PratiqueRenaultVie quotidienne

Je crois que choisir une Clio 5 n’était pas une bonne idée…

Chère Clio 5,

Tout d’abord, je tiens à t’avouer quelque chose. Lorsque tu as été présentée au Salon de l’automobile de Genève, en 2019, j’avais surtout pensé à un restylage de ton aïeule, la Clio 4. Bon, il faut bien le reconnaître, ton design est sans audace. Un mix banal entre les Clio et Mégane, de quatrième génération toutes les deux.

Pourtant, bien vite, plusieurs de mes confrères ont souligné tes qualités. D’ailleurs, j’avais passé mon permis de conduire au volant d’une Renault Clio 4 phase 1 et il faut reconnaître que tu as fait des progrès à tous les niveaux. Mais face à la Peugeot 208, tu sembles avoir oublié d’être originale.

Il y a trois semaines, je partais au volant de ta petite sœur, la Twingo 3. C’était une expérience abjecte, que je ne recommande à personne, sauf si vous souhaitez une voiture économique. Cette fois, je me suis autorisé une montée en gamme pour cette location de voitures, sur deux jours. Pour avaler 300 kilomètres, je pensais que tu saurais m’apporter plus de confort.

Déjà, on m’a remis ta carte de démarrage. Un appendice affreux et très cheap qui ne fait pas vraiment envie. Puis je t’ai vue. Ta robe grise soulignée par de jolies jantes alliage en 16 pouces. Sans être séduit, je te trouve coquette, chère Clio 5.

Pas très passionnante à conduire, la Clio 5 TCe 90… Mais elle fait le travail.

Chez PDLV, on voyage toujours avec pas mal de matériel et je cherche donc à accéder à ton coffre. Mais qui a donc pu avoir l’idée de placer le bouton d’ouverture aussi bas, dans le décroché de l’espace pour la plaque d’immatriculation ? Heureusement, on peut aussi ouvrir ce même coffre à l’aide de l’affreuse carte de démarrage.

Il faut dire que ta ligne n’est pas vraiment originale. Ton faciès est similaire à celui de tous tes frères et sœurs. Cohérence de gamme me diras-tu… Mais un brin d’audace aurait été appréciable pour un best-seller et cœur de gamme.

Alors oui, il y a bien ces poignées de porte « dissimulées » dans le prolongement des vitres. Mais on a l’impression d’écouter ces insupportables blagues pas drôles et redondantes de tonton Michel au repas de famille. Du vu et revu, qui ne trompe personne…

Une fois à bord, l’effet « Wahou » reste aux abonnés absent. Peut-être avais-je placé trop d’attentes ? Toujours est-il que cette finition intermédiaire manque de classe. Le revêtement en blanc, façon polystyrène est fragile, peu flatteur à l’œil et assez désagréable au toucher. Si le volant est sympa, l’écran tactile central laisse penser à une vieille tablette posée. La lenteur du système n’améliore en rien le bilan.

Le coffre a une contenance d’un Thomas.

Mais à ce moment-là, je ne savais pas encore que j’allais tomber en panne.

Assez peu visible, le bouton Start Engine est agréable au toucher. C’est sans doute l’une des seules commandes qui ne fait pas « cheap ». À vrai dire, j’ai même un petit peu de mal à trouver du charme à cet intérieur, que je trouve impersonnel dans sa présentation et sa finition.

Pourtant, la Clio 5 a plein de qualités… Les sièges sont plutôt ergonomiques et agréables, avec un bon maintien. La position de conduite est également plutôt bonne. Les commandes sont assez bien placées. En revanche, je cherche toujours le compte-tours… Est-il caché dans les menus ? Faut-il l’activer ? C’est pourtant un incontournable…

Je passerais sur quelques incohérences. Ma version d’essai arbore un moteur bien connu chez Renault : le sempiternel 1.0 TCe de 90 chevaux, couplé à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports. Un moteur dont la sonorité est plutôt agréable, ce qui est commun à beaucoup de moteurs essence à trois cylindres.

À ma grande surprise, ce sont des freins à disques que l’on trouve à l’arrière. À l’inverse, tes consœurs à moteur hybride arborent toujours des tambours. Un choix stratégique surprenant et bien peu gracieux…

On aurait difficile avoir pu avoir un coloris plus monotone, impersonnel et fade…

Le feeling de conduite n’est d’ailleurs pas mauvais. Chère Clio 5, tu m’as agréablement surpris mais comme beaucoup de moteurs essence turbo, tu manques tristement d’allonge. Je passerais également sur la visibilité arrière mauvaise pour souligner ta faible consommation et la sensation de sécurité que tu procures. En effet, le feeling de conduite est vraiment bon.

Toutefois, me faire le coup de la panne n’était pas vraiment une bonne idée. Figer ton compteur à 22 km/h, c’est pas très amusant. De même, la réinitialisation de ton compteur qui coupe le moteur alors que j’étais à 90 km/h, ce n’était pas forcément le bon plan.

Quant à l’arrêt inopiné du moteur au plein milieu du carrefour, je dois avouer que je ne m’y attendais pas. Mais le plus surprenant, c’était encore le blocage physique du levier de vitesse. Une grande première pour moi qui me fait me poser beaucoup de question. Me mettre la climatisation à fond en pleine canicule, c’était pas trop désagréable, mais pour le chauffage à fond, je m’en serais bien passé.

Effectivement, tu es une Clio de location, tu as déjà plus de 17 000 kilomètres au compteur, un embrayage un peu fatigué, un volant pas droit et une révision de retard. Peut-on t’en vouloir ? À vrai dire, pas vraiment. Mais ces différents soucis électroniques ont précipité notre séparation.

Alors bien sûr, il serait facile de me traiter d’anti-Renault… J’ai pourtant une belle affection pour la marque au losange, mais je dois reconnaître ne pas avoir été séduit par cette Clio 5. Dommage. Sans être une mauvaise voiture, elle me paraît bien fade face à ses concurrentes.

Je te quitte, pour ta grande sœur, la Mégane. Affaire à suivre…

Merci à Thomas H-M pour les photos et les péripéties à bord de cette Clio 5.

Poursuivez votre lecture

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page