ActualitéAlfa Romeo

Alfa Romeo Giulia GTA : quand la passion dit merde à la raison

Hormis lorsque l’on a Photoshop entre nos mains, les Alfa Romeo sont souvent de très belles voitures. Ce n’est pas les plus fiables, ni les plus efficaces sur piste, mais ce sont assurément des voitures pour ceux qui aiment l’automobile, avec un grand A. Justement, le constructeur italien vient de dévoiler la descendance directe de la Giulia Quadrifoglio. Et ce n’est autre qu’une version GTA, qui fait écho à la Giulia GTA de 1965 mais aussi aux 147 et 156 éponymes et plus contemporaines. Look ravageur, puissance en hausse, poids en baisse : et si la passion venait de mettre un ultime coup de pelle à la raison ?

Un design encore plus agressif

En matière d’agressivité, l’Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio (ou QV) avait placé la barre assez haut. D’ailleurs, c’est un exercice plutôt difficile pour la marque puisque le critère élégance doit toujours primer. La Giulia QV était l’illustration même de cette alchimie entre élégance et sportivité.

De nos jours, nous sommes dans un système où tout nouveau modèle doit faire mieux que le précédent notamment sur deux paramètres : l’augmentation de puissance et l’agressivité du design. L’Alfa Romeo Giulia affiche une ligne encore plus agressive avec un bouclier avant plus ajouré, des lignes complexes destinées à améliorer l’aérodynamique. D’ailleurs, la vue de face laisse apparaître davantage de grille que de carrosserie. Le bas de caisse a un design plus affirmé et bitons tandis que l’arrière accueille un diffuseur bien plus massif et une double sortie d’échappement centrale Akrapovic en titane. La version GTA accueille un « petit » aileron tandis qu’une version encore plus radicale, la GTAm, s’habille d’un aileron massif. Les jantes passent également en 20 pouces de série avec écrou de serrage central. À l’arrière, on trouve des extensions d’ailes de couleur noire. Dans son communiqué, Alfa Romeo évoquent des solutions issues de la Formule 1, comme des appendices en fibre de carbone.

Une version GTAm encore plus dingue !

Alfa Romeo Giulia GTA

Pour ceux qui trouvent l’Alfa Romeo Giulia GTA trop aseptisée, la firme de Turin propose une version GTAm dont les intentions ne laissent planer aucun doute. Celle-ci se caractérise donc avant tout par son aileron façon table de pic-nic. Mais surtout, elle s’allège d’une centaine de kilo. Les poignées de porte virent au profit ds sangles rouges tandis que la banquette arrière est supprimée. À la place, on trouve un support surmonté d’un arceau. Il y a un emplacement pour deux casques et un extincteur. Vous avez dit « pistarde » ?

540 chevaux sur les roues arrière

Évolution de la QV, l’Alfa Romeo GTA (et son homologue GTAm) conservent la même structure. Ainsi, nous avons toujours une propulsion mais avec encore plus de dynamisme au programme. Les suspensions ont été revues, les voies sont élargies de 50 millimètres, les freins sont en carbone-céramique et il y a un gain de poids (GTAm) de 100 kg. Le moteur demeure le 2.9 litres V6 biturbo poussé à 540 chevaux, soit un gain de 30 canassons. Le 0 à 100 km/h est réalisé en seulement 3,6 secondes et veillez à toujours garder les deux mains sur le volant puisqu’il s’agit d’une propulsion. La boîte de vitesse automatique à 8 rapports est de série. Avec 1 520 kg à vide sur la balance, l’offre est plutôt séduisante…

Alfa Romeo Giulia GTA

Sur les ailes arrière, on découvre un logo 110 ans qui rappelle l’année 1910, correspondant à la création de la firme italienne. Les Giulia GTA et GTAm seront produites à 500 exemplaires pour un prix encore méconnu. Les 500 clients choisiront s’ils souhaitent la version « classique » ou bien la « m ». Face aux normes environnementales toujours plus destructrices, ce sont probablement les dernières représentantes de leur espèce. Un collector, c’est assuré.

Tags
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

2 commentaires

  1. Il faut arrêter avec cette idée comme quoi tout ce qui est italien n’est pas fiable. Chaque constructeurs on leur tuiles et depuis 10 ou 15 ans, les plus grosse tuiles ne sont certainement pas Italienne.

    1. Il s’agit bien sûr de second degré, d’autant plus que je roule moi-même en italienne et que nous apprécions les voitures indépendamment de leur nationalité !

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer