ActualitéPorsche

Le Porsche Taycan Cross Turismo est-il à côté de la plaque ?

Cela fait quelques années que Porsche a abandonné la monoculture de la 911. Désormais, l’heure est à l’élargissement de la gamme. Pour une marque aussi prestigieuse que Porsche, dont bon nombre de puristes sont très ancrés dans le passé, il est particulièrement difficile de conjuguer au présent tout en songeant au futur. Alors forcément, la sortie du Porsche Taycan Cross Turismo interpelle. Déjà parce qu’on dit « un » et pas « une » Taycan mais aussi parce que le concept du break surélevé a quelque peu perdu de sa superbe. Et si Porsche était à côté de la plaque avec ce modèle ? Dans cet article, nous verrons les points positifs et négatifs de ce nouveau modèle, déjà disponible à la commande.

Un modèle audacieux et bien pensé !

Pour commencer par les aspects positifs, on ne peut que se réjouir du développement de la gamme Porsche. Bien sûr, beaucoup de passionnés – et moi aussi – aurions préféré une petite barquette thermique… Mais quand on construit des voitures, on doit aussi se tenir au courant de l’actualité et du contexte économique, sinon on ne vend rien et on finit avec un gros stock d’invendu. La fin du thermique se rapprochant, il paraît légitime que Porsche commence à prendre la voie de l’électrification. Cela fera des heureux et des malheureux mais toute marque se doit d’évoluer sous peine de couler. Porsche n’a tout simplement pas d’autre choix. Alors quitte à faire de l’électrique, autant rendre cela amusant et tenter d’offrir le même agrément de conduite que les thermiques. D’ailleurs, ceux qui ont testé le Porsche Taycan mentionnent un comportement routier proche de celui d’une 911. C’est la preuve que la marque a réussi son pari. Preuve irréfutable ? D’ici 2025, Porsche s’engage à ce que la moitié de ses voitures neuves livrées soient électrifiées (exclusivement électriques ou hybrides rechargeable). Actuellement, le ratio est d’un tiers.

Prenant la forme d’un break de chasse, le Porsche Taycan Cross Turismo reprend tous les attributs de la version berline en y ajoutant des extensions d’ailes, un rehaussement de la caisse et diverses appendices. En option, il est même possible d’avoir le Pack Offroad Design, facturé 1 656 €, qui donne un style mi-sportif mi-4×4 et qui rehausse les suspensions de 20 ou 30 millimètres. L’objectif, c’est bien sûr d’élargir la clientèle en proposant quelque chose de différent. Les breaks surélevés, c’est une recette déjà bien connue. Chez Audi, les A4 et A6 Allroad sont encore dans les mémoires, au même titre que la Peugeot 508 RXH, abandonnée aujourd’hui. Dans le segment premium, ce sont des modèles qui attirent moins. En effet, ce type de modèle séduira ceux qui veulent s’aventurer hors des sentiers battus sans pour autant s’infliger un gros SUV au quotidien. Pour bien accentuer cela, Porsche n’hésite pas à montrer des photos de son Taycan Cross Turismo dans la boue. Le message est fort ! D’ailleurs, un mode « Gravel » est présent, pour pouvoir s’évader hors bitume.

En plus, on retrouve une ligne arrière déjà vue, puisque fortement inspirée par celle de la Panamera Sport Turismo. C’est élégant, raffiné et le modèle se démarque clairement. Surfant sur le succès de ses modèles électriques et hybrides, Porsche devra attendre avant de s’imposer en Formule E. Toujours est-il que le Taycan Cross Turismo est une voiture d’aujourd’hui. Sa palette de motorisation, électrique bien sûr, s’articule autour de quatre versions. On notera par ailleurs que l’entrée de gamme est inaugurée avec la version 4, qui arrivera prochainement sur la berline. Les puissances sont généreuses et cohérentes avec l’image de la marque et de ce que l’on peut attendre d’une Porsche !

Dans l’ensemble, ça a de la gueule ! La communication de Porsche a du sens et on se projette assez facilement. Par exemple, il y a un porte-vélos spécifique qui se fixe sur le pare-choc arrière. Cela permet de partir en excursion hors des sentiers battus et de terminer la balade à vélo. Tout paraît presque trop parfait mais on comprend que Porsche s’oriente clairement vers la famille tout en œuvrant vers l’électrification progressive. Par ailleurs, hormis des versions hybrides, il n’y a toujours pas de déclinaison 100% électrique du côté des SUV de la marque.

Une gamme hétéroclite (et chère)

  • Porsche Taycan 4 Cross Turismo – 476 chevaux – 5,1 secondes au 0 à 100 km/h – 96 454 €
  • Porsche Taycan 4S Cross Turismo – 571 chevaux – 4,1 secondes au 0 à 100 km/h – 114 814 €
  • Porsche Taycan Turbo Cross Turismo – 680 chevaux – 3,3 secondes au 0 à 100 km/h – 157 774 €
  • Porsche Taycan Turbo S Cross Turismo – 761 chevaux – 2,9 secondes au 0 à 100 km/h – 191 374 €

Dans les faits, les versions Turbo et Turbo S se partagent une puissance de 625 chevaux, extensible grâce à l’Overboost. L’autonomie varie entre 419 et 456 kilomètres en cycle WLTP, ce qui est dans la bonne moyenne. Une fois encore, on s’interroge sur la pertinence d’afficher de tels niveaux de performances. Malgré cela, la technologie reste assez exceptionnelle, avec 800 V. Le nivellement vers le bas s’observe massivement dans la rue : il est très commun que les automobilistes s’orientent vers les plus petites motorisations. Toutefois, l’image de marque est essentielle. Tesla tirant les puissances vers le haut, Porsche ne peut pas vraiment se permettre de rester en retrait. Et même si la notion du 0 à 100 km/h est stupide, elle demeure l’unique indice de performances pour beaucoup…

La nouvelle familiale de la marque ?

