ActualitéFiat

Fiat Panda 3 Sport : je ne m’attendais pas à ça…

La Fiat Panda de troisième génération est commercialisée depuis 2011. Malgré cela, la mini-citadine italienne n’a pas encore décidé de prendre sa retraite. La gamme est une nouvelle fois remaniée et s’enrichit d’une version Sport. Possesseur d’une Panda 100HP Sport et particulièrement amoureux de cette voiture, j’ai donc naturellement fondé des attentes sur cette nouvelle génération. Fiat va-t-elle oser mettre un « gros » moteur sous le capot de sa Panda ? Va-t-on retrouver une GTI à l’ancienne ? Si l’esthétique est assez convaincante dans l’ensemble, le ramage est un peu tristounet, pour ne pas dire carrément décevant…

Un style, une inspiration

À l’occasion de ses 9 ans, la Fiat Panda 3 s’offre un discret restylage. Le plus flagrant, c’est l’ajout d’un écran tactile de 7 pouces qui prend place sur le centre du tableau de bord. Une coquetterie bienvenu qui modernise cet habitacle. Mieux encore, l’ensemble supporte Apple CarPlay et Android Auto. Au niveau des aides à la conduite, Fiat n’a pas fait d’ajouts majeurs : la Panda 3 a une conception qui accuse le poids des années et selon certaines rumeurs, on réfléchirait activement, en interne, au quatrième opus.

Sigle Fiat Panda 3 Sport

La vraie différence vient des finitions qui sont renommées en Life, City Life, Cross et City Cross. Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est cette fameuse finition Sport. Si vous n’avez plus en tête, la Fiat Panda 2 fut déclinée en 100HP Sport. Elle gagnait un moteur plus puissant, un châssis raffermi, quatre freins à disque, une boîte manuelle à 6 rapports courts, un style particulier et même un mode Sport ! Forcément, on est en droit d’attendre le même traitement pour cette troisième génération. D’ailleurs, on retrouve sur certains points l’inspiration de ma 100HP bien-aimée, notamment le faux diffuseur arrière.

Jantes Fiat Panda 3 Sport

Un léger rabaissement semble avoir été opéré et on note des feux assombris et des extensions d’ailes en plastique. Mais ne vous y trompez pas : il s’agit d’éléments repris aux versions 4×4 ! Toutefois, le bouclier avant est retravaillé et des jantes bicolores de 16 pouces font leur apparition. En option, il sera même possible d’opter pour des étriers de frein de couleur rouge. À l’arrière, c’est malheureusement des tambours (qui restent noirs !). À bord, on note des surpiqures de couleur rouge autour des sièges en tissu et simili-cuir. Et pourquoi pas !

« Sport », c’est avant tout du style

Malheureusement, la Fiat Panda 3 Sport n’aura de sportif que le nom. En effet, la marque italienne ne prévoit aucune montée en puissance pour cette version. Il faudra donc se contenter du 3-cylindres de 1.0 litre et 70 chevaux ou bien du bicylindre Twinair de 85 chevaux. Deux bonnes mécaniques en somme mais que l’on ne peut pas vraiment qualifier de sportive. La boîte de vitesse manuelle à 6 rapports, incluse de série, aura avant tout pour objectif d’abaisser la consommation de carburant sur autoroute.

Malgré cette déception, la Fiat Panda 3 Sport demeure une belle voiture. Elle parvient à se distinguer subtilement grâce notamment à un sigle « Sport » sur les ailes avant, ses jantes et divers éléments passés en noir, comme les coques de rétroviseurs. La couleur présentée ici sera également spécifique à cette version, il s’agit d’un vert foncé mat qui tend vers le gris. La suppression des baguettes latérales (qui demeurent embossées) donne un côté plus sérieux qui marche bien !

Top ou flop ?

Ça se vérifie dans la rue : les finitions sportives se vendent bien malgré qu’elles soient souvent combinées à de petites motorisations. De nos jours, le plumage prime souvent largement sur le ramage et cette Panda Sport en est l’illustration. Cependant, la conception vieille d’une décennie marque un écart avec la concurrence et compter sur l’effet coup de cœur pour toucher un public plus jeune. Je pense néanmoins que cette finition Sport séduira, à la condition que le surcoût tarifaire soit modéré.

Arrière Fiat Panda 3 Sport

Ce n’est donc pas encore cette fois que la Fiat Panda 100HP Sport connaîtra une descendante. L’ère des petites sportives est malheureusement en voie d’extinction. Peut-on blâmer les constructeurs ? Certes, on aurait aimé voir le moteur 1.4 T-Jet de 120 chevaux de la Tipo sous le capot de la Panda… Mais qui aurait suivi ? Qui aurait accepté de payer un malus sur une voiture à bas prix ?

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page