ActualitéCitroën

La Citroën Ami est-elle la nouvelle 2 CV ?

Accueillir quatre hommes avec chapeau sur la tête, pouvoir passer à travers champ avec des œufs sans les casser et avec 50 kg de pomme de terre dans le coffre : tel était le cahier des charges de la TPV, ancêtre de la Citroën 2CV. Des critères assez minimalistes qui font sourire aujourd’hui. Mais finalement, le concept n’est pas si éloigné que celui de l’Ami, le nouveau quadricycle électrique de la marque aux chevrons. Oubliez les quatre personnes, les chapeaux ou les œufs. L’Ami a vocation a transporter deux personnes en ville, d’un point A à un point B, rien de plus. Une voiture qui n’a pas vocation à déclencher des passions.

Un bête produit marketing ?

Mettons de côté la bienséance : la Citroën Ami est clairement laide. Vous l’avez même élue voiture la plus moche de l’année. Elle semble tout droit sortie du département marketing de la marque avec un côté volontairement décalé et la promesse d’une vraie nouveauté. Mais ne vous y trompez pas : l’Ami est une voiture sans permis. Ni plus, ni moins. Longue de 2,41 mètres, elle exagère certains traits et met en avant sa conception audacieuse avec notamment ses portières identiques d’un côté et de l’autre, ce qui permet une ouverture antagoniste du côté gauche.

Cette construction à l’économie, avec une seule teinte de carrosserie, rappelle forcément la 2CV ! En son temps, elle aussi récolta bon nombre de critiques… Avant de voir les commandes affluer avec parfois jusqu’à trois ans d’attente ! Forcément, l’Ami mise beaucoup sur le marketing car des voitures sans permis électriques, ça existe déjà, ce n’est pas novateur. Le plumage (discutable) prend donc l’ascendant sur le ramage.

LA voiture de ville

Là où la 2CV s’adressait notamment à tout type de public, dont ceux qui habitent en campagne, l’Ami se destine aux urbains. Elle a d’ailleurs été pensée en ce sens. Sur ce point, l’engin est plutôt bien conçu puisqu’il offre une bonne visibilité, un intérieur spartiate mais plutôt agréable et lumineux. En revanche, on se demande toujours pourquoi la carrosserie n’est autant pas protégée. Les carrosseries urbaines sont souvent rayées, frottées, bosselées… Avec sa batterie de 5,5 kWh, la Citroën Ami se contente d’une autonomie de 70 kilomètres. Ce qui est bien suffisant pour l’immense majorité des utilisateurs. Reste qu’avec une recharge possible sur une prise domestique, l’Ami sera assez pratique à utiliser.

Un prix assez bien placé…

Sur son site, Citroën met largement en avant son offre de LLD, qui débute à partir de 19,99 € par mois… Mais il faut ajouter un apport initial de 3 541 €. Une offre nettement moins avantageuse qu’elle n’y paraît. Mais on peut aussi se porter acquéreur de son Ami, dès 6 900 €, auxquels il faut déduire 900 € de bonus. À 6 000 €, c’est imbattable puisque aucune autre voiturette électrique ne se permet de descendre sous la barre des 10 000 €… Hormis le Renault Twizy, qui sera certainement le concurrent direct de l’Ami. L’autopartage sera aussi proposé par plusieurs plateformes, à Paris, avec des formules qui débutent à 9,90 € par mois.

Comme la 2CV à son lancement, seul un coloris sera proposé, sur lequel on pourra rajouter un pack design (400 €) qui coloris les enjoliveurs, des détails de carrosserie, l’intérieur et même les portières. Malgré tout, l’Ami reste résolument bas de gamme dans son équipement. Les poignées sont de simples tirettes en tissu, il n’y a pas d’écran à bord mais un simple support pour smartphone, il n’y a ni climatisation, ni airbags et pas même de radio. Le kit mains-libres Bluetooth est une option à 2,28 €… par mois ! C’est donc rudimentaire…

L’Ami deviendra-t-elle la voiture populaire à pas cher ?

Quand on regarde l’Ami, on a avant tout la sensation d’une voiture développée par un département marketing, qui pourrait vendre des charentaises à un cul-de-jatte. En effet, la voiturette de la marque aux chevrons n’invente rien. Elle n’innove aucunement sur le fond et ne pourra que compter sur sa forme pour séduire les urbains qui trouveraient « ringards » de rouler en Aixam. Toujours est-il que la Citroën Ami joue à fond la carte des tendances en misant (presque) tout sur une offre LLD attractive de prime abord. Le prix d’achat neuf, quant à lui, est pourtant assez compétitif. Il sera certainement le levier qui déclenchera des actes d’achat… Un peu comme la 2CV en son époque. Car même si elle est « pas super belle », elle est « pas chère ». Elle interroge aussi sur la question de la voiture personnelle…

Tags
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer