ActualitéMaybachMercedes

Mercedes Maybach Classe S : le « premium » ne suffit plus

La Mercedes Classe S de septième génération (W223), récemment dévoilée, s’enrichit d’une version prestigieuse, en partenariat avec Maybach. Symbole d’excellence, ce modèle a pour mission de vous offrir le plus incroyable des conforts. Si le conducteur est choyé, c’est aux places arrière que l’on découvre tout le potentiel de cette Mercedes Maybach Classe S. Bien enfoncé dans votre sièges, vous profitez d’un massage allant jusqu’au coup, tout en regardant un film depuis l’un des écrans embarqués. Et bien sûr, vous avez une coupe de champagne à disposition. Voici comment on peut résumer cette routière.

Un positionnement complexe

Au début des années 2000, les Maybach 57 et 62 avaient une identité qui leur était propre et qui était détachée de l’image de Mercedes. Ces modèles ont par la suite disparu avant de revenir sous la forme d’une finition, sur la Mercedes Classe S. Un positionnement intéressant mais qui ne dessert pas forcément l’image et le savoir-faire de Maybach, qui s’impose comme une rivale des Rolls Royce et autres Bentley. Pour 2021, la Mercedes Maybach Classe S entend bien montrer cette distinction et cela passe par toute une panoplie de détails. il y a même un système de compensation des bruits de roulements !

Bien sûr, l’intérieur progresse encore, mais on y reviendra après. Car l’image d’une voiture, c’est avant tout son extérieur. Déjà, on remarque une livrée bitons, avec une séparation horizontale. C’est raffiné et très chic. C’est un dispositif maintes fois utilisé mais qui marche toujours aussi bien. En plus, ça accentue l’effet de longueur. Avec ses 5,47 mètres de long, soit 2 centimètres de plus que l’ancienne générations et 18 de plus qu’une Classe S avec empattement long, la nouvelle venue en impose.

Redorer le blason Maybach

Esthétiquement, on note la présence d’aluminium brossé le long des contours de vitre. On voit également un sigle Maybach joliment appliqué derrière les vitres de custode. Des soulignements chromés sont présents le long des pare-chocs tandis que l’on découvre d’immenses jantes à rayons qui sont certainement en 22 pouces. À cela s’ajoute une calandre spécifique. Celle-ci arbore des bandes verticales et un discret logo Maybach sur la partie supérieure. Sur la base du capot, c’est cependant un logo Mercedes qui est érigé. Malgré tout, je reste assez déçu de l’intégration des capteurs, qui n’a rien de gracieuse. En effet, ils prennent place sur la partie haute de calandre, ce qui enlève de la noblesse.

Calandre avant Mercedes Maybach Classe S

Les optiques à LED sont conservés et repris de la Mercedes Classe S mais ont une signature lumineuse légèrement retravaillée. Ces quelques modifications ont une incidence directe sur le rendu. Même sans la livrée bitons optionnelle, on conserve une image forte et statutaire. En regardant bien, on perçoit aussi un pare-choc avant habillé de grilles en aluminium brossé. Une belle unité qui rend cette Mercedes Maybach Classe S directement identifiable.

Comme dans votre salon, mais en mieux

Si le plaisir des yeux est satisfait par ce visuel, c’est en réalité à bord que l’on découvre les choses les plus incroyables. Sur cette voiture de présentation, on perçoit un habitacle clair. L’avant reçoit de somptueux sièges en cuir perforé. La console centrale est très bien dessinée, en offrant un séduisant minimalisme et un grand écran de 12,8 pouces. La planche du tableau de bord reçoit un ornement en bois précieux et des fonds de compteur numérique (12,3 pouces). Mais là encore, il sera possible de choisir ce que vous voulez. Les sièges sont entièrement réglables électriquement tandis que l’on découvre diverses pièces en aluminium brossé. Rien ne semble avoir été oublié… Pas même les pédales qui ont un logo Maybach ! Ne cherchez pas de pédale d’embrayage, seule une boîte de vitesse automatique à neuf rapports est de la partie. C’est votre chauffeur qui sera content !

Les portes arrière s’ouvrent électriquement. Elles donnent accès à deux sièges pouvant être allongés et agrémentés de coussin. Vous pourrez même étendre vos jambes. Si vous optez pour le siège droit, une commande permet même de rabattre le siège passager pour accroître davantage encore votre espace. Vous profitez alors de tout le confort que l’on peut espérer à bord d’une voiture ! Les sièges peuvent vous masser aussi bien le dos, que les mollets ou votre dos. Derrière les appuie-têtes avant, de grands écrans de 11,6 pouces prennent place, tout comme un système audio Burmester. Toujours pour limiter vos efforts, c’est un approche-ceinture viendra vous apporter directement votre ceinture ! Après l’avoir boucléé, vous pourrez savourer une coupe de champagne puisque les verres et leurs supports sont inclus (mais pas la bouteille).

Un unique moteur V8 biturbo !

Les normes environnementales ont mis à la porte les moteurs V12. Exit donc un joli douze-cylindres sous le capot. La Mercedes Maybach Classe E reprend pour base moteur, V8 biturbo de 4.0 litres de la version S 580. Celui-ci passe désormais à 510 chevaux et reçoit un système de micro-hybridation conjugué à un boost de 20 chevaux. Dans d’autres pays, des moteurs plus puissants seront proposés. Dans tous les cas, cette belle routière reçoit une boîte automatique 9G-Tronic de série et un grand nombre d’aides à la conduite et autres dispositifs de sécurité. C’est par exemple le cas du Pre-Safe Impulse Side, capable d’élever les suspensions de 80 millimètres pour réduire la force du choc. La conduite autonome serait aussi de la partie mais nous n’avons pas davantage de précisions.

Design Mercedes Maybach Classe S

Le conducteur n’est donc pas délaissé, bien au contraire ! La Mercedes Maybach Classe S offre une belle homogénéité. L’intégration des écrans m’apparaît comme réussie. Ils sont pleinement assumés, trouvent leurs places naturellement et offrent un écosystème qui sied plutôt bien à l’image prestigieuse de Maybach. Là où Rolls Royce continue de cultiver un esprit néo-rétro, Mercedes et Maybach se tournent pleinement vers la nouveauté, tout en incluant les codes du luxe. Et les prix du luxe, aussi, d’ailleurs, puisqu’il faudra signer un chèque de près de 200 000 € pour vous offrir la plus incroyable des Mercedes Classe S du moment !

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page