ActualitéBMW

BMW M4 CSL : l’intention était bonne… Mais on est perplexe

Ce n’était plus vraiment un secret : un nouveau modèle CSL allait faire son arrivée dans la gamme. Il faut dire que l’occasion était idéale, en raison des 50 ans de la branche M (Motorsport) et des 20 ans de la précédente BMW M3 CSL type E46. Seulement, si l’on prend le temps de se remémorer que CSL se traduit en français par Competition, Sport, Lightweight, on a légèrement l’impression que la nouvelle BMW M4 CSL est un peu en déconnexion avec la BMW 3.0 CSL… de 1972 ! Partons à la découverte de cette nouvelle sportive, déjà iconique, qui sera la BMW de série la plus performante jamais produite par la marque. À la clé ? Déjà un très beau score sur la boucle nord du circuit du Nürburgring.

BMW M4 CSL : avant tout, une gueule et du caractère…

Créer une voiture de sport, ce n’est pas un exercice facile, alors quand s’ajoute une dimension commémorative, la tâche n’en est que plus technique. BMW voulait marquer le coup en célébrant les 50 de la légendaire 3.0 CSL (type E9) de 1972 mais aussi à la BMW M3 CSL (type E46) de 2002. La force de ces modèles ? Un design plus sophistiqué, des détails remarquables mais surtout une cure d’allègement importante. Pour la première, ce sont pas moins de 200 kg qui ont été économisés. Sur la deuxième le gain est similaire… Pour cette nouvelle BMW M4 GTS, l’allègement est nettement moindre, en raison notamment des dispositifs anti-pollution. Mais revenons sur la ligne.

Déjà, on remarque une livrée exclusive gris mat, bien qu’il sera aussi possible de choisir du blanc ou du noir. On notera également une calandre redessinée, largement plus ajoutée et parée d’un cerclage rouge. À cela s’ajoute un gimmick, le toit en fibre de carbone. Cela est déjà disponible sur la M4 Compétition, afin d’abaisser le centre de gravité. Pour autant, la M4 CSL va plus loin en adoptant des panneaux de carrosserie en carbone peint mais également du CFRP (plaque renforcé carbone). On notera une lame avant proéminente en carbone, un kit décoratif noir et rouge (retirable gratuitement), des jantes exclusives en 19 et 20 pouces et un aileron queue de canard très réussi. Le diffuseur est également nouveau tout comme les écopes d’entrée d’air.

Les touches de rouge encerclent même le logo M4 CSL à l’arrière, ce qui donne un côté assez tuning… Malgré tout, ce design est cohérent bien que l’on puisse regretter l’élégante sobriété de la M3 E46, qui fêtera ses 20 ans d’ici peu. Un travail sur les optiques a aussi été opéré, avec la possibilité d’avoir des phares Laser inédits, avec un éclairage jaune. Ceux-ci seront donc en option et ils ajouteront 3,5 kg, ce qui n’est pas trop dans l’esprit CSL ma foi. Au niveau des détails, outre le bouclier avant, on repère également des rétroviseurs inédits avec une double fixation. Preuve en est que les ingénieurs et designers ont véritablement peaufiné le dessin de cette M4 CSL type G22. D’ailleurs, à l’avant comme à l’arrière, on trouve les logos BMW commémoratifs des 50 ans !

Une optimisation plutôt séduisante !

La BMW M4 CSL bénéficie de nombreuses améliorations, dont certaines sont plus visibles que d’autres. Je l’évoquais précédemment, il y a déjà le recours massif à la fibre de carbone, parfois brute, parfois peinte. On trouve donc une cure d’allègement que l’on aurait aimée plus approfondie puisque « seulement » 100 kg ont été gagnés, ce qui donne une masse totale de 1,7 tonne tout de même. BMW et Motorsport ont opté pour une boîte de vitesses automatique à 8 rapports spécialement étagée pour l’occasion. La climatisation redevient manuelle et le système audio est grandement simplifié. Les suspensions ont été entièrement revues, avec notamment un abaissement de 8 millimètres. Des barres anti-roulis particulièrement prennent place à différents endroits pour améliorer la rigidité.

