AstucesPratique

Jeune conducteur et voiture sportive : comment s’assurer ?

Lorsque l’on débute la conduite, on a parfois des envies de grandeur. S’offrir une voiture de sport, quand on est un passionné d’automobile, c’est souvent un accomplissement… Qu’il s’agisse d’une Peugeot 106 S16 ou bien d’une Ford Focus 3 RS, la problématique est la même : il faut s’assurer. Seulement, les assurances auto sont souvent réticentes à accueillir l’association jeune conducteur et voiture sportive. Existe-t-il des astuces pour faire des économies au moment de signer le contrat ? Quelles sont les erreurs à ne surtout pas faire ? C’est l’objet de ce court article qui revient sur les grands fondamentaux.

Ne mentez pas à votre assureur

Au moment de souscrire à une formule d’assurance auto, vous avez deux alternatives principales : assurer sa voiture en ligne ou bien directement dans une agence physique. Sans surprise, c’est la première solution qui est la plus souvent retenue. En l’absence d’un contact avec un agent, il peut être plus tentant de « frauder » ou du moins d’ajuster la réalité. La fraude la plus commune, c’est de s’assurer en second conducteur sur sa propre voiture. On ne le répètera jamais assez, il faut impérativement éviter de commettre cette erreur. Bien sûr, c’est beaucoup plus économique puisque c’est le bonus du parent qui influera sur le montant de la prime, tout en omettant votre condition de jeune conducteur. Mais les assureurs ne sont pas dupes et les enquêtes, notamment de voisinage, sont beaucoup plus répandues que ce que l’on pense… Et pas seulement après la survenue d’un accident.

D’une manière générale, il faut impérativement éviter toute déclaration qui n’est pas totalement véridique. Qu’il s’agisse de l’oubli d’un sinistre précédent, d’une modification du coefficient de bonus/malus ou bien d’une éventuelle suspension. Face au grand nombre de fraude, les assureurs sont plus vigilants que jamais. Fatalement, cette vigilance est accrue en ce qui concerne les jeunes conducteurs. Pour faire des économies, c’est un public souvent plus enclin à franchir les limites. Pourtant, il est possible de s’assurer d’une manière tout à fait légale…

Vous trouverez forcément un assureur…

Lorsque l’on demande à un assureur de couvrir notre voiture, celui-ci va mesurer les risques et la potentialité de sinistre. Certaines voitures attirent davantage les « mauvais » conducteurs tandis que d’autres vont toucher un public beaucoup plus sage. C’est pour cette raison qu’il est par exemple plus cher d’assurer une Volkswagen Golf qu’une Volvo C30. La puissance rentre également en compte. Plus une voiture est rapide, plus un conducteur peut être tenté de conduire vite. Ce constat est bête mais il est pourtant un critère pris en compte. De même, la dénomination « Sport » dans une finition peut également avoir un impact. En revanche, la couleur d’une voiture n’a absolument aucun impact sur le montant de l’assurance, contrairement à des rumeurs persistantes ! Dans certains cas, vous serez confronté au refus de vous assurer…

Seulement, un assureur est logiquement obligé de vous fournir une offre tarifée pour la couverture de votre voiture. Mais des fois, ce n’est pas le cas. Si vous avez 20 ans, trois accidents à votre actif et que vous désirez assurer une BMW M5 (E60) de 507 chevaux, vous avez bon goût mais les assureurs ne seront probablement pas sensibles à cet aspect. Cependant, afin que chaque assuré puisse trouver une voiture qui lui correspond, il est possible de saisir le bureau central de tarification (BCT). Ce dernier désignera un assureur qui aura obligation de vous proposer une formule à un prix déterminé pour une durée de deux ans. Toutefois, cela concerne exclusivement une formule de responsabilité civile (tiers simple). Pas idéal pour une sportive…

Sinon, vous pouvez toujours utiliser les différents comparateurs de prix d’assurance auto. C’est gratuit et idéal pour trouver la meilleure offre. Pensez toutefois à bien prendre en compte les garanties proposées.

Soyez rationnel dans votre demande

Enfin, il faut être logique et cohérent dans votre demande d’assurance auto. Si vous disposez d’un très fort malus, il sera toujours préférable de vous orienter vers une plus petite voiture. Si l’argent n’est pas un problème, vous aurez toujours la possibilité de vous assurer, ne serait-ce qu’en passant par le biais du BCT. À l’inverse, si votre budget est restreint, ne mettez pas toutes vos économies dans votre voiture sportive, conservez une partie pour superviser l’assurance et ne pas vous trouver dans le rouge. Avant même d’acheter votre voiture, il est indispensable de réaliser des devis afin de pouvoir anticiper cette dépense. Prendre une formule d’assurance au rabais, c’est clairement à éviter. En cas de problème, que vous soyez en tort ou non, il est indispensable de pouvoir bénéficier de garanties et d’un service de qualité.

Certaines voitures sportives ont une cote montante. Dans ce cas, privilégiez un assureur qui vous proposera une expertise. Les assureurs spécialisés ne sont pas nécessairement plus onéreux. Avant de signer un devis, prenez le temps de comparer les offres sur le marché après avoir bien étudié vos besoins et attentes. Ainsi, l’assurance auto ne sera pas une corvée à gérer rapidement. Et ça, c’est clairement appréciable !

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page