ActualitéChevrolet

10 raisons (plus ou moins) valables d’acheter la Corvette C8 Z06

Chevrolet l’avait annoncé dès le lancement de la Corvette Stingray, la version vitaminée Z06 est enfin de sortie. Cette amélioration de la fameuse américaine, clairement basée sur les performances, est en place depuis 1963, mais plus spécialement depuis la cinquième génération de Corvette. Les Z06 ont toujours apporté plus de puissance, en augmentant ou non la cylindrée du moteur (mention spéciale au V8 7 litres de la C6). La huitième génération a donc droit au chapitre, sauf que son moteur diminue en capacité. Le problème, et vous allez le découvrir, c’est qu’il ne semble plus vraiment rester de la place à une éventuelle ZR1, tellement les changements ont été importants. Enfin, on ne sait jamais avec Chevy…

Raison n°1 : Je veux le moteur atmosphérique de série le plus puissant jamais produit

Bingo ! La Corvette C8 Z06 a jeté le V8 6.2 litres de la Stingray (comprenez par là, la « classique »). A la place, nous retrouvons un tout nouveau V8 5.5 litres. La recette ne change pas vraiment, vu qu’il s’agit toujours bel et bien d’un 8 cylindres atmosphérique. En augmentant la compression moteur et en introduisant le vilebrequin plat (allumage des cylindres deux par deux), cela permet d’augmenter le régime moteur maximal, et donc d’obtenir plus de puissance. Le chiffre assez hallucinant de 680 chevaux est donc atteint, pour 625 Nm de couple. Rappelons-nous que le V10 atmosphérique de la BMW M5 développait 507 chevaux, et il était déjà classé comme monument.

Pas grand chose à se mettre sous la dent pour ce qui est des données de performances. Cette Corvette nous promet cependant de bonnes sensations d’accélération, notamment grâce à sa boîte de vitesses. Il s’agit d’une double-embrayages à 8 rapports, avec une gamme finale plutôt courte. La vitesse maximale ne devrait pas être trop atteinte, car on parle de vitesses dépassant les 300 km/h. Serait-ce cependant suffisant pour concurrencer les Ferrari Roma, ou autres McLaren GT ?

Raison n°2 : Je n’ai pas envie que le mode « Sport » ajoute une bande son dans les haut-parleurs

Un muscle car américain avec un moteur qui siffle, ça n’existe pas vraiment. Les Corvette ont toujours étrenné des moteurs typés bruyants, et évidemment c’est cela qui plait. Pourtant, la dernière C8 Stingray n’était pas vraiment un modèle en son genre. Il s’agit peut-être d’une impression, surtout qu’une nouvelle architecture à moteur central venait d’être inaugurée. Comme il s’agissait d’une version sacrilège, Chevrolet décide de donner à sa C8 Z06 un peu plus de tonus.

En même temps, avec un V8 atmosphérique qui vous demande de grimper à 8 600 tours pour cracher sa puissance, il y a très peu de chance que cela se fasse en silence. Les ingénieurs n’auront passé ni plus ni moins que deux ans à travailler le son, pour que cette nouvelle-née soit reconnaissable. Ce département de chez Corvette Racing a travaillé sur la C8.R, qui a couru en compétition. Il n’y a pas que la partie moteur de cette C8 Z06 qui vient de chez ces sorciers…

Raison n°3 : Je veux une voiture de course qui peut monter le trottoir devant ma villa

La Corvette C8 Z06 est donc une C8.R, qui a commencé les compétitions en 2020. C’est pour cela que la série Z06 a été créée à l’époque : aller au circuit, performer, et rentrer à la maison. Cela pourra se faire en coupé, ou en toit décapoté. Même si l’extérieur est plus méchant, l’intérieur ne change pas vraiment. Pas de dépouillement, au contraire : Chevrolet laisse le choix entre 7 teintes intérieures. Il est possible de choisir la forme de son siège, et la personnalisation va jusqu’à la couleur des ceintures de sécurité.

Ajoutez également à cela la suspension Magnetic Ride (amortissement piloté) et cette Corvette pourrait aussi vous servir en week-end. Mais de là à l’envisager en daily… Le plein d’aides à la conduite est fait. Au States, cette C8 Z06 a droit à 3 niveaux de finitions. A l’export, nous devrons sûrement nous « contenter » des plus haut-de-gamme. Nous bénéficierons dès lors des caméras de stationnement avant et arrière, de la surveillance des angles morts, ainsi que du Rear Cross Alert.

Raison n°4 : J’aimerais que ma voiture américaine puisse tourner

S’il existe bien un mythe, c’est que les sportives américaines sont faites pour hurler et prendre des vitesses de pointes phénoménales. Les Drag Races, les courses d’endurance sur anneau de vitesse, les petites barre antiroulis pour ne pas cabrer, … Autant de petites choses réelles qui montrent qu’aucune voiture américaine n’est pas vraiment prévue pour tourner. Il est par exemple impossible d’exploiter les plus de 807 chevaux d’une Challenger SRT Super Stock sur une piste sinueuse, ou sur une route de campagne européenne. Et cela devient donc une voiture à frimer, pas une voiture à rouler.

Année 2020, et Corvette a compris qu’il n’y avait pas que les courses de Nascar, et que le châssis est plutôt important pour boucler un tour sur le Nordschleife. C’est ainsi que nous sommes passés d’une C6 Z06 montée avec un V8 7 litres boite manuelle à une C8 Z06 qui transmet la puissance à la route. Son nom de code aurait pu être « Homogène ».

