C'est à vendre !DécouvertesPeugeot

Une Peugeot 206 WRC est à vendre !

C’est un fait : la Peugeot 206 est une voiture ultra commune, que l’on croise encore à tous les coins de rue de nos jours. Le modèle que je vous présente aujourd’hui est hautement plus rare que n’importe quelle autre 206 que vous croiserez : c’est un modèle WRC. À son bord, il y a notamment eu le célèbre pilote finlandais Marcus Grönholm. Proposée à la vente, cette Peugeot 206 WRC châssis C31, n’affiche pas son prix. Revenons plus en détails sur cette mythique voiture de rallye.

La dure question de l’homologation

Peugeot 206 WRC profil

En 1997, Peugeot cherchait à concevoir une nouvelle voiture de rallye pour succéder à la 306 Maxi. La sortie de la 206 fut l’occasion d’envisager ce modèle comme future base. Seulement, la Peugeot 206 ne mesure que 3,83 mètres de long. Pour que l’homologation en rallye WRC puisse avoir lieu, il est nécessaire qu’une version de série mesure au minimum 4,00 mètres ! Ainsi, la 206 GT, sur la base d’une version S16, de 138 chevaux, vit le jour, avec des pare-chocs avant et arrière allongés jusqu’à atteindre la longueur réglementaire. La 206 WRC fit ses débuts en 1999 et ils s’avèrent plutôt concluants. Le kit carrosserie est assez séduisant La ligne est bodybuildée, avec des ailes ultra larges, un immense aileron et une décoration bien pensée aux couleurs de Total.

La conception s’avère excellente et fiable. Michel Nandan, qui officiait chez Toyota WRC, a apporté son expérience sur les différentiels, la boîte de vitesse ou encore la lubrification. Les amortisseurs sont de fabrication Peugeot. Avec, la firme sochalienne a remporté le titre constructeur en 2000, 2001 et 2002. Le châssis C31, ici proposé à la vente, date justement de 2001. Cette année-là, le moteur 2.0 turbo de 325 chevaux vit son couple porté de 650 à 850 Nm. On imagine alors l’efficacité des reprises d’autant plus que la puissance est distribuée sur les quatre roues.

L’histoire du châssis C13

Peugeot 206 WRC à vendre

Ce châssis de 2001, numéroté C13, porte l’immatriculation : 206 NLN 75. Marcus Grönholm pilota cet exemplaire seulement lors d’une course du rallye ADAC d’Allemagne, en 2001 avec une quatrième position. Par la suite, le pilote finlandais utilisa d’autres modèles de 206 WRC, qui l’emmenèrent notamment jusqu’au podium en 2000 et 2002. Il appréciait le comportement, l’efficacité ou encore la tenue de route. Les corrections de trajectoires sont très précises, tout comme les suspensions et la transmission qui convenaient parfaitement. Par la suite, cet exemplaire fut vendu à l’équipe Bozian Racing où il participa à plusieurs courses avec Nicolas Vouilloz et Henning Solberg sur les manches sur asphalte jusqu’en 2007. Là, deux français l’achetèrent successivement pour participer à des rallyes locaux.

Cette 206 WRC de 2001 fit l’objet d’une restauration intégrale en 2016 où chaque élément mécanique ou de carrosserie fut repris. C’est un collectionneur qui l’achète alors et qui s’offrit une ultime course en juin 2019. Une ultime vérification par un ex ingénieur Peugeot Sport eut lieu afin de préparer la vente. D’ailleurs, ce bel exemplaire est fourni avec un ensemble de pièces de rechange… Et elle dispose même de son pass FIA Gold original avec correspondance des numéros de série VIN et WRC.

Combien ça coûte ?

Peugeot 206 WRC arrière

La Peugeot 206 WRC, elle nous a tous fait rêvé étant gamin… Et même encore aujourd’hui, elle constitue une pièce de collection hautement désirable ! Ce bel exemplaire, dans un très bon état, est proposé à la vente par Art & Revs pour un prix sur demande. Contacté par nos soins, le vendeur n’a pas souhaité révéler le prix. Nous tablons néanmoins sur une note à six chiffres. Le vendeur précise l’excellent état de cette voiture mais aussi son entretien régulier tout en long de ses sorties. Quant à l’intérieur, il conserve son instrumentation d’origine et tout le nécessaire pour reprendre « la route ».

Aujourd’hui encore, la Peugeot 206 conserve un énorme capital sympathie que la 207 n’a pas réussi à entretenir. En revanche, inutile d’encourager Anthony a acheter cet exemplaire, cela n’entre pas dans notre budget et de toutes les manières, il n’est pas prêt de lâcher son HDI.

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

1 commentaire

  1. slt michèle nandan est l’ancien team principale de hyunday motorsportmais pas de toyota sinon un superbe article 😉

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page