ActualitéVolkswagen

Volkswagen e-Bulli : très (très) chère conversion du Combi

En ces temps un peu moroses, où le confinement est de rigueur, l’envie de s’évader un peu est omniprésente. Et quel meilleur véhicule que le Volkswagen Combi pour illustrer cela ? Ça tombe bien, Volkswagen vient de présenter le e-Bulli. Un concept-car qui n’en est pas vraiment un, qui vous permet de transformer en électrique n’importe quel modèle de Combi T1, T2 ou T3. Mais cela à un coût… Et il est particulièrement indigeste.

On ne change pas une légende !

Le Volkswagen Combi, c’est une légende. Une institution. Volkswagen a d’ailleurs plusieurs fois essayer de faire renaître la génération, avec par exemple le Microbus Concept en 2001… Mais aucune suite en série n’a été donnée. En 2022, Volkswagen sortira le I.D. Buzz, qui sera une version néo-rétro et 100% électrique du Combi. Mais en attendant ce modèle, Volkswagen propose un service inédit : reconditionner un « vieux » Combi T1, T2 ou T3 afin de lui implanter un moteur électrique sur les roues arrière. La marque allemande a fait appel à la société eClassics GmbH & Co. KG pour convertir un premier Combi T1.

Volkswagen e-Bulli 2020

On ne dénature pas le Volkswagen Combi. Ainsi, la préparation conserve le look original du petit utilitaire allemand. Seul entorse à l’origine : des optiques à LED, les feux de jour et une association colorée particulièrement séduisante avec Sable Doré Métallisé en haut et Orange Énergétique Métallisé en bas. Pour l’heure, seul ce modèle existe mais il est voué à être décliné en série dès maintenant. Si le design est donc très proche de celui d’origine, la partie mécanique évolue lourdement… Mais sans renier pour autant le tempérament de ce Volkswagen Combi de 1966, qui a servi de base à la transformation. On peut toujours savourer la belle luminosité intérieure de ce « 23-fenêtres » qui dispose en plus d’un toit découvrable en toile.

Une implantation… comme à l’origine !

L’architecture du Volkswagen e-Bulli reste fidèle à celle du Combi dans les grandes lignes. Ainsi, on retrouve à l’arrière un moteur électrique en lieu et place du 4-cylindres à plat d’origine. Celui-ci fournit une puissance de 61 kW, soit environ 83 chevaux et 212 Nm de couple… Ce qui est près du double d’un Combi T1 classique ! Mieux encore, l’e-Bulli demeure une propulsion. La batterie bénéficie quant à elle d’une capacité de 45 kWh autorisant une autonomie de 200 kilomètres. Elle peut être rechargée à 80% de sa capacité en seulement 40 minutes sur une borne de 50 kW. Pas mal !

L’implantation du moteur électrique est particulièrement propre. On remarque d’ailleurs que la recharge se fait à l’arrière, derrière la plaque d’immatriculation. Point sympa, il y a un système de récupération d’énergie au freinage, qui est variable grâce au mode B. Une lourde optimisation du châssis à eu lieu, avec des suspensions modernes, une direction précise et quatre freins à disques ventilés, d’origine Volkswagen. Forcément, cela induit l’implantation d’une boîte de vitesse automatique, dont le design du sélecteur a été vu pour accentuer le look rétro.

Volkswagen e-Bulli 2020 batterie

Parmi les entorses à l’origine, on notera la présence d’un écran tactile, placé au centre, tout en haut du poste de conduite, afin de le rendre moins visible. Un ustensile bien pratique qui permet de bénéficier du GPS. Quant à l’autoradio, malgré une apparence à l’ancienne, il est équipé des dernières technologies, comme le DAB+, le Bluetooth, un caisson de basses actif et même un port USB. Fait amusant : la vitesse de pointe est désormais bridée à 130 km/h. Soit 25 de plus qu’un Combi original.

Volkswagen e-Bulli : combien ça coûte ?

Forcément, ce Volkswagen e-Bulli ne mettra pas tout le monde d’accord. Mais le résultat mérite tout de même le détour… La question du coût est en revanche assez sensible…

En effet, le prix de base de la conversion à l’électrique est de 64 900 € pour un Volkswagen Combi T1, T2 ou T3. Il s’agit d’un prix d’entrée qui pourra grimper en fonction des demandes des clients. Face à l’engouement de ces modèles, il est probable que les demandes soient plus nombreuses qu’on ne le pense…

Tags
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer