PeugeotPratiqueVie quotidienne

J’ai testé un Peugeot 2008 et c’était une expérience sympa

Il y a quelques jours, nous avons eu l’occasion de tester brièvement un Peugeot 2008, dans le but de faire quelques photos. Mon collègue Thomas étant en stage chez Peugeot Mayenne, nous avons pu conduire le SUV urbain de la marque au lion. Chez PDLV, on aime avant tout les voitures plaisir et ce segment n’est pas vraiment notre tasse de thé. Mais parfois, nous avons des surprises et cela fut le cas ce jour. Notre modèle d’essai n’est autre qu’un Peugeot 2008 en finition d’appel Active Pack mais habillé du superbe Rouge Elixir et du moteur PureTech de 130 chevaux, en boîte automatique.

Une vraie montée en gamme

C’est indéniable, la première génération de Peugeot 2008 avait pris un sacré coup de vieux. Apparue au catalogue en 2019, le Peugeot 2008 II marque le renouveau de la marque au lion. Les traits s’affinent, gagnent en caractère… Quant à la base technique, c’est la récente plateforme CMP qui accueille le nouveau SUV urbain de la marque au lion. Oui, c’est la même plateforme que la Peugeot 2008, ce qui donne accès à tout un panel de motorisations thermiques et électriques. Notre Peugeot 208 d’essai reçoit la finition d’entrée de gamme, nommée Active Pack. Elle offre de série la climatisation, les rétroviseurs électriques, le radar de recul, un écran tactile central de 7 pouces ou encore les feux et essuie-glaces automatiques. C’est honnête.

Chez Peugeot, lorsque l’on prend une finition d’entrée de gamme mais un moteur plus généreux, on profite généralement de quelques petits ajouts. C’est le cas de notre exemplaire, motorisé par le bloc essence 3-cylindres PureTech de 130 chevaux, qui permet d’avoir les (petites) jantes alliage de 16 pouces. Ainsi paré, notre modèle d’essai présente vraiment bien, avec des lignes de carrosserie bien esquissées, des volumes qui marchent bien et même quelques coquetteries, comme les canules d’échappement arrière, les optiques à LED ou bien sûr, cette superbe rose Rouge Elixir, facturée en option. On fera donc volontiers l’impasse sur les vitres sur-teintées à l’arrière, les jantes plus grandes, les barres de toit ou même les inserts de pare-chocs couleur aluminium. Qu’importe, il en impose déjà le 2008 !

Un dynamisme bluffant

Lorsque l’on essaie régulièrement des voitures, on a souvent tendance à catégoriser plus ou moins adroitement les voitures. Souvent patauds, les SUV urbains switchent souvent dans celles des voitures « déplaçoires » un peu ennuyantes. En ce qui concerne le Peugeot 2008, je suis le premier à reconnaître mon jugement hâtif. Si le plumage est élégant, le ramage l’est tout autant. On découvre un châssis vraiment bon, avec une prise de roulis limitée.

Le moteur essence 1.2 litre PureTech de 130 chevaux est pleinement à son aise. Comptez seulement 9,4 secondes pour le 0 à 100 km/h et des reprises impressionnantes pour la catégorie ! On regrettera bien sûr la disparition, au catalogue Peugeot, de la version forgée de ce moteur à 155 chevaux. Toutefois, le modèle de 130 chevaux est déjà bien suffisant.

Couplé à la boîte automatique EAT 8, c’est tout simplement parfait. Les à-coups sont très limités et la boîte s’adapte bien aux circonstances. Elle permet de monter dans les tours lorsque cela est nécessaire et rétrograde efficacement. Bien sûr, on fera l’impasse sur les modes de conduite mais ce n’est pas très grave car la gestion est convaincante. La tenue de route est également très bonne, avec une direction agréable. La consommation, quant à elle, atteint les 8 litres aux 100 kilomètres à l’occasion de notre court essai. Dans les faits, il est possible de descendre bien en deçà puisque la consommation homologuée en cycle WLTP est de 5.9 litres aux 100 kilomètres.

À bord : simple mais efficace

Dans une finition d’entrée de gamme, on s’attend généralement à une ambiance assez plastique. Notre modèle d’essai présente malgré tout plutôt bien. La sellerie, en tissu, présente bien. Alors bien sûr, ce n’est pas du grand luxe. Mais on découvre malgré tout de beaux jeux de texture, des liserés de couleur orange. Sur la planche de bord, le rendu est convenable. La texture en faux carbone passe plutôt bien tandis que les écrans sont bien intégrés. Nous avons le « petit » écran de 7 pouces mais celui-ci est agréable à utiliser. Les touches piano présentent aussi très bien et on appréciera la présence de prises USB à bord. Autre élément sympa, les contre-portes sont habillées d’un ornement avec un motif en dégradé allant du orange au noir.

Nous ferons l’impasse sur les compteurs numériques. Seule la partie centrale l’est. Le système Peugeot i-Cockpit 3D avec affichage tête haute est accessible à partir de la finition Allure Pack. D’ailleurs, il faut savoir que notre exemplaire d’essai, mis en circulation en 2020, correspond en réalité au deuxième niveau de finition proposé à l’origine. De base, avant l’Active Pack, il y a même eu, temporairement, une finition Active. Long de 4,30 mètres, le Peugeot 2008 dispose de cinq places et d’un volume de coffre de 434 litres. Pas exceptionnel mais dans les standards de la catégorie.

Quel bilan en tirer ?

Durant les dix premiers mois de l’année, le Peugeot 2008 II a été le SUV le plus vendu dans l’hexagone avec 43 246 unités écoulées. Un succès qui s’explique par la modernité de son design et la pertinence de ce modèle dans la gamme. L’exemplaire que nous avons pu tester arborait la plus petite finition actuelle mais aussi le plus gros moteur… Une configuration assez désirable en somme, qui nous laissera un bon souvenir. Alors bien sûr, tout n’est pas parfait et notre exemplaire n’est pas exempt de reproches… Mais le compromis est tout de même très séduisant. La montée en gamme de Peugeot est réellement perceptible…

Même si l’on est très loin des performances d’une Peugeot 508 PSE, le Peugeot 2008 offre du plaisir de conduite… Une vraie surprise dans ce segment souvent très aseptisé et monotone.

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page