BMW a également fait le choix d’implanter des disques de frein carbone-céramique et de supprimer la banquette arrière. À la place, on trouve un vaste support qui permet de ranger facilement deux casques. Les modèles CSL ont toujours été pensés pour un plaisir de conduite maximal sur circuit et cette nouvelle M4 CSL semble parfaitement adaptée à la tâche. D’ailleurs, elle est parvenue à boucler les 20,8 kilomètres de la boucle nord (Norschleife) du Nüburgring en seulement 7 minutes, 20 secondes et 207 millièmes. Un joli score qui place ce coupé devant la Ferrari 488 GTB, la Lamborghini Aventador LP700-4 et la Maserati MC12 mais ce qui ne suffit pas pour atteindre l’efficacité d’une Porsche 911 (992) GT3, une Porsche 718 Cayman GT4 RS ou bien même une Ferrari 488 Pista.

La BMW M4 CSL reçoit d’ailleurs des pneus spécifiquement développés par Michelin, en l’occurrence des Pilot Sport Cup R. Le système multimédia M Drive Professional accueille notamment un laptimer, permettant de chronométrer ses tours sur les principaux circuits. Bien sûr, l’ensemble s’accompagne d’une multitude de réglages spécifiques, d’un silencieux arrière en titane et même d’un mode de contrôle des dérives. Sympa !

550 chevaux : une puissance remarquable !

La BMW M4 CSL reprend l’actuel 6-cylindres biturbo de 3.0 litres mais il atteint désormais 550 chevaux, soit 40 de plus que la version Compétition. Pour autant, le couple atteint toujours 650 Nm dès 2 750 tr/m. Dans les faits, le bloc a été forgé et dispose de nombreuses pièces empruntées à la M4 GT3. On notera que la pression des turbos a été augmentée à 2,1 bars, contre 1,7 sur les M4 classiques. Une optimisation qui offrira un plaisir de conduite encore plus grand. Quant à la vitesse de pointe, elle est de 307 km/h. Mais forcément, elle sera bridée à 250 km/h.

Le 0 à 100 km/h est donné pour 3,7 secondes et il en faudra seulement 10,7 secondes pour passer de 0 à 200 km/h. Mais derrière ces beaux chiffres, on peut regretter que la cure d’allègement soit restée bien plus soft que par le passé. Avec 1,7 tonne sur la balance, la BMW M4 CSL justifie assez difficilement l’initiale du mot « lightweight ».

Un habitacle plein de caractère !

À l’intérieur de la BMW M4 CSL, la fibre de carbone est fièrement exposée. On trouve de très nombreux détails rouges, ce qui renvoie une image assez incroyable et résolument pistarde. D’ailleurs, même la console centrale est en carbone, ce qui représente un allègement de plusieurs kilos. On découvre également de jolis baquets en carbone, superbement ajourés, avec le sigle CSL frappé ici et là. Le passepoil en rouge est particulièrement élégant, tout comme les divers habillages et ornements. Malgré l’ambiance sportive, la planche de bord reste bien fournie et il est probable que la marque aurait pu aller encore plus loin. Le compromis sportivité/équipements est toutefois intéressant.

Notre avis sur cette BMW M4 CSL

L’arrivée d’une nouvelle voiture sportive est toujours une bonne nouvelle. Néanmoins, cette BMW M4 CSL me laisse un petit peu sur ma faim. De nos jours, les constructeurs allemands frisent souvent la caricature dès lors qu’il s’agit d’un modèle sportif, affublant leurs productions d’appendices toujours plus tape-à-l’œil… Cette BMW M4 CSL, au look un peu tuning, n’a plus vraiment la subtilité des précédentes CSL. Autres temps autres mœurs me direz-vous… Si ce modèle sera sans doute d’un plaisir de conduite rare, je ressens comme une cassure. Le poids très important pour un modèle « allégé » renforce cette impression… Et même si la technologie permet de gommer la sensation de poids, les lois de la physique ne peuvent être contrariées.

Seuls 1 000 exemplaires seront produits, dont 29 réservés pour le marché français. Il faudra alors débourser 178 000 €, tout en ayant le choix entre cette peinture gris mat, du blanc ou du noir. Ce modèle sera présenté au Concours d’Élégance de la Villa d’Este, en Italie, qui se déroule en ce moment même. Remportera-t-elle un titre ? On veut votre avis en commentaire !

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page