Pratique

Contrôle technique : les rejets des particules de plaquettes de frein bientôt mesurés

Nous avions failli passer à côté de cette information ! Dès le 1er janvier 2023, les centres de contrôle technique seront tenus de mesurer les émissions de particules fines émises par les plaquettes de frein et les pneumatiques automobiles. Nous avons enquêté sur les mesures qui seront effectuées et le constat est dramatique. En effet, plus de 75 % des voitures françaises et belges en circulation seraient systématiquement recalées, avec une contre-visite à la clé. La cause ? Des pneumatiques de qualité basse ou intermédiaire et des freins insuffisamment entretenus. Voici quelques informations à connaître pour mettre toutes les chances de votre côté lors de votre prochain contrôle technique.

Particules fines : pourquoi cette nouvelle mesure ?

En 2014, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) dévoilait un rapport alarmant sur l’impact des particules fines. Ces dernières auraient été responsables de plus de sept millions de morts en 2012. Un rapport qui a poussé les scientifiques du monde entier à mettre en place des solutions. En ce qui concerne l’automobile, le développement de dispositifs anti-pollution s’est intensifié, avec notamment des filtres à particules plus perfectionnés, l’adjonction d’AdBlue sur les Diesel mais aussi en veillant à créer des motorisations moins énergivores. L’essor de la voiture électrique a sans doute contribué à améliorer le bilan général. Seulement, en matière de particules fines émises par les freins et les pneus, les voitures électriques sont logées à la même enseigne. Du moins presque, car les freins sont moins sollicités.

Le Ministre de la Transition Écologique a pris la décision d’agir sur ce levier. Désormais, les émissions de particules fines des plaquettes de frein et des pneus seront systématiquement mesurées, roue après roue. Une mesure qui effraie d’autant plus que l’application débutera d’ici moins d’un an. Les centres de contrôle technique seront progressivement équipés d’appareils de mesure perfectionnés, qui pourront réaliser des mesures au dixième de micromètre des particules fines. Autant dire qu’il sera difficle de tricher lors des mesures. Et malheureusement pour vous, il n’existe pas de méthode vraiment viable pour passer entre les mailles du filet de l’appareil…

Plaquettes de frein : des mesures qui inquiètent la filière…

Pour mesurer les émissions de particules fines issues des plaquettes de frein, l’appareil de mesure est un modèle de dernière génération, capable de capturer des particules ayant un diamètre inférieur à 0,1 micromètre. Les mesures seront effectuées à une trentaine de centimètres de la roue en mouvement, depuis un banc de roulage, avec des freinages continus, mesurés entre 160 et 0 km/h. Si le barème exact qui pourrait conduire à une contre-visite n’est pas encore connu, les contrôleurs techniques en cours de formation sont déjà très inquiets. « Vu les seuils, c’est clair que je ne suis même pas sûr que l’on aura une voiture sur dix qui s’en sortira sans contre-visite » confie l’un d’entre eux, responsable d’un centre dans le nord de la France, qui a tenu à rester anonyme.

Les centres de contrôle techniques seront progressivement équipés de nouveaux appareils de mesure.

Forcément, les voitures disposant de freins à tambour à l’arrière seront avantagées puisque « la merde reste à l’intérieur » confie le professionnel et une moyenne est faite entre les trains avant et arrière. Les constructeurs automobiles exploitent déjà plusieurs solutions, comme l’intégration d’un filtre à particules au sein même de chaque étrier, un système d’aspiration des particules qui seraient introduites dans la ligne d’échappement ou plus simplement, la généralisation des freins à tambour. Une mesure déjà actée chez Volkswagen, sur sa gamme ID. Il s’agissait d’une anticipation de ces nouvelles contraintes.

Pour autant, le professionnel préfère tabler sur une solution plus simple. « Avant chaque contrôle technique, vérifiez le niveau d’huile de chaque plaquette de frein et complétez jusqu’au trait, avec de l’eau déminéralisée pour abaisser le pH et faciliter l’évacuation des particules fines ». Pour l’heure, aucun modèle de plaquette de frein existant sur le marché ne serait capable de rester dans les seuils exigés, en raison de la concentration de cuivre trop importante.

Pneus : il faudra remplacer vos pneus au plus vite…

En ce qui concerne les pneumatiques, là encore la question des particules fines pèsera lourdement sur les économies de millions de français. Contrairement au freinage, il n’y aurait donc pas de mesure physique qui mesurera la quantité de particules émises par les pneus au roulage. « Ce serait trop le merdier » confie notre contrôleur. Il s’agira de diviser le prix de revient unitaire d’un pneu (hors montage et équilibrage) par un coefficient d’usure estimée (CUE) et l’ancienneté de ce pneu. Le nombre obtenu permettra alors de déterminer si le pneu est jugé polluant ou non. « Plus un pneu est cher, plus vous aurez de chance de ne pas avoir de contre-visite. Mais ceux qui n’ont plus la facture d’achat de leurs pneus seront directement recalés ».

Une mesure mal reçue par les automobilistes car elle imposera le renouvellement systématique des pneus avant chaque contrôle technique, tout en veillant à y mettre le prix. « Ce sera du pneu haut de gamme ou rien ». Plusieurs associations crient déjà au scandale, arguant la pollution et le coût dramatique engendré par la mesure. Des particuliers semblent avoir trouvé le filon en réalisant de fausses factures. Une pratique qui ne serait « pas interdite ». Rappelons qu’une contre-visite implique d’effectuer les travaux demandés dans un délai maximal de deux mois.

C’est pour quand ?

Tout contrôle technique effectué à partir du 1er janvier 2023 devra donc tenir compte de ces nouvelles mesures destinées à réduire les émissions polluantes. Le prix de cet examen ne devrait pas évoluer significativement. Rappelons que toute voiture neuve doit effectuer son premier contrôle technique au plus tard au quatrième anniversaire. Au-delà, c’est tous les deux ans. Les automobilistes devront alors s’adapter et envisager d’adapter leurs voitures afin de les rendre compatibles à ces nouvelles mesures. Décidément, le premier jour d’avril est toujours plein de surprises ! Le texte de loi encadrant ces nouvelles mesures est accessible en ligne.

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

4 commentaires

  1. J’espère que c’est un poisson d’avril ! Mais allez savoir avec les apprentis sorciers de Bruxelles et autres …😇😇😇

  2. Cette phrase m’a tué :  » Avant chaque contrôle technique, vérifiez le niveau d’huile de chaque plaquette de frein et complétez jusqu’au trait, avec de l’eau déminéralisée « 

  3. Pourrais-tu nous en dire plus à propos de cette phrase? Parce-que là je crois que tu as perdu tout le monde:
    « Avant chaque contrôle technique, vérifiez le niveau d’huile de chaque plaquette de frein et complétez jusqu’au trait, avec de l’eau déminéralisée »

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page