ActualitéRenault

Renault 5 Concept : le visage de la relance du losange

Renault, en 2021, c’est plus une remise en question qu’une progression. Même si les soldats Clio et Captur font des ventes record en Europe, et que la Mégane est dans le Top 15 des meilleures ventes en France en 2020, la marque au losange va mal. Les autres modèles de la marque ne sont pas au top de leur forme, et le segment prisé des SUV compacts n’est pas conquis avec Kadjar et Koleos… Une stratégie pour les cinq années à venir est en cours de déploiement. Et elle est valable pour tout le groupe, en ce compris Dacia et Alpine, et même Lada ! Chez le losange en particulier, la fameuse R5 a été ressuscitée ! Alors, futur modèle de la gamme, ou prototype à la sauce Peugeot e-Legend ?

Renaulution, un scénario après-catastrophe en 5 ans

En deux années, Renault a subit deux secousses qui ont vite fait de les faire presque couler. Déjà, l’alliance ratée avec FCA n’est pas encore digérée. Ensuite, les retombées monumentales de l’affaire Carlos Ghosn plane toujours sur le groupe, et l’Alliance (ajoutez Nissan et Mitsubishi aux diverses marques déjà citées). On pourrait parler des conséquences en argent et en pertes d’emplois, mais concentrons-nous plutôt sur le plan de relance, nomme « Renaulution ». L’idée de la « nouvelle vague » est clairement avancée par Luca De Meo, nouveau directeur du groupe.

Ce plan de relance va se faire en plusieurs étapes. Les trois premières années, le but sera d’augmenter les marges et de récupérer des fonds. Le prix moyen des véhicules du Groupe Renault augmentera (on parle de 600 € environ), alors que tout sera mis en œuvre pour qu’elles coûtent moins chères. En effet, seules 3 plateformes communes serviront à tout le groupe, et les motorisations seront, à terme, totalement électrifiées. Le monogramme dCi, n’apparaissant déjà plus que dans les capots, mourra en 2025, et l’avenir des motorisations purement essence n’est pas plus rose. L’hybridation nous permettra de garder un peu de sans-plomb dans notre auto…

L’après-2025 : une avancée floue dans la technologie

D’ici 2025, le Groupe Renault prévoit de présenter 24 nouvelles voitures ! Dans tout ce paquet, nous aurons droit à un minimum de 10 véhicules électriques. Cela devrait aider incontestablement Renault à devenir le leader dans l’électrification, du moins dans les gammes de prix plus raisonnables que Tesla, par exemple. Même si plus de 2 000 licenciements dans le Monde sont prévus, le Groupe assure que leur production de solutions électrifiées la plus intense se trouve dans le nord de la France ! Mais, de nouveau, si Renault compte créer beaucoup de véhicules électriques, c’est parce qu’ils sont les plus rentables… Oui, ça casse un peu le mythe du constructeur éco-responsable… Et pour après, à part que tout basculera dans la technologie, nous n’en savons pas beaucoup plus…

Électrification d’Alpine, suppression de Renault Sport, mais résurrection de Lada !

Il y a du bon et du moins bon dans toute cette Renaulution. Tout d’abord, mais ce n’est pas un scoop, la suppression de Renault Sport est officielle. Le badge RS n’existera plus chez Renault dès que la Mégane RS arrêtera sa carrière. C’est Alpine qui va regrouper toute la sportivité du groupe Renault. Ils géreront les dépassements et les podiums en Formule 1 avec l’aide d’Esteban Ocon et de Fernando Alonso. Ils s’occuperont également de booster les modèles de la gamme Renault. Et, enfin, ils continueront de faire des modèles à part. Le seul hic, c’est que, hors de la F1 (photo un peu plus haut !), toute Alpine sera électrique, mais fun. Peut-être est-ce la seule option pour être rentable d’ici 2025. Encore faut-il y arriver, sinon, nous ne donnons pas cher de la peau de la marque emblématique…

Par contre, s’il en existe une à laquelle on ne pensait pas, c’est Lada. Et pourtant, c’est un véritable tour de force qu’ils nous proposent, en présentant un concept car qui rappelle des choses. La marque russe profitera des plateformes créées par Dacia pour développer de nouveaux modèles concurrentiels en Russie.

