AstucesPratique

5 conseils pour choisir son type de recharge électrique

Longtemps perçue comme étant le futur de l’automobile, la voiture électrique s’implante de plus en plus dans le paysage automobile français. De la Renault Zoe à la Tesla Model S Performance, le spectre est large : il y en a pour tous les goûts. Acheter une voiture électrique, c’est aussi revoir son utilisation et s’adapter. En effet, la question de la recharge devient un enjeu majeur. Pour que cela ne devienne pas une source de stress le moment venu, il est important d’étudier en amont les solutions qui s’offrent à vous. Voici cinq astuces simples pour vous aider à y voir plus clair, sur les systèmes de recharge… Et plus généralement sur la voiture électrique !

1. Faites le point sur votre utilisation

Avant de passer à la voiture électrique, il faut se poser les bonnes questions… Sinon, ça peut tourner au cauchemar ! Si rouler à l’électrique est économique, cela dépend avant tout de l’utilisation que vous ferez de votre voiture, de votre type de parcours mais aussi de la solution de recharge à votre disposition. Il arrive trop fréquemment que des personnes achètent une voiture électrique et réfléchissent seulement ensuite à ce qu’il est possible de faire. En anticipant, vous aurez toutes les cartes en main pour faire le bon choix de borne de recharge pour les voitures électriques.

Ensuite, il faut savoir qu’une voiture électrique se montre plus avantageuse sur les trajets urbains. Les phases de décélération sollicitent le frein moteur et régénèrent la capacité de la batterie. Sur autoroute, la consommation d’une voiture électrique peut être particulièrement élevée. Vous comprendrez que outre la distance kilométrique entre votre domicile et votre travail compte au moins autant que le type de parcours effectué. Le système de recharge doit correspondre à votre utilisation.

Il existe 4 modes de recharge principaux, régis par la norme électrique NF EN 61851-1. Les modes 1 et 2 correspondent aux charges lentes, sur prise secteur, avec du courant alternatif 16 A. Le mode 3 conserve le courant alternatif, en monophasé et triphasé, ce qui permet de faire fluctuer la vitesse de charge en fonction des besoins. C’est un dispositif qui peut être installé chez les particuliers. Quant au mode 4, il s’agit de bornes de grande taille, alimentées en courant continu, qui peuvent fournir des charges rapides… Adaptées aux voitures qui peuvent l’accepter ! Maintenant, vous voulez peut-être voir cela plus concrètement… Il existe trois types de système de recharge.

Les trois types de borne sur le marché

  • La recharge à domicile : il s’agit de brancher votre voiture électrique depuis une prise de courant domestique simple (mode 1) ou renforcée (mode 2). Les recharges sont assez lentes puisqu’il vous faudra parfois plus de 15 heures pour restaurer l’intégralité de la batterie d’une Tesla Model S avec une batterie de 100 kWh par exemple. Si vous roulez peu en semaine, sur des petits trajets, alors ce dispositif peut suffire. Pour les trajets plus longs, il faudra vous organiser différemment, quitte à aller sur une borne de recharge publique ;
  • La « Wallbox » : envie d’une recharge plus rapide, il existe des bornes de charge monophasée capable d’offrir jusqu’à 22 kW. C’est donc nettement plus rapide mais aussi plus onéreux à l’achat. Pour vous y retrouver, il est préférable d’utiliser quotidiennement votre voiture électrique sur des trajets suffisamment longs, afin de justifier la recharge rapide. Toutefois, c’est aussi un gain de confort appréciable pour les déplacements improvisés ;
  • Les bornes de recharge rapide : certaines bornes publiques sont capables de vous proposer la charge rapide, pouvant aller jusqu’à 150 kW. Si votre voiture électrique peut supporter une telle tension, les temps de recharge sont minimes. Parfois, il est possible de restaurer 80% de la capacité de la batterie en une demie-heure seulement. Si des installations à domicile existent, cela est généralement plus réservé aux meilleures bornes publiques. Un exemple ? Les célèbres Superchargeurs Tesla.

Forcément, cela implique de tenir compte d’un certain nombre de paramètres. Vous disposez d’un garage alimenté en électricité ? Alors vous aurez la possibilité d’opter pour la solution de recharge qui vous correspond. Votre voiture dort dans un parking sous-terrain ? Vous devrez demander à votre propriétaire ou syndic de copropriété, afin d’étudier les solutions qui s’offrent à vous. Votre voiture dort dans la rue ? La recharge risque d’être plus compliquée. Mieux vaut donc localiser en amont les bornes publiques à proximité… Et le prix ! Mais si vous pouvez recharger votre voiture électrique à votre travail, alors bon nombre de problèmes logistiques s’effacent !

