ActualitéPolestar

Polestar O2 Concept : l’histoire d’un roadster qui ne prévoyait pas d’être amusant

Si vous ne connaissez pas Polestar, nous ne pouvons pas vous en vouloir. Mais cela devrait pourtant vous parler, Ô grands passionnés automobile que vous êtes. Cette marque 100% électrique a été rachetée et lancée très récemment par les Suédois de chez Volvo. Une marque proposant déjà deux modèles, baptisés subtilement « 1 » et « 2 ». La Polestar 2, une berline typée crossover, commence à être un petit succès, notamment en Belgique. On n’en croisera cependant pas avec des plaques françaises, étant donné que la marque n’a pas réussi à s’implanter dans l’hexagone. Pourquoi ? Une histoire de logo avec des chevrons inversés, accusé d’être un plagiat d’un autre logo à chevrons superposés…

Un Concept Car d’une marque absente du pays, quelle utilité ?

Quand de chouettes modèles sont dévoilés, et qu’il est connu que nous n’y aurons pas droit (coucou Nissan Z), on a toujours un petit pincement au cœur. Dans le cas de Polestar, cela tournerait à la mauvaise blague. Savoir qu’une marque d’histoire comme Citroën bloque la commercialisation d’une marque dans un seul pays pour des chevrons, c’est assez utopique. Surtout quand on pense que le logo de la jeune marque suédoise est identique partout dans le monde, et que seule la France pose problème. Cela ne devrait pas durer longtemps, mais voilà déjà un an que cela stagne. Nous vous rassurerons en vous disant que Polestar a repris les codes de l’étoile polaire pour son logo…

Alors, est-ce que l’on doit se soucier réellement de ce concept O2 ? Pas qu’un peu, d’ailleurs ! Polestar nous propose ici un bel exercice, avec une probabilité d’entrée en production assez élevée. Ils prouvent notamment que leur plateforme est suffisamment maniable pour accueillir la future 5 (modèle de lancement du concept précédent) et ce cabriolet. Ils se lancent également un tas de défis, comme l’aluminium recyclé comme structure ou un intérieur monomatière. Et petit fun fact : le Polestar O2 Concept comprend un drone, censé vous filmer lorsque vous conduisez la voiture. Il possède un emplacement de stockage dédié dans le véhicule, se recharge sur le compte de votre batterie et dispose de sa propre piste de lancement. Le O2 en elle-même paraissait trop réaliste, visiblement.

Un design qui se dévolvotise complètement

Le style reprend les codes du précédent concept Precept, en allongeant un peu les traits. C’est notamment le cas des projecteurs, qui paraissent pourtant petit en comparaison aux LED de jour. On est très loin de la fameuse signature lumineuse en « T » de chez Volvo. En espérant juste que les « L » symétriques ne feront pas l’objet de poursuites. Le bandeau à l’arrière, lui, est conservé du Precept. Le O2 Concept est par contre beaucoup plus rectiligne, ce qui radicalise le design global. Son nez de requin secondé par une lame faisant le tour de la voiture, soulignant par endroit l’emplacement de la batterie. La calandre n’était pas nécessaire, mais cela aurait renforcé son regard. Après, n’oublions pas qu’on vise la clientèle Tesla, adepte de ce design spécifique.

Si le dessin du toit est relativement banal (merci au verre), le simple fait de le retirer donne tout son charme au premier cabriolet de Polestar. Vue du dessus, le Polestar O2 Concept est très intéressant. On remarque une courte ligne sur le capot, pour racoler à celle se trouvant sur le coffre arrière. La rainure frontale aura un intérêt moins important, nous vous laissons découvrir plus bas pourquoi. Le pare-brise, d’une surface et hauteur plutôt réduites, sont visuellement agrandies par un bandeau noir courant sur l’intégralité de la largeur de l’auto. Ajoutez à cela ses larges hanches et on obtient un cabriolet imposant, clairement assis sur la route.

Oubliez les sièges en cuir classiques

A bord, nous nous rappelons que les pays nordiques sont fans des contrastes, et on ne peut leur donner tort. Les 2+2 sièges sont entièrement blanc, le reste passe au noir. Seules les ceintures de sécurités, à l’instar des étriers de frein à l’extérieur, apporte un peu de gaieté avec ce jaune. Une autre caractéristique que l’on pourrait donner à l’habitacle est qu’il est plutôt épuré. Nous ne pourrons parler de l’intérieur sans jeter un coup d’oeil au programme Monomatière de Polestar. Afin de réduire la pollution à la production et au recyclage, la sellerie n’utilise que du thermoplastique hautement recyclable. La mousse des sièges, les tricots en 3D et les fibres textiles (tissées ou non) sont donc issues du même matériau. L’avantage est donc purement écologique (et peut-être économique), car la personnalisation ne semble pas être étendue. Difficile pour une marque premium.

Polestar ne pouvant pas renier ses origines, la planche de bord est plutôt futuriste. L’écran tactile central, comme à l’accoutumée, est présenté verticalement. Il intègre un système Android natif. Une molette, en bout d’accoudoir central, devrait (peut-être) constituer le seul moyen de le commander via des boutons. Pour nous, le seul hic est le volant, ou plutôt son rendu. La forme n’est pas déplaisante, mais la matière paraît étrange, et cela sera à vérifier si toutefois le O2 Concept garde toutes ses caractéristiques. En espérant également que le groupe Stellantis ne dépose pas plainte pour la forme du volant reprise du Peugeot 3008, à la garniture inférieure de la dernière Opel Astra ou encore au compteur de la Citroën C4 Cactus…

Polestar O2 Concept : A ce point incohérent ?

Qu’il est difficile de lancer une voiture en 2022. Le thermique est dans une phase critique, son avenir étant entre les mains de politiques ne s’y connaissant pas. L’électrique est loin d’être suffisamment évolué pour être parfaitement vendable. L’hybride semble être la solution, mais certaines villes pourraient les interdire dans les années à venir. Le directeur de Polestar croit dur comme fer à sa stratégie, et déclare avoir créé cet O2 Concept pour prouver que le futur des véhicules sportifs est électrique. Mais pour eux, ce sera amusant et divertissant. On devra se contenter du dessin et de l’intérieur spécifique pour le croire.

Aucune information sur la puissance, l’autonomie ou sur une quelconque performance. Son empattement raccourci pourrait toutefois être un souci pour la capacité de ses batteries. Tout ce que l’on sait, c’est que l’O2 préfigure le cabriolet sportif de la gamme, mais que le bruit du moteur sera… absent. Même pas de fausse ambiance comme chez Audi ! On est donc loin des roadster de référence, comme la Porsche 911, qui s’en rapprocherait le plus. Un autre fait à souligner, c’est que la multiplication des sorties des concepts arborant un nouveau code stylistique, il sera bientôt temps de passer par la case restylage des actuelles Polestar 1 et 2 !

Publicité

Etienne Deketele-Kestens

De la Smart à la Bentayga, je peux dire que je suis complètement obsédé par le monde automobile. Intégrer l'équipe de PDLV et pourvoir donner ma vision des nouveautés chaque jour est quelque chose de génial pour moi. Ma "carrière" de blogueur a débuté il y a quelques années, et ceci, cumulé à mes études en mécanique auto, me permettront de vous proposer un contenu de qualité, tout en gardant le côté décalé cher à PDLV. Je roule en Peugeot 308 SW BlueHDI 130 finition GT Pack.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page