Pour l’Europe, la marque roumaine reste aux commandes. Nouveau logo, nouvelles idées, et nouveaux modèles. La petite Spring est imminente, mais un Duster allongé est dans les starting-blocs, comme nous le montre le Bigster Concept, long de 4,60 mètres. Ce véhicule devrait être proposé avec des motorisations thermiques, mais sera également électrifié afin de baisser la moyenne des émissions de CO2.

Mobilize, une plateforme d’autopartage pour allonger le temps d’utilisation de l’automobile

Voyant que, 90% du temps, nous n’utilisons pas nos voitures, le groupe Renault s’est décidé à développer Mobilize. Cette nouvelle « marque » prône plutôt l’usage de l’automobile que la propriété. Le principe de l’autopartage est déjà présents dans les villes européennes, mais le désamour de tout peuple pour l’automobile mixé aux besoins des investisseurs pousse à la création de ces véhicules.

Ici, Mobilize n’a pas à chercher bien loin. La Renault Twizzy, datant de 2011, donnera sa plateforme au modèle EZ-1 et devrait prendre sa retraite, afin de ne pas faire double emploi et de supprimer un autre échec commercial de la gamme du losange

Nouvelle Renault 5, reculer pour mieux bondir ?

Gilles Vidal, nouveau directeur du design émanant tout droit de chez Peugeot, a assuré directement que ce concept-car serait bien produit. Il affirme également que les codes stylistiques de la R5 sont tellement uniques qu’ils ne figureront pas sur d’autres modèles. Est-ce une bonne nouvelle, au final ? Pas à 100%. La communication qu’en fait (et qu’en fera) Renault provoque une vague d’adoration pour ce concept-car, parce qu’il nous rappelle des souvenirs. Cette petite auto rappelle des souvenirs à toute une génération, et c’est voulu. Pour les plus jeunes, le design est sportif et le coloris vif. Mais, tout bien réfléchis, cette Renault 5 seconde génération ne montrerait pas un manque d’inspiration profond ? Espérons que Monsieur Vidal, papa des Peugeot 308, 3008 et 208 II, ne soit pas en panne si tôt !

Cette Renault 5 aura son presque homologue dans la gamme Renault avant 2025. D’après nos idées, elle devrait remplacer la Twingo au début de l’année prochaine, et reprendrait ce nom. On ne peut pas et éradiquer l’appellation d’une citadine trop connue, et faire réapparaitre le numéro « 5 » sur le hayon d’une Renault électrique. En effet, cette citadine ne recourra pas aux services de motorisations thermiques, ce qui ne semble pas illogiques sur une voiture dédiée uniquement à la ville. Si vous souhaitez un diesel, il vous reste encore le Kangoo !

Des idées manquant de réalisme pour être un succès

Si on y regarde de plus près, ce concept est franchement intéressant. On découvre tout d’abord ce qui ressemble au nouveau logo de la marque au losange. La Renault 5 présente également tout un tas d’approches intéressantes pour renouveler les fondements du style dynamique. Ces bas de caisse en noir, par exemple, assoit la petite citadine électrique, alors qu’il ne s’agit que de l’emplacement des batteries… Ce liséré rouge, courant de chaque rétroviseur et se rejoignant via la ligne de toit, est peut-être osé mais très intéressant. La couleur rouge rappelle la « sportivité », mais le principe annonce clairement un nouvel élément de personnalisation.

Enfin, nous remarquerons un réel travail sur la non-intégration des carrés à LED, à la sauce Volkswagen. Ceux-ci sont comme flottant dans les airs. La forme n’a rien d’innovant, mais l’ensemble ajoute clairement en cachet. Les optiques, cependant, ont beau rappelé la petite bombe d’antan, elle ne fonctionne pas sur ce prototype à mon goût… À l’instar de la face arrière, qui a l’air d’avoir été assez bâclée pour que nous ne puissions dire que le bandeau lumineux arrière est vraiment réservé aux feux effilés…

Publicité

Etienne Deketele-Kestens

De la Smart à la Bentayga, je peux dire que je suis complètement obsédé par le monde automobile. Intégrer l'équipe de PDLV et pourvoir donner ma vision des nouveautés chaque jour est quelque chose de génial pour moi. Ma "carrière" de blogueur a débuté il y a quelques années, et ceci, cumulé à mes études en mécanique auto, me permettront de vous proposer un contenu de qualité, tout en gardant le côté décalé cher à PDLV. Je roule en Peugeot 308 SW BlueHDI 130 finition GT Pack.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page