ActualitéBellier

La voiture idéale pour l'été 2020

Comme vous le savez, chez PDLV, on est toujours à l’affût de la voiture, avec un grand « L ». On en a marre des SUV, marre des SUV Coupés, marre des berlines coupées, marre des berlines SUV… Le marché de l’automobile est toujours à la recherche d’une homogénéité constante. Est-ce que c’est intéressant de rouler dans la même voiture que votre voisin ? Si la réponse est non, vous êtes un super-héros. Et un super-héros mérite, évidemment, une super voiture !

Elle n’est pas vraiment pratique. Mais on s’en fout, chez Ikea, ils louent des camions. Elle est loin d’avoir un habitacle spacieux. Pourquoi faire, les bus existent, autant s’en servir. Elle n’a pas le design le plus radical, mais elle vous plaira à coup sûr. Enfin, ce n’est pas la plus performante, mais ça ne sert à rien d’avoir 500 chevaux si on doit respecter le 80 km/h. Vous êtes d’accord avec toutes ces affirmations, vous devriez aller découvrir le modèle dont nous parlons.

Bellier B8 Cabriolet : vous êtes le roi de la frime

Si vous êtes frimeur de nature, vous visez au moins la Ferrari ou la Lamborghini quand on vous parle de bagnoles. Sauf que le budget est loin de suivre. En plus, avec toutes les superbes qualités que je vous ai citées plus haut, la Bellier B8 Carbiolet doit être impayable. Que néni ! Pour la modique somme de 18 000 € toute taxe comprise, cette décapotable est vôtre ! En plus, elle a raflé le prix de voiture de l’été 2020 !

A vous, futur heureux propriétaire de la Bellier B8 Cabriolet, votre vie va changer ! Laissez-vous déjà séduire par une face avant au design atypique. Toute en rondeur, cette bouille mignonne a inspiré une grande marque européenne, dont nous tairons le nom, évidemment.

Avec une largeur de 1.83 mètre, on concédera qu’il y a un petit gout de trop peu. Bellier a donc décidé de combler cela avec quelques éléments esthétiques à la pointe de la mode. Ainsi, un semblant de lame avant se dessine timidement sur les extrémités du pare-chocs avant. Il est bien là, le seul élément agressif.

Grâce aux jantes 15 pouces en alliage léger à 12 bâtons, la ligne s’allège encore un peu plus. Une fois décapotée, la toile (disponible en noir ou dans une teinte exclusive Camel) se range sur la malle arrière, ou s’escamote. La ligne en devient presque agréable à l’œil. D’accord, on a l’impression que le pare-brise tient miraculeusement, mais il tient, c’est le principal.

Sur son profil, on remarque deux choses frappantes. Déjà, une Dacia Logan, 10 000 € moins chère, a (et de série s’il-vous-plait) une trappe à carburant couleur carrosserie. La Bellier B8 Cabriolet mise donc sur un élément cheap sur chaque partie de sa carrosserie.

A l’arrière, on peut remarquer que la volonté de dynamisme est préservée. Mais avec toujours aussi peu de moyens. En effet, le « diffuseur » s’intègre « parfaitement » dans la ligne du pare-chocs arrière, tandis que la « canule » d’échappement est ridiculement petite, bien qu’il n’y ait pas besoin de plus pour évacuer les émissions d’un tel « moteur ».

Enfin, la marque aux chevrons n’a pas hésité une seule seconde à dérober les feux arrière de notre B8 Cabriolet pour les glisser sur leur basique citadine. Nous, on préfère clairement notre Bellier. Et vous aussi. Vraiment.

Le cœur de la bête : un coup de foudre mécanique

Croyez-le ou non, vous allez tomber amoureux de la douceur d’utilisation et de la fluidité du bloc Lombardini. Un nom de prestige ? Absolument (pas). Son nom de code est 480 HDi, acronyme qui ne vous est pas inconnu. Sauf qu’ici, ils sont autrement plus efficient. En effet, reposant sur une architecture bi-cylindre de 480 cm³, il sort une puissance étonnante de… 4 kW. Oui, en somme, si on multiplie ce « 4 » par 1,36, on obtient pas moins de 5,44 chevaux. Et je vous promets que les 0,44 chevaux ne sont pas de trop, on les sent bien !

Grimper une côte ? Pas de problème, enfin, sauf si vous êtes pressés. Alors là, c’est un peu foutu. Oui, c’est un diesel, donc on a la « chance » de tirer 26 Nm de couple, à 3 200 tours. Un calvaire ? Non, plutôt un enfer sur bielles.

0 à 100 km/h : Error 404.

Ouais, non, on a vraiment échoué à le trouver, celui-là. Imaginez-vous, avec moins de 450 kilos sur la balance, on aurait bien fait de notre Bellier B8 Cabriolet un petit kart. Mais bon, c’était sans compter sur la LIMITATION A 45 KM/H ! Et donc, on abandonne l’idée du 0 à 100 km/h, et celle de se sécher les cheveux au vent. A quoi bon y penser, c’est stupide, et en plus ça fait consommer. Ha, on vous avait dit que la B8 consommait 2,5 litres aux 100 kilomètres ? Même votre Prius ne fait pas ça. Le seul point commun entre notre ovni et l’hybride japonaise : la boite de vitesse, ou presque.

Enfin, pour information, sachez que cette réussite de l’automobile sera aussi disponible avec une unité électrique. Adieu les vibrations agréables du bicylindres, adieu cette odeur nauséabonde, mais bonjour à la joie de la PUISSANCE DU MOTEUR ELECTRIQUE !!! Enfin, toujours pas de 0 à 100 km/h (faut pas rêver), mais on aura le mérite d’aller un poil plus vite…

Une belle boite mono-rapport, on passe des vibrations inlassables à un hurlement du moteur diesel. Tout ça cheveux aux vents. Enfin presque. Bonus : rétros rabattables électriquement !
Tags
Publicité

Etienne Deketele-Kestens

De la Smart à la Bentayga, je peux dire que je suis complètement obsédé par le monde automobile. Intégrer l'équipe de PDLV et pourvoir donner ma vision des nouveautés chaque jour est quelque chose de génial pour moi. Ma "carrière" de blogueur a débuté il y a quelques années, et ceci, cumulé à mes études en mécanique auto, me permettront de vous proposer un contenu de qualité, tout en gardant le côté décalé cher à PDLV. Je roule en Peugeot 308 HDI 92.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer