ActualitéDS

DS 7 Crossback Élysée présidentiel : 10 faits surprenants…

Le 11 novembre 2021 a marqué la célébration des 103 ans de la signature de l’armistice de la Première Guerre mondiale. Cette journée a également été l’occasion de recevoir une nouvelle voiture présidentielle. Une longue tradition perpétuée depuis des années déjà. La nouvelle venue n’est autre qu’un SUV DS 7 Crossback, spécialement préparé pour accueillir le chef de l’État, en toute sécurité. J’ai compilé pour vous dix faits à connaître à propos de ce modèle. Et non, ce DS 7 n’est pas comme les autres…

1. DS et l’Élysée : une longue histoire

Au 55 rue du Faubourg-Saint-Honoré, de nombreuses voitures présidentielles se sont succédé. Les Citroën et DS ont été nombreuses à se relayer. Il y avait notamment eu la Citroën 15/6 Chapron et DS 19 de Charles de Gaulle, les Citroën SM découvrables de Georges Pompidou, la Citroën DS 21 de Valéry Giscard d’Estaing, la Citroën CX Prestige de Jacques Chirac ou encore la Citroën C6 qui a connu les trois dernières présidents avant de céder sa place à la DS 5, puis à la DS 7. Vous l’aurez compris, la marque aux chevrons a joué un rôle important à l’Élysée. Désormais, c’est la branche DS, qui a pris son indépendance, qui incarne l’idée du luxe à la française. C’est donc naturellement cette marque qui a le privilège de servir à la présidence de la République depuis quelques années déjà.

2. C’est un DS 7 Crossback rallongé

Afin d’offrir plus d’espace aux places arrière, il a été décidé d’allonger très légèrement le DS 7 Crossback présidentiel. Une opération plus complexe qu’il n’y paraît puisqu’elle implique de revoir une bonne partie de la structure, tout en remodelant bon nombre d’éléments de carrosserie. L’empattement gagne ainsi pas moins de 20 centimètres, ce qui porte la longueur totale à 4,79 mètres. L’espace aux jambes atteint désormais près de 55 centimètres, ce qui permet d’accueillir différentes éléments afin d’en faire un véritable bureau roulant. Le coût de cette transformation de carrosserie n’a pas été communiqué officiellement.

3. Un blindage maximal et 3,2 tonnes à vide

Contrairement au DS 7 Crossback dans lequel Emmanuel Macron avait paradé en 2017, ce nouveau modèle est entièrement blindé. C’est l’entreprise WELP, spécialisée dans les véhicules blindés et dont une antenne est située à Hérimoncourt (Doubs) qui est intervenue. Un travail colossal qui a été réalisé en quelques mois seulement afin de garantir une résistance maximale à tout type d’agression. Fatalement, le poids augmente très largement. En l’occurrence, il serait proche de 3,2 tonnes ! Une masse conséquente, près de deux fois plus élevée que le véhicule de base. Cela implique notamment de monter des pneus spécifiques et d’effectuer un travail sur les suspensions.

4. Le premier véhicule blindé et hybride

Pour ce DS 7 Crossback Élysée, il a été décidé d’opter pour une motorisation hybride rechargeable : c’est dans l’air du temps. Le précédent DS 7 recevait le moteur HDI 180 chevaux. Hors, le Diesel n’a plus vraiment bonne presse. Il a donc été décidé de greffer la plus puissante mécanique sous le capot. Justement, on trouve un moteur essence, en l’occurrence le 4-cylindres de 1.6 litre développant 200 chevaux, associé à deux moteurs électriques (un à l’avant, un à l’arrière), pour une puissance totale cumulée de 300 chevaux. Cela en fait le premier véhicule à la fois hybride et blindé de l’histoire. Par ailleurs, la batterie a bénéficié d’une protection particulière (blindage) afin de ne pas la rendre vulnérable en cas d’attaque. Face au poids de ce SUV, on imagine que les performances doivent être largement réduites, tout comme l’autonomie…