Raison n°5 : J’ai envie d’acheter une Ferrari, ou du moins une voiture qui y ressemble

Comme la dernière Corvette C8 inaugure un nouveau positionnement du moteur, elle peut ressembler à des supercars européennes. Cela a fait assez scandale lors de son lancement, mais tout le monde s’y est presque fait maintenant. Le capot, autrefois interminablement long, est plutôt court. Le profil aérodynamique est donc lui aussi optimisé. Le ligne est profilée et agressive à la fois. C’était sans compter sur les modifications esthétiques apportées par la Z06.

Les boucliers ont été redessinés. A l’avant, les prises d’air sont élargies, afin d’optimiser le refroidissement du V8, ayant également besoin d’air frais pour monter en régime. A l’arrière, les extracteurs d’air prennent leur place également. Cette Corvette Z06 finit par être 9 centimètres plus large qu’une Stingray classique, et c’est sans compter sur ses kits supplémentaires. Le Pack Aérodynamique optimisé ajoute une spoiler avant et un aileron arrière massif, ajoutant 166 kilos d’appui à 300 km/h. Le Pack Carbone, lui, ajoute l’une ou l’autre moustache et des bas de caisse « gouttières » en carbone. Enfin, le Pack Performance Z07 vous donnera accès à des freins en carbone céramique et des améliorations châssis. Les jantes carbone sont alors de la partie (réduction de 18,6 kilos) et sont chaussées de pneus Michelin Cup R ZP Semi-Slick.

Raison n°6 : Je n’ai pas envie de payer une Ferrari, mais j’ai quand même envie de la Raison n°5

Ce n’est pas évident de se rendre compte de ce que coûte une Corvette, parce qu’elles ne se vendent pas comme sur le continent américain. Cela amène d’autres soucis, mais nous en reparlerons plus tard. Au States, une Stingray de base se négocie à 62 000 $, soit moins de 54 000 € ! Malheureusement, tous les frais d’imports nous la ramène aux alentours des 89 000 € en France. Cependant, si on la compare à une 911 (992) Carrera GTS, on est toujours gagnant d’une trentaine de milliers d’euros. On ne parle pas des Ferrari, du coup…

Ces bolides à bon rapport qualité/prix, les américains en ont la spécialité. L’emblème sur roues est bien sûr la Mustang, mais n’oublions pas les Chevrolet Camaro, Dodge Challenger, ou même la feu-Viper ! Elles ont pourtant toute un point en commun : elles vous tueraient à chaque accélération. Pas la C8 Z06. Dommage…

Raison n°7 : Je veux une voiture ayant un point commun à une Mégane RS et à une Pagani

Il existe un fait assez rare qui est présent sur cette C8 Z06 et qui ne l’est pas sur beaucoup d’autres voitures. Comme sur la Pagani Huarya ou sur notre chère Mégane R.S., nous avons droit à une sortie d’échappement centrale sur cette C8 Z06. Elle n’est pas du tout identique à la Stingray, et il s’agit d’un clin d’œil. Toutes les série Z06 ont eu droit à une quadruple sortie d’échappement centrale depuis la C5. Pourquoi, même si la C8 s’est « assagie » (disons qu’elle est devenue plus voiture que bateau) n’y aurait-elle pas droit ? En plus, ça devrait faire pas mal de bruit…

Raison n°8 : J’adore me montrer patient

Il est déjà presque impossible de trouver une Corvette C8 Stingray de stock dans les quelques concessions la distribuant. Imaginez alors quel cataclysme ce sera pour obtenir une Z06 ! Les modèles venant directement des États-Unis, vous devrez passer par la case commande, et les délais d’attente peuvent être de presque dix mois… Soit presque autant que pour un 3008 neuf ! Comptez entre 6 à 8 semaines pour une commande aux États-Unis…

Raison n°9 : J’adorerais traverser la France entière pour faire la vidange de ma bagnole

Chevrolet n’est officiellement plus une marque européenne. Seules les Corvette sont encore reconnues. Vous ne trouverez cependant pas des revendeurs officiels à tous les coins de rue. Il n’existe déjà qu’un seul revendeur officiel, et peut-être une dizaine de réparateurs agréés. Autant vous dire qu’il faut prévoir un road-trip à chaque vidange annuelle. Et vous comprendrez maintenant pourquoi une Corvette est difficilement envisageable pour toute personne qui fait 15 000 kilomètres à l’année.

Après tout cela, essayez de négocier pour que la vidange de rodage soit faite avant que vous ne preniez possession de la voiture… Histoire de ne pas devoir faire demi-tour sur l’autoroute du retour.

Raison n°10 : J’adore mon pays et je voudrais donner de l’argent à l’État

Je pensais que vous l’aviez oublié, mais votre serviteur y veille. Même si le V8 5.5 litres risque de se faire monter un filtre à particules pour son homologation européenne, cela n’empêchera pas l’État français de vous demander pas moins de 50 000 €, parce qu’il n’y a que très peu de chance que vous puissiez vous en procurer une avant 2023, étant donné les délais ainsi que l’entrée en production dès l’été 2022… Soyez un valeureux citoyen.

Publicité

Etienne Deketele-Kestens

De la Smart à la Bentayga, je peux dire que je suis complètement obsédé par le monde automobile. Intégrer l'équipe de PDLV et pourvoir donner ma vision des nouveautés chaque jour est quelque chose de génial pour moi. Ma "carrière" de blogueur a débuté il y a quelques années, et ceci, cumulé à mes études en mécanique auto, me permettront de vous proposer un contenu de qualité, tout en gardant le côté décalé cher à PDLV. Je roule en Peugeot 308 SW BlueHDI 130 finition GT Pack.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page