ActualitéLada

Énième restylage invisible du Lada 4×4

Dans la vie, il y a des choses qui ne changent jamais : l’humour douteux de votre oncle Michel, Chantal Perrichon, les rames de la ligne 3 du métro de Paris… et le Lada Niva bien sûr. D’ailleurs, depuis quelques années, il faut cependant l’appeler Lada 4×4, pour des questions de propriété intellectuelle. Le nom est d’ailleurs la seule chose qui a réellement changé sur le petit SUV russe. Vendu sans discontinuer depuis 1977, voici donc le cinquième (et ultime) restylage du Lada 4×4.

Lada 4×4 2020 : ce qui change

Depuis 1977, quatre restylages successifs ont eu lieu. D’un point de vue carrosserie, il faut bien admettre que les évolutions ont été des plus subtiles. L’intérieur s’est tout de même assez bien modernisé même si l’esprit d’antan reste bien ancré. Le cinquième restylage, qui concernera tous les Lada 4×4 vendus d’ici quelques mois, aura une saveur particulière. Il intègrera un équipement très moderne, encore peu vu sur les voitures actuelles : des phares antibrouillards à l’avant. On notera aussi de nouvelles jantes aluminium et surtout l’intérieur qui se paye le luxe d’offrir de série des appuie-têtes à l’arrière, deux prises 12V et même un porte-gobelet sur la console centrale. Dans le détail, nous trouvons aussi de nouvelles commandes de lève-vitres, des sièges chauffants et redessinés et même des boutons rotatifs. Il n’en fallait pas moins pour remettre au goût du jour le quarantenaire. D’ailleurs, saviez-vous que c’est le groupe Renault, qui est propriétaire d’AutoVaz, et donc du Lada 4×4 ?

Une mécanique d’un autre temps

Malgré le botox, le Lada 4×4 parvient très difficilement à cacher sa conception d’un autre âge. Une rusticité qui fait son charme puisqu’il demeure un véhicule très endurant… Tout en offrant de belles aptitudes en tout-terrain. En 1994, Lada a développé un moteur à carburateur de 1.7 litre, atmosphérique qui fut modernisé quelque peu pour le marché européen. Ce moteur de 83 chevaux demeure toujours l’unique proposition sous le capot du Lada 4×4 2020, couplé à une boîte manuelle à cinq rapports. Avec ses émissions de CO2 qui feraient pâlir Elisabeth Borne, le Lada 4×4 restylé ne sera pas ré-introduit en France. Éligible d’office au malus « écologique » de 20 000 €, les taxes excèderaient largement le prix de vente.

Vers un renouveau pour 2022 ?

Il se pourrait néanmoins que le cinquième restylage du Lada 4×4 soit également l’ultime. Une toute nouvelle génération est prévue pour l’horizon 2022. Cette fois, la plateforme sera entièrement nouvelle, avec une carrosserie qui évoluera enfin significativement mais sans perdre l’ADN originelle. La palette de moteurs pourrait également se moderniser pour pouvoir peut-être revenir en Europe. Car le Lada 4×4 demeure très apprécié pour sa conception et ses aptitudes à évoluer sur terrain accidenté. Rendez-vous donc dans les prochaines années pour découvrir la nouvelle mouture.

Le Lada 4×4 Vision Concept, présenté en 2018 présente des lignes plutôt modernes. L’objectif visé est de montrer le futur de Lada. Le futur 4×4 pourrait donc s’inspirer de ce concept… Mais nous pensons que les lignes seront nettement plus classiques. À suivre…

Tags
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer