C'est à vendre !DécouvertesPeugeot

Et si vous posiez une enchère sur cette Peugeot 406 coupé bleue ?

Selon moi, la Peugeot 406 coupé est l’une des plus belles voitures françaises jamais produites (aux côtés des Citroën Traction, DS et C15). Sa ligne intemporelle ne peut pas renier quelques comparaisons flatteuses avec des Ferrari. Cela tombe bien, nos amis de chez Benzin ont déniché un bel exemplaire dans l’une des plus belles configurations qui existent. Outre le joli bleu Byzance, on trouve un intérieur abricot et le délicieux moteur V6 de 194 chevaux. Et non, ce n’est plus le PRV ! Et si c’était le moment de vous offrir ce collector en devenir ? Dépêchez-vous : il ne vous reste plus que trois jours pour enchérir !

Peugeot 406 coupé : une digne descendance

Ne cherchez pas de pièce de carrosserie communes entre les Peugeot 406 berline et coupé, il n’y en a aucune. le coupé, commercialisé dès 1997, a une ligne signée Pininfarina. Un grand nom que l’on retrouve sous la forme d’une signature, sur les ailes arrière. Les coupés, c’est une grande tradition chez Peugeot, qui a malheureusement pris fin en 1983 suite à l’arrêt de la 504 coupé.

Ce n’est donc que 14 ans plus tard qu’un grand coupé fait son retour. Et quel retour ! L’accueil fut excellent soulignant le design de la Peugeot 406 coupé. Elle a d’ailleurs été élue plus belle voiture de l’année 1998 au Festival automobile international. Il est vrai que cette ligne a particulièrement bien vieilli. Dans la même veine que la Ferrari 360 Modena, les années ne semblent avoir aucun impact sur la Peugeot 406 coupé… D’ailleurs, son aérodynamique (Cx de 0,32) est très respectable pour un modèle développé il y a… 25 ans ! Oui, un quart de siècle.

Pour savourer pleinement la Peugeot 406, autant avoir l’une des plus belles configurations qui existent. Peugeot a implanté au sein de son coupé l’onctueux V6, développé conjointement avec Renault. Néanmoins, il ne s’agit plus du « vieux » PRV mais bien d’un moteur entièrement nouveau. La marque au lion a clairement mis les petits plats dans les grands afin notamment de rivaliser avec la concurrence allemande, qui se faisait de plus en plus forte. L’habitacle n’est pas en reste avec de belles selleries cuir, quatre vraies places, des sièges réglables électriquement et chauffants : la Peugeot 406 coupé marque un vrai bond en avant en matière de qualité perçue. Malgré tout, certaines pièces ont été reprises de berline car même si la marque française veut faire les choses bien, il y a quand même un budget à tenir !

Un collector avant l’heure ?

Est-ce la ressemblance avec les Ferrari ? Est-ce le fait qu’il s’agisse d’un coupé ? Au même titre que les Opel Calibra, les jacky-tuning n’ont clairement pas épargné les Peugeot 406 coupé. Par chance, ces derniers se sont davantage intéressés aux « petites » motorisations. Rappelons par ailleurs qu’en 2001, la marque au lion a proposé un moteur HDI au sein de son coupé. Il fallait répondre à la demande grandissante des gros rouleurs. En haut de la gamme, dès 1997, c’était le moteur V6 de 3.0 litres qui officiait. Celui-ci délivre 194 chevaux et grimpe même à 210 chevaux lors du restylage au second semestre 1999.

Si la production de la Peugeot 406 coupé, de 1997 à 2004, a dépassé les espérances en matière de volume, l’aspect collector s’est assez vite fait ressentir, avec un soupçon de spéculation. Sans surprise, ce sont les plus beaux exemplaires, principalement les versions non restylées, qui sont les plus recherchées et plus encore lorsqu’elles disposent du moteur V6. Chez Benzin, le modèle sur lequel vous pouvez enchérir est dite 1 phase 1. Aux yeux de beaucoup, c’est la plus belle. La phase 2 arborait un faciès différent, avec une plus grande bouche.

Celle-ci ne profite donc pas de l’évolution à 210 chevaux mais conserve ses 194 chevaux, une puissance déjà très correcte bien que le poids soit assez élevé, avec près de 1,5 tonne sur la balance. La Peugeot 406 coupé V6 tient davantage de la GT que de la sportive pure. Les accélérations notamment, exigent 8,1 secondes pour le 0 à 100 km/h, ce qui n’est pas très glorieux. Mais le plaisir est ailleurs. C’est une voiture d’esthète, pour cruiser. D’ailleurs, les beaux exemplaires ont tendance à prendre de la valeur, surtout ceux ayant un historique limpide et une configuration aussi séduisante que celle ici présentée. Au final, c’est comme bon nombre de voitures, mais avec quelques années d’avance.

Combien ça peut coûter ?

La Peugeot 406 coupé a largement réussi son pari. Elle se positionne comme un coupé dans le pur esprit GT, avec un moteur agréable et dynamique. Surtout, sa ligne témoigne du talent de Pininfarina. Rares sont les productions « modernes » à traverser aussi bien les décennies. Pour autant, le coupé V6 n’est pas exempt de reproches, il dispose notamment d’une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports seulement et non pas de la boîte automatique. Fort heureusement, la 406 coupé n’a pas hérité de la boîte robotisée montée sur les gammes inférieures.

L’exemplaire actuellement proposé aux enchères chez Benzin dispose de cette boîte manuelle et de la couleur Bleu Byzance, associée aux jantes BBS de 16 pouces. L’entretien semble suivi bien que le kilométrage affiché au compteur ne soit pas le bon. Malgré tout, c’est clairement dans ce type de configuration que l’on tombe le plus sous le charme du coupé 406. La Peugeot 407 coupé a marqué une rupture stylistique, pas au goût de tout le monde, ce qui renforce l’intérêt pour la 406 !

D’innombrables séries limitées ont vu le jour, parfois très discrètes, qui renforcent encore le côté collector. Ce bel exemplaire de 1999 dispose de l’intérieur en cuir abricot, à la fois original et élégant. Tout est dit fonctionnel, avec un entretien à jour. La cote, elle n’est pas simple à estimer. Cette jolie Peugeot 406 coupé pourrait donc partir dans la cote haute, entre 8 et 10 000 €. Si le marché de l’occasion est étonnamment bien fourni, les écarts de prix sont importants, entre les 406 coupés « dans leur jus » et celles qui ont été configurées et entretenues avec soin. C’est certain, il ne faudra pas trop tarder si vous comptez vous offrir une Peugeot 406 coupé V6… Vous pouvez poser votre enchère sur Benzin !

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page