Pratique

mHEV, HEV, PHEV : quelles différences ?

Micro-hybridation, hybridation simple, hybridation rechargeable… Il faut reconnaître qu’il est assez facile de s’y perdre. Dans cet article, je vais revenir sur les trois grandes familles d’hybridation que l’on peut trouver sur le marché. Si le passage à la voiture électrique vous effraie ou ne correspond pas à vos besoins, l’hybridation prend tout son sens, à condition d’être bien choisie. Vous le verrez, la voiture hybride peut vous permettre de réaliser de belles économies au quotidien, sans contrainte particulière. De nos jours, l’écrasante majorité des constructeurs automobiles intègre ce type de technologie au sein de ses voitures. Et c’est souvent pour le meilleur.

Comment fonctionne un moteur hybride ?

On dit d’une voiture qu’elle est hybride lorsqu’elle dispose de deux types d’énergies. Généralement, il s’agit d’un moteur thermique, généralement à essence, bien qu’il ait existé des moteurs Diesel, notamment au sein du groupe PSA mais cela a été vite abandonné. À cela s’ajoutent un ou plusieurs moteurs électriques (voir un simple alterno-démarreur dans certains cas) et bien sûr une batterie, dont la capacité dépend du type d’hybridation. Mais tout n’est pas si simple ! Dans les faits, plusieurs formes d’hybridation existent donc et elles ont un fonctionnement général qui diffère d’un type à un autre. Actuellement, si vous souhaitez vous offrir une voiture hybride tout en profitant du bonus écologique mis en place par le gouvernement, vous devrez impérativement faire le choix d’un modèle hybride rechargeable. Mais savez-vous en quoi consiste cette technologie. Passons en revue ces trois grandes familles que l’on retrouve au sein de (presque) chaque gamme voiture hybride chez les constructeurs auto.

L’essor des véhicules hybrides s’explique assez facilement. L’apport d’une partie électrique (dont l’action est plus ou moins importante) permet de réduire les émissions de CO2 ainsi que la consommation, sur un parcours mixte. Cela permet d’esquiver le malus qui frappe malheureusement la majorité des voitures thermiques. Fiscalement aussi, la voiture hybride est intéressante… Mais surtout, le fait d’avoir deux moteurs permet d’augmenter la polyvalence de votre voiture avec parfois même, la possibilité de rouler en mode 100 % électrique en ville, pour faire un maximum d’économies au quotidien.

La micro-hybridation (mHEV)

La forme la plus légère d’hybridation, c’est la micro-hybridation. Le principal intérêt de ce dispositif, c’est d’abaisser légèrement les émissions de dioxyde de carbone. Cela peut souvent permettre d’esquiver le malus. Pour cela, un alterno-démarreur est généralement employé pour fournir de l’énergie lors des démarrages, afin de réduire la sollicitation du moteur thermique. La recharge est obtenue exclusivement par les phases de décélération et de freinage ; aucune recharge externe n’est à prévoir. Certains modèles disposent d’une petite batterie capable de fournir un surplus de couple en continu.

Aujourd’hui, une bonne partie des constructeurs ont doté leur production d’un système de micro-hybridation, aussi bien du côté des moteurs essence que des Diesel. À l’utilisation, cela est d’ailleurs très peu perceptible. La micro-hybridation n’engendre aucun coût d’entretien spécifique. Pour certains modèles, cette technologie permet même d’agir sur le compresseur de climatisation ou encore le chauffage. Néanmoins, vous n’aurez pas la possibilité de rouler en mode 100 % électrique. La partie électrique est indissociable du moteur thermique.

À qui s’adresse une voiture micro-hybride ? À tout automobiliste ! La micro-hybridation a un intérêt sur les émissions polluantes et la consommation mixte. À l’usage, les apports sont donc très limités, ce qui rend ce type d’hybridation compatible avec tous les usages.

L’hybridation classique (HEV)

Première arrivée en grande série, l’hybridation classique se montre assez vertueuse. Elle bénéficie d’une batterie de plus grande capacité qui permet donc logiquement d’emmagasiner davantage d’énergie. Cette énergie est exclusivement récupérée à l’occasion des phases de freinage et de décélération. Le frein moteur, plus présent sur les modèles hybrides, permet cela. Il est d’ailleurs généralement possible de rouler en mode 100 % électrique sur une petite distance (généralement moins de 5 kilomètres) et uniquement en ville.

L’entretien est également minime car les batteries ont généralement une durée de vie très longue. Une voiture hybride nécessite de rouler régulièrement en ville car ce sont les trajets urbains qui permettent de régénérer la capacité de charge le plus efficacement. Avec le recul des années, on se rend compte que les batteries peuvent parfois tenir plus de 20 ans, tout en affichant encore une capacité de charge respectable.

À qui s’adresse une voiture micro-hybride ? À ceux qui font régulièrement de la ville car c’est là que réside l’intérêt de la technologie. Bien sûr, une voiture hybride classique peut aller sur autoroute mais vous ne tirerez aucun avantage de la technologie.

L’hybridation rechargeable (PHEV)

Ensuite, nous avons l’hybridation rechargeable. Celle-ci apporte une batterie encore plus grande qui peut être rechargée de deux manières. Il y a toujours la récupération d’énergie lors des freinages et décélérations. Mais vous pouvez aussi recharger la batterie depuis une borne de recharge publique ou personnelle ou bien même à domicile. Cela permet de rouler en mode 100 % électrique sur des distances pouvant aller jusqu’à 50, voire 60 kilomètres. Toutefois, il faut prendre l’habitude de recharger régulièrement une voiture hybride de ce type. Le surpoids induit par le (ou les) moteur ainsi que la batterie peut aller jusqu’à 400 kg. Cela engendre une consommation – en mode thermique – bien supérieure, qu’il faut compenser par la partie électrique.

À l’achat, les voitures hybrides rechargeables sont plus onéreuses, moyennant un surcoût pouvant aller jusqu’à 5 000 €. Elles apportent cependant une puissance supérieure (pour compenser le surpoids notamment) et une consommation en très forte baisse. En effet, le mode hybride permet généralement de descendre autour des 2 litres aux 100 kilomètres, dans le cas d’une conduite très souple. Économiquement, les voitures hybrides rechargeables sont imbattables… D’autant plus qu’elles peuvent utiliser soit l’électricité ou l’essence pour être mues en cas de besoin.

À qui s’adresse une voiture micro-hybride ? Aux urbains qui pourront profiter de la conduite en mode électrique en ville. Mais surtout, l’intérêt de cette technologie vient de la possibilité de recharge. Il est donc préférable de pouvoir recharger la voiture à votre domicile et/ou sur votre lieu de travail. Sans cela, vous n’aurez pas un réel intérêt à passer sur de l’hybride rechargeable.

Le mot de la fin

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour bien choisir votre voiture hybride. Gardez à l’esprit que d’autres formes d’hybridation existent, notamment certains constructeurs comme Nissan qui ont développé la technologie E-Power. Le moteur essence prend la forme d’un générateur qui vient fournir de l’énergie au moteur électrique. Cela avait aussi été expérimenté par BMW sur la i3 notamment.

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page