Porsche montre assez peu de familles dans ses publicités… Le Taycan Cross Turismo ne cache pas sa vocation familiale. Si le volume de coffre demeure timide, les passagers arrière disposent d’une garde au toit supérieure de 47 millimètres. Malgré tout, il est possible de rabattre les sièges pour dégager un espace de chargement total de 1 200 litres. Surtout, on retrouve de série la suspension pneumatique adaptative et la transmission intégrale pour allier confort et efficacité. Ajoutons à cela que pour aller encore plus loin, le Porsche Taycan Cross Turismo n’est proposé qu’avec la « grande » batterie de 93,4 kWh. À bord, on retrouve donc une dotation dans la bonne moyenne, avec toujours une interface clairement orientée vers le conducteur. Les codes Porsche sont bien présents et l’ADN de la marque est largement perceptible.

Les bobos en week-end ?

En revanche, j’émets une certaine réserve à l’égard de ce Porsche Taycan Cross Turismo. Déjà parce que je ne suis pas le client cible, très clairement. Dans un second temps, ce qui crée l’engouement d’une voiture, c’est lorsqu’elle surprend dès le début ! Et là, c’est un grand coup à l’eau… Dès 2018, Porsche avait dévoilé le concept-car Mission E Cross Turismo. Ce dernier préfigure presque intégralement ce nouveau modèle. Alors forcément, l’effet de surprise n’est pas là. C’est une suite logique qui était attendu et qui est enfin disponible. L’effet « Wahou » n’est pas vraiment là. C’est comme si tout était écrit à l’avance…

De plus, il y a la problématique de l’intérêt réel de ce modèle. Le tout-SUV n’est pas une utopie ; c’est une réalité. Le break surélevé a toujours ses adeptes mais face aux SUV, le marché est largement majoritaire. Bien sûr, Porsche vendra certainement bien davantage de berlines que de cette déclinaison loisir. Le public ciblé ? Les familles qui aiment partir en excursion. Mais là encore, pour faire du tout-terrain ou évoluer sur des terrains accidentés, ce n’est clairement pas la force d’une voiture électrique. Chaque énergie à son usage, me direz-vous…

Si la vocation familiale est certaine en matière d’image, dans la réalité, c’est un peu moins glorieux. Malgré une longueur de 4,97 mètres, le Taycan Cross Turismo ne peut accueillir que quatre personnes et son volume de coffre est inférieur à celui d’une Renault Megane 4… berline ! Quant au porte-vélo intégré, il renvoie une image « les bobos en week-end » qui ne fera pas forcément l’unanimité. Cela tombe bien, Porsche commercialise deux modèles de vélos ! De plus, le pack Offroad Design Package fait doucement sourire avec un mix d’éléments de 4×4 et d’autres de sportives. Le mélange ne manque pas de caractère, c’est certain, mais on a un petit peu de mal à comprendre la démarche… En option, il est possible d’affirmer le côté sportif avec par exemple le Pack Chrono Sport (1 122 €). De série, la version Turbo S dispose des disques de freins en carbone-céramique qui risquent de très mal supporter les graviers… L’objectif : être le plus rapide sur tous les terrains.

En prime, ce modèle n’est vraiment pas donné, avec un surcoût d’environ 10 000 € par rapport au Taycan classique. Un prix en très nette hausse qui était déjà existant en ce qui concerne la Panamera Sport Turismo. Avec un ticket d’entrée à 96 454 € pour la version 4 et jusqu’à 191 314 € – hors options – pour la Turbo S, ce modèle ne s’adressera pas à tout le monde… Rentabilité oblige, la version d’appel reçoit la plateforme de l’Audi e-tron GT Quattro.

Porsche Taycan Cross Turismo : mais qui va acheter ça ?

Au même titre que les modèles de niche, le Porsche Taycan Cross Turismo va être fortement critiqué… Avant de séduire le public cible. Porsche ne prend pas de risques inconsidérés : si ce modèle sort, c’est qu’il sera rentable. Cette silhouette de break sportif ET tout-terrains ne plaira pas à tout le monde et il est probable que certains aient du mal à se projeter. Par rapport au sacro-saint SUV, l’espace reste bien plus mesuré et il y a fort à varier que ceux qui veulent partir à l’aventure à l’autre bout du monde préfèreront s’orienter vers un modèle thermique et de surcroît, un vrai 4×4. L’option Boussole, proposée gratuitement, a le mérite de mettre dans l’ambiance au cas où vous auriez envie de rejoindre votre destination sans le GPS !

Bien sûr, il n’est pas question de remettre en cause le modèle en lui-même de Porsche. C’est assurément une excellente voiture, capable de performances remarquables, avec un réseau de recharge performant… Mais le département marketing devra redoubler d’efforts pour créer de la conversion. Nul doute que les achats coup de cœur représenteront une bonne part des volumes de vente. Parce que rationnellement, faire du tout-terrain au volant d’une voiture à près de 200 000 €, c’est une expérience plutôt stressante. J’ai l’étrange sensation de voir une voiture Playmobil sur laquelle on aurait ajouté des accessoires pour créer un nouveau set… En attendant le set Playmobil, le Porsche Taycan « break » sera disponible à la fin du premier semestre 2021.

Source
Porsche.newsroom.com
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page