2. Étudiez votre budget et les aides gouvernementales

Sans surprise, les solutions de recharge les plus rapides sont les plus onéreuses. Il faut parfois compter jusqu’à 10 000 € pour une borne de recharge personnelle, avec une puissance élevée. Outre l’équipement en lui-même, l’installation doit être effectuée par un professionnel. De même, la consommation sera forcément plus élevée et aura un impact sur votre facture d’électricité. La plupart des voitures électriques actuelles ont la possibilité de paramétrer la recharge depuis le système multimédia ou depuis votre smartphone. Là encore, il s’agit d’un aspect essentiel car laisser charger une voiture électrique toute la nuit, au-delà de 100%, n’est pas bon et peut écourter sa durée de vie.

De plus, il convient de faire attention au type de batterie présent sur votre future voiture électrique. Par exemple, les Bollore Bluecar (qui avaient constitué le parc Autolib) avaient une batterie une batterie LMP qui nécessitait une température constante comprise entre 60 et 80°. Cela implique que la voiture soit chargée continuellement, dès lors qu’elle n’est pas utilisée. La consommation en électricité peut donc être plus élevée et la logistique, plus compliquée pour vous…

Sachez que des aides gouvernementales et régionales peuvent être proposées si vous choisissez d’installer une Wallbox à votre domicile. Certaines primes peuvent atteindre jusqu’à 50%, ce qui s’avère avantageux.

N’oubliez pas qu’une voiture électrique est généralement plus onéreuse qu’une voiture thermique. Si les aides gouvernementales peuvent alléger la note, plus vous roulerez à l’année, plus vous économiserez des frais de sans-plomb et donc plus votre voiture électrique vous permettra de dépenser moins. Cela permet de compenser plus rapidement le surcoût à l’acquisition.

3. Prévoyez vos longs trajets

« Les voitures électriques n’ont pas d’autonomie« . Ce type de phrase, on l’entend à longueur de journée. Sur PDLV, vous nous connaissez, nous aimons tout ce qui roule et principalement les voitures thermiques. Toutefois, l’automobile se rationalise et il y a une vraie demande en voiture électrique. Forcément, la question des longs trajets se pose et s’érige même comme un obstacle pour certains. De nombreux automobilistes s’arrêtent sur ce faux-problème. Le kilométrage annuel des français a rarement été aussi bas, avec à peine plus de 13 000 kilomètres effectués chaque année.

Pour les longs trajets, il vous faudra peut-être faire une escale. Cela tombe bien, il est recommandé de faire une pause toutes les deux heures. Ce temps peut être utilisé pour recharger partiellement la batterie de votre voiture électrique, afin d’arriver à bon port. De nombreux modèles de voiture proposent de superviser vos itinéraires en vous suggérant les points d’arrêts équipés en borne de recharge rapide. Le réseau se développant rapidement, il n’y a donc clairement pas lieu de s’inquiéter sur ce point. Si votre auto électrique est plus ancienne, des applications pour smartphone vous permettent de trouver les bornes de recharge présentes sur votre itinéraire, afin de ne pas perdre de temps.

4. Écartez vos a-prioris

En France, nous sommes clairement réputés pour être des râleurs. Et c’est vrai, on se plaint continuellement de tout. La voiture électrique est souvent perçue comme une incitation gouvernementale qui tend vers le forçage. Il est vrai que le schéma de la dieselisation massive débutée en 2007 semble se reproduire. C’est pour cela qu’il faut déterminer si votre usage est réellement compatible avec l’utilisation quotidienne d’une voiture électrique. Si vous ne roulez que peu, disons une fois par semaine, votre voiture électrique usera prématurément sa batterie…

Quant au plaisir de conduire, il est évident qu’il est différent d’une voiture thermique. On perd la sonorité agréable des moteurs essence et agricole des petits moteurs diesel, au profit de bruits de roulement et aérodynamiques. À l’inverse, malgré la prise de poids, les batteries sont généralement sous le plancher, abaissant le centre de gravité. À la clé, vous aurez donc une meilleure tenue de route et une agilité supérieure. Un plaisir différent donc, dès lors que l’on accepte cette divergence.

5. Prenez le temps de découvrir

Plutôt que d’acheter une voiture électrique, beaucoup font le choix du leasing. Que ce soit la LOA (location avec option d’achat) ou LLD (location longue durée), cela vous permet de conduire une voiture électrique durant une période définie, allant souvent de 1 à 5 ans. À la fin du contrat, vous pourrez décider de la conserver (LOA) ou bien de la restituer (LOA ou LLD). C’est donc un test grandeur nature qui vous permet de ne pas avoir à vous soucier de la revente, par exemple. Si vous vous rendez compte que l’électrique n’est pas adaptée à votre usage, il vous sera donc possible de repartir sur du thermique (ou de l’hybride) sans difficulté. De même, investir dans une borne de recharge personnelle n’a du sens que si vous savez que l’électrique est intéressant pour votre usage. Sinon, il ne s’agira pas d’un investissement, mais bien d’une perte d’argent.

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page