ActualitéBugatti

Bugatti Chiron Super Sport : une « longue queue » qui change tout ?

Rappelez-vous, en août 2019, Bugatti battait le record de vitesse sur le circuit allemand de Ehra-Lessien en atteignant les 490,484 km/h. Une vitesse incroyable qui avait nécessité de modifier quelque peu la Chiron originelle. Pour l’occasion, la marque avait énoncé la sortie d’une série limitée d’une trentaine d’exemplaires, en reprenant les ingrédients du prototype. Désormais dévoilée, cette incroyable Bugatti Chiron Super Sport de 1 600 chevaux se distingue avant par son arrière « long tail », qui offre une meilleure aérodynamique. Dans la plus pure tradition Bugatti, voici donc le nouveau fleuron de la gamme qui sera bridé… à 440 km/h. Quant au prix, il est tout aussi indécent que les performances.

Bugatti : la longue histoire des « long tail »

Il y a encore trente ans, les publicités automobiles vantaient la vitesse de pointe des nouveaux modèles. De nos jours, c’est un critère qui n’a plus trop d’importances hormis pour les sportives et les supercars. Justement, chez Bugatti, la vitesse maximale fait pleinement partie de l’ADN de la marque. La Veyron fut la première voiture de série à dépasser les 400 km/h, au début des années 2000. La branche Super Sport est clairement emblématique chez Bugatti, elle symbolise l’excellence et la quête de performances. Dès 1931, la Bugatti Type 55 Super Sport atteignait les 180 km/h. En 1993, la Bugatti EB 110 Super Sport est parvenue à atteindre les 351 km/h. Un exploit battu en 2010 avec la légendaire Bugatti Veyron Super Sport, propulsée à 431,2 km/h. Aller toujours plus loin, c’est l’un des objectifs de la marque basée à Molsheim, en Alsace.

Les carrosseries de voitures de course, ou les supercars, sont parfois proposées avec une queue longue ou courte. Cela traduit le fait que l’arrière peut être plus ou moins allongé. Dans les faits, cela permet d’accroître l’aérodynamique en offrant une meilleure gestion des flux d’air. C’est exactement ce qui a été employé sur la nouvelle Bugatti Chiron Super Sport. Rallongée de 25 centimètres à l’arrière, elle offre une meilleure stabilité à haute vitesse et permet d’atteindre une vitesse de pointe plus élevée. Parmi les long tail célèbres, il y avait la Porsche 956, la McLaren F1 GTR ou encore la Nissan R390.

Un style plus musclé encore

Visuellement, la Bugatti Chiron Super Sport paraît plus musclée. Elle n’adopte cependant pas le code couleur assez flashy de la Veyron éponyme, mêlant carbone vernis et orange. Cette fois, la marque a opté pour un gris très léger associé à des touches de carbone bien dosées.

On remarque assez vite un travail important sur le bouclier avant. Celui-ci dispose d’écopes plus importantes et plus modernes d’aspect. La lame avant, exclusivement en carbone, est plus proéminente tandis des aérations prennent place sur les côtés du pare-choc. Des évolutions qui vont dans le bon sens, sans métamorphoser le vaisseau amiral d’origine italienne, appartenant à un groupe allemand et produit en France. Notons qu’il s’agit de jantes exclusives bien qu’il soit possible de choisir, en option, les jantes en magnésium de la Chiron Pur Sport.

Le profil témoigne de la recherche de la meilleure aérodynamique. Sans surprise, Bugatti a multiplié les tests en soufflerie jusqu’à offrir la meilleure pénétration dans l’air. Le diffuseur, plus massif, augmente l’effet de sol et permet d’éviter l’implantation d’un aileron plus important. Les modifications sont très nombreuses et se montrent discrètes pour la plupart. La plus notable, c’est bien sûr la longueur allongée de 25 centimètres, au niveau de l’arrière, qui modifie la perception de cette Bugatti Chiron Super Sport.

Cela engendre bien sûr son lot de nouveautés, comme une augmentation de puissance bien sûr ! L’arrière est également remodelé. Si les formes générales subsistent, le diffuseur n’est plus courbé. Il affiche un design plus fort et dispose de deux sorties d’échappements superposées de chaque côté. Un style musclé qui demeure élégant. Par ailleurs, notons que la partie ajoutée est carrossée « à part » et se trouve ajoutée à l’arrière.

1 600 chevaux… et des ajustements

En position centrale arrière, on retrouve l’imposant moteur 16-cylindres de 8 litres, accompagné de ses quatre turbos. La puissance atteint désormais les 1 600 chevaux. La transmission intégrale, sans doute indispensable pour passer la puissance au sol, est aidée d’une boîte de vitesse à double embrayage et sept rapports.

Outre le gain de puissance, le septième rapport est allongé de 3,6%, tout comme le rupteur reculé à 7 100 tr/m, ce qui permet d’atteindre les 440 km/h. Le couple culmine toujours à 1 600 Nm, avec une poussée constante de 2 000 à 7 000 tr/m. Ainsi, le 0 à 100 km/h culmine à toujours à 2,4 secondes, tandis qu’il ne faut que 5,8 secondes pour passer de 0 à 200 km/h. Plus impressionnant encore, seulement 12,1 secondes sont nécessaires pour passer de 0 à 300 km/h.

On note aussi de nouveaux pneumatiques, en l’occurrence des Michelin Pilot Sport Cup 2 spécialement développés pour cette Chiron Super Sport. Ceux-là font l’objet d’un soin tout particulier afin de s’assurer qu’aucun défaut ne soit présent. On note aussi une très légère cure d’amaigrissement, de 23 kg, faisant passer la supercar à 1 972 kg à vide. On est bien loin de l’esprit de la sportive aguerrie, la Chiron Super Sport demeure avant tout une grosse GT de luxe. D’ailleurs, son habitacle s’habille ici d’une superbe livrée marron clair, agrémentée de touches de carbone et d’aluminium. On peut difficilement faire plus élégant !

Plusieurs modes de conduite sont proposés, notamment celui qui se nomme « Vitesse de pointe », parfaitement explicite. Bugatti précise qu’il suffit de six millièmes de seconde pour passer de l’un à l’autre.

Un prix de vente à la hauteur des prétentions…

Jamais à court de superlatif, la Bugatti Chiron Super Sport s’affiche à partir de 3,2 millions d’euros hors taxe, soit plus de 3,8 millions d’euros si l’on inclue la TVA. C’est toujours moins que l’unique Chiron Hermès ! Un prix très élevé qui s’explique par le coût du développement, l’artisanat mais aussi une certaine exclusivité, puisque seulement 30 exemplaires seront produits. Chaque modèle Bugatti est l’objet de plusieurs années de travail, de développement, afin d’offrir la meilleure fiabilité et efficacité, dans le temps. Les premiers exemplaires de la Bugatti Chiron Super Sport seront ainsi livrés au début d’année 2022. Notons que selon Bugatti, les trente exemplaires seraient dans « un design et des éléments de couleur similaires » au modèle ici présenté.

Source
Bugatti.com
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page