C'est à vendre !DécouvertesPorsche

L’unique Porsche 914/6 Murène est à vendre !

L’automobile, c’est des succès et parfois des échecs. Le modèle dont je vais vous parler aujourd’hui, je suis tombé dessus par hasard en flânant sur de célèbres sites de petites annonces automobiles. La Porsche 914, nous la connaissons tous. Souvent considérée comme la Porsche du pauvre, celle-ci fut développée conjointement par la firme de Stuttgart… Et Volkswagen ! Le modèle que je vous propose de découvrir est à vendre. Et c’est un prototype unique que l’on attribue – à tort ? – à Heuliez ! Voyons plus en détails la mystérieuse Porsche 914/6 Murène.

Une Porsche aux airs de poisson ?

Remontons le temps. En 1969, Porsche commercialise la 914. Celle-ci affiche un style assez simple et sans grande fantaisie. La raison, c’est que Porsche voulait en faire un modèle d’accès, pour notamment toucher les jeunes. À cette époque, seule la 911 était au catalogue et elle était loin d’être bon marché. La 914, c’était un petit peu le Boxster d’aujourd’hui. Pour autant, n’y voyez pas une Porsche au rabais. Pour autant, le style de la 914 ne plait pas à tout le monde. Il faut dire que la parenté avec Volkswagen déclenche le même type de phénomène que ceux qui, voyant une Toyota Supra 5, ne peuvent s’empêcher d’embrayer sur le fait que c’est une BMW.

De là, Jacques Cooper, du studio d’études de Brossoneau & Lotz, eut l’idée de réaliser un coupé sur la base de la 914/6. Nous sommes toujours en 1969 et la commercialisation débute tout juste. Le carrossier acquiert l’une des toutes premières 914/6 produites (châssis 1300005) et la met de côté. Jacques Cooper commence à esquisser un projet unique, comprenant un arceau rigide, un capot vitré, des pare-chocs parfaitement intégrés à la ligne, de petits rétroviseurs sur les ailes et une ligne entièrement retravaillée. Quant au nom, c’est tout naturellement qu’il deviendra « Murène » quelques mois plus tard. La raison ? Une ressemblance avec le poisson anguilliformes éponyme.

Heuliez reprend le projet

Brissoneau & Lotz, qui travaille notamment dans l’univers ferroviaire, rencontre des difficultés financières, qui conduisent à l’abandon du projet sur base de Porsche 914/6. Ses croquis en main, Jacques Cooper s’est rendu chez Heuliez. Heureux concours de circonstances, ce célèbre carrossier implanté dans les Deux-Sèvres souhaite justement élargir son domaine de compétence en s’ouvrant à l’automobile. Jacques Cooper est alors invité à travailler sur le projet chez Heuliez tout en conservant son poste de styliste chez Brissoneau & Lotz. La Porsche 914/6 Murène reçoit quelques retouches puis il faut passer sur la réalisation de la maquette.

C’est un travail titanesque puisque tout est réalisé à la main, avec une ossature en bois. Cependant, il n’aura fallu que deux mois et demi à Jacques Cooper et son équipe pour aboutir à une voiture roulante. La Murène est alors présentée à des journalistes, qui réservent un superbe accueil à cet inédit coupé sur base de Porsche 914. Heuliez profite du Mondial de l’Automobile de Paris de 1970 pour y exposer cette création et là encore, des visiteurs s’apprêtent à sortir le carnet de chèque. Seulement, Heuliez n’a ni logistique ni les équipements pour produire en série cette version. Il faut de surcroît l’accord de Porsche ! Initialement marron sur la partie haute et beige sur la partie basse, la voiture est repeinte en orange pour la partie supérieure. L’intérieur en cuir et tissu est également en très bon état.

Sièges Porsche 914/6 Murène

Et la réponse de Porsche ne s’est pas faite attendre très longtemps : c’est un grand non. Le projet tombe alors dans les oubliettes et la 914/6 Murène est soigneusement stockée chez Heuliez. Lorsque le département Heuliez Héritage ouvre ses portes, le prototype est remis en rouge, avec une légère rénovation de la carrosserie. Nous sommes alors en 2012 et malgré les 40 ans d’immobilisation, le prototype présente très bien avec toutefois 12 000 kilomètres au compteur. Pas mal pour une pièce unique ! En raison de difficultés financières, Heuliez vend aux enchères la Murène. Estimée entre 50 000 € et 100 000 €, elle fut vendue à 42 889 € lors d’une vente Artcurial.

Près de 200 000 € pour cette pièce unique ?

Depuis 2012, c’est un particulier qui possède la Porsche 914/6 Murène. Grâce aux documents présents et attestations, ce prototype dispose d’une carte grise collection et peut parfaitement circuler sur route ouverte. La plaque d’immatriculation attribuée fut CL-939-VQ. Et justement, ce même propriétaire souhaite désormais se séparer de ce prototype unique au monde. La voiture est donc officiellement une première main. L’état semble excellent et seulement 2 500 kilomètres ont été ajoutés en huit ans, soit un total de 14 500 kilomètres au compteur.

Mais si le kilométrage n’a évolué que subtilement, le propriétaire souhaite réaliser une importante plus-value. Achetée près de 43 000 € en 2012, celui-ci désire tirer 195 000 € de l’unique Porsche 914/6 Murène. Une somme très élevée qui pourrait séduire un passionné de la marque ou un collectionneur. Heureusement, le prix est « à discuter » car même si c’est une pièce unique, c’est un modèle qui ne déchaine plus les passions. Enfin, l’annonce est disponible ici ! Si vous achetez ce modèle, vous aurez en prime une réplique à l’échelle 1/8 !

Tags
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer