, plutôt qu’à réellement assurer une descendance à la marque italienne.

De Tomaso P72 2020 profil

5. Roulera-t-elle vraiment ?

Avec 72 exemplaires seulement, la De Tomaso P72 sera un collector dès sa commercialisation. Et comme tout collector à près d’un million qui se respecte, le risque de mutation de voiture à pièce de collection à ne pas faire rouler est inévitable. Il y a donc peu de chances de croiser ce modèle sur la route. Dans tous les cas, ce retour de De Tomaso est à suivre. Ce modèle-vitrine a-t-il pour vocation de re-populariser le nom italien en vue d’offrir des modèles plus accessibles par la suite ? Ou De Tomaso se concentrera-t-elle sur le marché porteur (mais saturé) des hypercars hors de prix ?

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page