Pratique

Opter pour un utilitaire sans permis : et pourquoi pas ?

On parle assez peu des véhicules utilitaires sur PDLV, cela pourrait d’ailleurs faire l’objet d’un prochain essai. Dans les villes, on trouve majoritairement des véhicules de livraison, suite au boom des commandes sur internet. Le dernier kilomètre, c’est souvent le type de livraison le plus compliqué à mettre en œuvre, pour les colis. Parfois, ce sont les camions de livraison qui font du porte-à-porte ou encore des livreurs à vélo. De plus en plus, ce sont de petits utilitaires sans permis qui sont affectés à cette tâche. Le marché est d’ailleurs plus compétitif qu’il ne l’a jamais été. De plus en plus de fabricants de voiturettes se lancent sur ce marché ultra-concurrentiel qui permet de se faufiler sans difficulté.

L’essor des petits utilitaires

Depuis le développement massif du commerce en ligne, nous avons pris l’habitude de commander massivement sur internet. Et pas seulement des gros objets… Dès lors, les canaux de distribution ont du s’adapter dans le domaine de la livraison. Des besoins en petits véhicules se sont assez vite fait ressentir, notamment pour accéder dans les petites rues. De plus, le modèle du gros camion de livraison est souvent plus contraignant face à la pénurie de places de stationnement et les rues étroites. Dès lors, on a commencé à trouver de petits utilitaires aussi bien chez Ligier que Aixam et même chez Citroën. Le but ? S’adapter aux nouveaux besoins tout en répondant aux besoins de mobilité. Par ailleurs, le renouvellement régulier de la flotte est devenu un impératif puisque mêmes les véhicules sans permis sont désormais concernés par la vignette Crit’Air.

Pour autant, il n’y a pas que le marché de la livraison qui est porteur pour les petits utilitaires. Les communes peuvent aussi s’orienter vers ce type de véhicules pour assurer des missions ne nécessitant pas le déploiement d’un véhicule lourd. C’est par exemple le cas des petits utilitaires de service assurant l’entretien du mobilier urbain léger par exemple. Un plus petit véhicule, c’est davantage d’économies de roulage, comme de carburant. C’est encore plus perceptible si l’on considère les petits utilitaires électriques que l’on peut trouver dans la gamme Ligier, comme les Pulse 4. Ce sont des modèles modulaires, disposant d’un arrière à plateau, à coffre ou bien d’un aménagement particulier.

Petit utilitaire ok… Mais avec ou sans permis ?

Le petit utilitaire modulable a connu une croissance remarquable ces dernières années. Cela est un tel phénomène que Ligier a pris la décision de créer des versions avec permis de conduire de son Pulse 4. Cela peut paraître étonnant mais c’est somme toute assez logique. Augmenter légèrement la taille de ces petits utilitaires peut permettre d’accomplir des missions plus spécifiques. Plateau à ridelles, caisson de chargement, frigorifique ou isotherme… Ce sont autant de possibilités qui permettent de rationaliser l’usage. Mieux encore, le système Clip System permet de changer de caisson de chargement en moins de 5 minutes, sans outil. Là encore, l’objectif est d’accroître la polyvalence de chaque engin tout en augmentant son domaine d’action. Et la recette marche très bien ! Les modèles électriques peuvent atteindre jusqu’à 160 kilomètres d’autonomie, ce qui offre un rayonnement bien suffisant pour un usage urbain.

L’utilitaire de demain ?

On le sait, la circulation dans les villes ne risque pas d’aller en s’améliorant. Si les camions et fourgonnettes ont une part de marché importantes, les utilitaires légers, avec et sans permis, répondent à des besoins grandissants. Bien souvent électriques, ils permettent d’évoluer sans restriction tout en affichant un prix d’achat raisonnable et un coût d’usage plutôt faible. Par ailleurs, il existe un grand nombre d’accessoires pouvant faire évoluer ces véhicules en fonction des besoins. Toutefois, si nous reprenons l’exemple du Ligier Pulse 4, il s’agit d’un modèle disponible avec ou sans permis de conduire. La plus grande longueur impose la détention du permis B, tout comme le niveau de puissance supérieur. Il faut donc bien déterminer son usage, surtout si le modèle est amené à être conduit par plusieurs personnes.

Bien sûr, un véhicule sans permis, cela peut paraître surprenant pour une commune… Néanmoins, la vitesse en ville ne cesse de diminuer. Alors que le 30 km/h se généralise dans plusieurs grandes villes, il n’est donc absolument pas ridicule de s’orienter vers un modèle n’excédant pas les 45 km/h en vitesse maximale. À l’utilisation, les modèles sans permis ne doivent pas passer le contrôle technique, ce qui est une contrainte en moins à l’utilisation puisque cela permet une utilisation maximale du véhicule, avec un minimum de temps d’immobilisation annuelle.

Qui peut conduire un véhicule sans permis ?

Rappelons que pour conduire un véhicule sans permis, il faut toutefois respecter certaines règles. Si vous êtes né(e) avant le 1er janvier 1988, vous pouvez sans aucune contrainte rouler en voiture sans permis, sauf si vous avez l’interdiction de toucher à un véhicule à moteur bien sûr. Si vous êtes né(e) après cette date, vous devrez passer le permis AM, qui remplace le précédent BSR. Il s’agit en réalité d’une courte formation de quelques heures accessible dès l’âge de 14 ans.

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page