5. Un exemplaire a été détruit à l’explosif

Selon nos confrères de l’Est Républicain, ce sont pas moins de trois DS 7 Crossback Élysée qui auraient été réalisés. L’un d’eux fut détruit à l’explosif afin d’en mesurer la résistance et d’identifier les failles. Le second a été livré à l’Élysée. Le sort du troisième n’est pas connu à ce jour. Il est possible qu’il rejoigne également le parc de l’Élysée, en guise de véhicule de secours ou bien qu’il rejoigne un musée. Dans tous les cas, le prix de revient unitaire est estimé à plus d’un million d’euro. Face à toutes les modifications opérées, ce prix n’est finalement pas si choquant…

6. Un véhicule made in France

On reproche souvent aux voitures françaises de ne plus être produites en France. On peut s’étonner du fait que ce ne soit pas la récente routière DS 9 qui ait été retenue. Seulement, cette dernière est l’unique modèle de la gamme a être produit en Chine. Et en terme d’image, bien qu’elle incarnerait parfaitement l’image de la berline présidentielle, cette fabrication éloignée géographiquement pouvait créer un préjudice d’image. En effet, la DS 9 a été conçue avant tout pour séduire le public chinois, d’où le choix de sa fabrication au sein même de l’Empire du Milieu. Quant au DS 7 Crossback, il est produit à l’usine PSA de Mulhouse.

7. DS 7 Crossback Élysée : une dotation unique

Forcément, ce DS 7 Crossback Élysée joue la carte du suréquipement. Il dispose tout d’abord de feux flash bleu et rouge, situés sur la face avant. Des portes-fanions amovibles sont également de la partie, tout comme des jantes noires exclusives en 20 pouces et divers badges RF (pour République Française). On note également la présence d’une antenne dédiée aux systèmes de télécommunication embarqués. La banquette arrière a d’ailleurs cédé sa place à deux sièges individuels couverts en cuir Basalte noir, avec le motif bracelet cher à DS Automobiles. On trouve également un accoudoir central arrière, un ciel de toit en alcantara, un porte-document central, des chargeurs sans-fil et des ports USB. Autant dire que l’espace doit être plutôt agréable !

8. La couleur ? Elle vient du catalogue DS

Le choix de la couleur de carrosserie est un exercice périlleux. Chaque teinte à sa propre symbolique. Alors la sobriété est souvent de mise… Cette fois, c’est la peinture métallisée bleu Encre qui a été retenue. Un bleu très foncé, qui tire vers le noir, qui donne un rendu assez élégant et raffiné. On pourra regretter l’association avec les jantes noires, ce qui donne un visuel assez triste. De même, il y a eu le déchromage complet, un choix stylistique étrange. Notons que la peinture métallisée bleu Encre est proposée à tous les clients du DS 7 Crossback, moyennant une allonge de 1 000 €.

9. Une plaque d’immatriculation mythique

Ici, c’est l’ancien DS 7 HDI 180 utilisé par Emmanuel Macron, lors de son investiture.

Poursuivons avec une anecdote intéressante, qui plaira à ceux qui s’intéressent aux plaques d’immatriculation. En effet, en 1958, la tranche allant de 1 PR 75 à 500 PR 75 fut réservée à la présidence de la République. Les numéros 1 à 5 étaient réutilisables. Toujours en quête de symbolique, ce DS 7 Crossback a été immatriculé DS 7 PR. Alors bien sûr, il s’agit d’une plaque d’immatriculation d’apparat. Malgré tout, le clin d’œil historique est joli et subtil. D’ailleurs, ce DS 7 est immatriculé classiquement dans le SIV, sous le numéro GC-749-MF.

10. Un modèle dépassé d’ici peu ?

Selon des rumeurs persistantes, la DS 7 Crossback bénéficierait d’un restylage qui serait présenté d’ici peu. Commercialisé depuis 2017, le SUV français n’avait pas encore bénéficié du toilettage traditionnel. Il est donc probable que ce DS 7 Crossback Élysée prenne donc un coup de vieux d’ici peu ! Ce modèle sera appelé à rester plusieurs années au sein de l’Élysée, ce qui permettra son amortissement dans la durée.

Source
Stellantis.com
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page