C'est à vendre !DécouvertesPeugeot

Une Peugeot 207 SW RC en occasion, ça vaut le coût ?

La Peugeot 207, dans l’histoire de la marque au lion, c’est un petit peu comme le vieux cookie au raisin qui traine dans la boîte à gâteaux de votre grand-mère. On s’y habitue car on a conscience que ça fait partie du décor mais on préfère laisser ça aux autres. Style pataud, immenses phares qui jaunissent, fiabilité discutable… On ne va pas y aller par quatre chemins : la Peugeot 207 ne fait pas spécialement rêver. Après la success-story de la 206, Peugeot semble s’être reposée sur ses lauriers en dévoilant une 207 RC très banale et pas vraiment dans l’esprit « GTI ». On se demande bien ce qui a poussé les ingénieurs à développer la Peugeot 207 SW RC. Et si c’était la voiture à acheter du moment ?

Le vilain petit canard ?

Sur le papier, la Peugeot 207 RC perd deux chevaux par rapport au modèle qu’elle remplace. Même si c’est dérisoire, cela renvoie une image de stagnation dans l’imaginaire collectif. Et pourtant, c’est bien le cas. La Peugeot 207 RC, c’est une 206 RC en moins fun mais en plus récent. Face à une Renault Clio 3 RS plus démonstrative dans son comportement, l’offre de Peugeot ne prend pas vraiment, privilégiant le compromis confort/puissance. Déjà, en matière de style, c’est très timide et seul un œil exercé pourra identifier à coup sûr, de loin, une version RC de la 207. Sous le capot, le passage au décrié THP de 175 chevaux a été suivi de casses de chaîne de distribution et de diverses pannes qui ont clairement condamné la 207 RC. Pas terrible en terme d’image…

Les modifications, discrètes, en font une voiture de connaisseur.

Alors en 2008, Peugeot a eu l’idée bizarre mais géniale de commercialiser la Peugeot 207 RC, mais en break. Dans les faits, cette version était pensée dès la sortie de la 207 RC « classique ». L’objectif, c’est de viser un public familial. Là encore, la prise de risque est assez limitée. Rappelez-vous… en 2001, Peugeot avait dévoilé la 206 SW. Pour convaincre, la marque a eu l’idée ingénieuse de greffer le moteur de la 206 RC dans le break de présentation afin de montrer le potentiel dynamique. Aileron spécifiques, jantes 17 pouces, sièges baquets et double sortie d’échappement. La recette a plu. Donc Peugeot l’a reconduite telle qu’elle sur la 207 SW RC.

Pourquoi vous devez acheter ce break ?

Si la Peugeot 207 RC est plus dynamique que réellement sportive, c’est un tempérament qui convient parfaitement à la déclinaison break. Toutefois, il convient de mettre les choses dans le bon ordre. C’est davantage un moteur de RC dans un break plutôt qu’une RC transformée en break. Fatalement, l’agilité n’est pas aussi bonne avec une surcharge de 100 kg. De même, le train arrière est d’une conception différente, avec des suspensions plus souples. Pour autant, il semblerait que la Peugeot 207 SW RC soit parfaite dans son rôle de familiale dynamique ! En plus, le toit panoramique était livré de série.

Cet intérieur pue l’ennui, on peut difficile faire plus impersonnel.

La production a débuté en fin d’année 2007 et s’est poursuivie jusqu’en 2009, peu avant le restylage de la 207. Le tirage est sans doute assez faible puisque la faible communication de la marque autour de la 207 SW RC n’a pas aidé. Et c’est bien dommage car la concurrence a clairement fait l’impasse sur les petits breaks sportifs ! Le marché n’était-il pas assez porteur ? Difficile à dire…

Par rapport à la 207 RC classique, le break demeure tout aussi timide dans son approche. Il inaugure malgré tout un nouvel aileron. Mais au même titre que la berline, on lui reproche son manque de caractère et le fait qu’il ne se passe pas grand chose en montant dans les tours. L’intérieur demeure pourtant intéressant, avec de beaux sièges baquets à l’avant, un pédalier et un levier de vitesse en alu…

Malgré cela, la Peugeot 207 SW RC a un côté atypique qui séduit… tout en discrétion. Et rien que pour ça, ce petit break mérite votre attention. À l’époque, le prix de vente était établi à 23 200 €, ce qui était plutôt raisonnable. Le surcoût, par rapport à une RC 3-portes, était d’à peine 1 000 €. Contre ce surcoût, vous gagniez cinq vraies places (ou plutôt 4+1) et un volume de coffre de 428 litres.

Et niveau fiabilité ?

En matière de performances, le THP 175 s’en sort assez bien. La Peugeot 207 SW RC réalise le 0 à 100 km/h en un petit peu plus de 7 secondes et dispose de 240 Nm de couple. Un overboost permet d’avoir ponctuellement 260 Nm. Dans l’ensemble, les avis soulignent un comportement assez linéaire et surtout un caractère bien plus aseptisé encore sur la version break. Notons que nous sommes toujours sur une boîte manuelle à 5 rapports seulement.

La fiabilité divise cependant… Ce moteur fut monté sur plusieurs Peugeot, mais également sur la Mini Cooper S de la même époque. Malheureusement, il n’est pas exempt de reproches, avec des soucis de distribution qui peuvent survenir et aller jusqu’à la casse moteur. Des problèmes de turbo, plus occasionnels, ont aussi été soulignés. Malgré tout, tous les exemplaires ne sont pas impactés et heureusement !

Combien ça coûte ?

Sur le marché de l’occasion, les Peugeot 207 SW RC sont particulièrement rares. Comptez environ 7 000 € pour un modèle de 100 000 kilomètres entretenu et en bon état. D’une manière générale, c’est un modèle épargné par les « kékés », le tuning de mauvais goût est donc très rare. La décote a été continue, en raison d’une image très effacée. Il est assez probable que les cotes commencent à stagner prochainement avant de – peut-être ? – grimper par la suite.

Enfin, si vous cherchez un break dynamique, discret et qui sort – un peu – de l’ordinaire, la Peugeot 207 SW RC est le choix idéal. Alors effectivement, ce n’est clairement pas la plus radicule, ni la plus fiable… Mais elle a le mérite d’exister et d’apporter une touche d’exotisme dans le marché de niche des petits breaks sportifs ! Je reste convaincu que la nouvelle Peugeot 208 break serait une superbe voiture !

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page