BenzinC'est à vendre !DécouvertesRenaultVoitures de gendarmerie

Et si vous achetiez une Renault 21 Turbo de gendarmerie ?

En 1992, si vous commettiez un gros excès de vitesse sur autoroute, il y avait de bonnes chances que ce soit une Renault 21 Turbo bleue à gyrophare qui vous rattrape. La Brigade Rapide d’Intervention (BRI), devenue ERI, a possédé 33 berlines, dotée du moteur 2.0 litres suralimenté de 175 chevaux. Avec le 0 à 100 km/h abattu en moins de 8 secondes, elles pouvaient rattraper sans trop de difficulté ceux qui ont eu le pied un peu lourd sur l’accélérateur. Cela tombe bien : Benzin propose aux enchères un bel exemplaire ayant appartenu à la gendarmerie. L’occasion de profiter du savoir-faire de Renault, à l’époque où on affichait fièrement un badge « Turbo » à l’arrière. En plus, vous trouverez à bord un téléphone d’époque et un ordinateur encore plus vieux que celui de votre grand-mère.

La Renault 21 Turbo de gendarmerie

De nombreuses générations de véhicules rapides d’intervention (VRI) se sont succédé au sein des pelotons autoroutiers de gendarmerie. L’instigatrice a été l’Alpine A110, qui officia entre 1966 et 1973. Les années passants, les services ont été plus courts et la Renault 21 Turbo a fait partie de ces modèles éphémères. Livrées en 1992 et 1993, les R21 ont été réformées en 1995 au profit de la Peugeot 405 T16, la première voiture de gendarmerie à passer le cap des 200 chevaux. Mais revenons à notre bonne vieille Renault 21 Turbo. À l’époque, il était de bon ton d’ajouter un turbo sous le capot et de l’afficher sur la carrosserie. On se souvient des Renault 12 Turbo, qui arboraient un stripping latéral, délicieusement kitsch mais tellement évocateur. C’était la belle époque où le turbo n’était pas à géométrie variable.

Quand il chargeait, on se prenait un coup de pied au cul. Cela change d’aujourd’hui où le couple est disponible très tôt dans les tours… Certains exemplaires ont été détruits mais la plupart a connu une seconde vie. Certaines ont été débarrassées de leur couleur bleue et de tout ce qui pourrait faire écho à la gendarmerie. D’autres, comme cet exemplaire proposé par Benzin, ont conservé aussi bien la livrée d’époque, que les équipements intérieurs. Bien remise en état, cette belle Renault 21 Turbo semble prête à vous intercepter sur autoroute. Un modèle encore plus impressionnant que les Mégane RS qui s’effacent petit à petit du paysage.

Un modèle collector !

Renault est capable du meilleur comme du pire. Certaines abominations ont clairement terni l’image de la marque. C’est principalement le cas au début des années 2000 avec les Laguna 2 et Espace 4 et plus particulièrement des désastreux 1.9 dCi 120 et 2.2 dCi 150. L’électronique n’est pas en reste. Au début des années ’90, il n’y avait rien de tout cela… Et on ne s’en plaindra pas ! À bord de cette ex voiture de la BRI, on trouve de généreux sièges semi-baquets en velours, qui semblent en très bon état. Vous savez, ce sont ces sièges où l’on enfonce dedans : le confort est inégalable. Le tableau de bord, massif, est comme la ligne de la voiture : très carré. On trouve une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports et divers équipements hérités, témoin du passé de cette voiture.

Il y a l’ordinateur portable, fixé devant le passager, le téléphone et bien sûr la radio. Ensuite, on repère que les antennes sont toujours présentes sur le toit ainsi qu’un gyrophare amovible. De base, il était fixe et le vendeur précise que les trous d’origine existent toujours. Forcément, il est interdit de se promener dans la rue avec une voiture ayant un gyrophare bleu ! De même, le stripping « Gendarmerie » présent sur les portières prend la forme d’un magnet de grande taille, pouvant être retiré sur route.

175 chevaux et 350 000 kilomètres

D’une manière générale, les VRI sont souvent usées jusqu’à la corde. Leur usage intensif restreint leur durée de vie. Pourtant, nous avons pu constater que les équipes sont réellement soigneuses et attachées à leurs véhicules. Utilisées durant deux ou trois années, les Renault 21 Turbo ont généralement bien vécu leur passage aux couleurs de la gendarmerie. L’exemplaire ici proposé affiche fièrement 350 000 kilomètres au compteur. Ce 4-cylindres de 2.0 litres délivre 175 chevaux à 5 200 tr/m et 270 Nm de couple à 3 000 tr/m. Une puissance déjà confortable. Précisons qu’il était possible d’opter pour la version Quadra – avec la transmission intégrale – mais ici, c’est bien la version traction.

Si vous avez toujours rêvé de posséder une voiture de gendarmerie et une Renault 21 Turbo, vous pouvez concilier les deux ici ! Le vendeur est situé à Roanne (42) tandis que les enchères se passent sur le site de Benzin. Pour l’heure, les enchères sont à 16 000 € mais il reste encore 3 jours pour poser votre offre. Immatriculé successivement 8337 WF 28, 9626 ZD 14 puis BJ-460-MW, cette belle pièce n’attend plus que vous ! Envie d’enchérir ? L’annonce est consultable juste ici !

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page