ActualitéBMW

BMW Série 7 & i7 2022 : 5 avantages face à la Mercedes Classe S

Si on veut parler de limousines européennes, les trois mêmes noms reviennent toujours sur la table. Certes, les anglais auront toujours une renommée, les Rolls Royce, Bentley, voire même Jaguar avec un passé mémorable. Mais quand on est à l’achat d’une limousine, il n’y a plus que des allemandes qui nous viennent en tête. Celle qui ne fait que rafler la couronne à chaque nouvelle génération est la Mercedes Classe S. Elle arrive à faire passer la technologie et le confort dans une robe esthétique et classique à la fois. La poursuivante reste l’Audi A8, qui essaie de faire aussi bien, manque toujours d’un petit je-ne-sais-quoi. Enfin, il nous reste la BMW Série 7. Restant la plus humble du lot, elle misait toujours tout sur son « dynamisme ». La nouvelle génération vient en force, avec l’ambition de faire mieux que la dernière marche du podium ?

Les vraies nouveautés de la nouvelle génération de Série 7

Quand une marque premium allemande sort une nouvelle génération de sa limousine, c’est toujours plus qu’un « reveal« . Il s’agit du fleuron, et donc de la direction que prend le constructeur. Tous les modèles qui sortiront après cette grande routière seront équipés (d’une partie) des technologies et du design présentés. Chez BMW, cette Série 7 va même plus loin, avec une signature remplie de caractère. La plastique extérieure est très osée, pour une porte-drapeau d’une marque telle que BMW. Des projecteurs LED pas si fins que ça, une calandre toujours aussi proéminente, des jantes de 19 à 21 pouces et une délicieuse finition M Sport… C’est rare ! L’intérieur innove également, avec une sellerie « Veganza » (oui, z’avez bien lu…), semblable au cuir, qui appelle toujours au confort mais également au dynamisme, et une quantité d’écrans pas spécialement gênante pour un modèle de cuvée 2022.

Le point choquant nous vient tout de même du design de cette face avant. Les codes qu’avait introduit le SUV iX à la fin 2020 esquissaient déjà des projecteurs implantés très haut, à se demander si le designer Citroën n’avait pas été débauché. Nous sommes aujourd’hui assuré pour l’avenir du design à double étage, car BMW ne devrait pas l’arrêter à sa « 7 ». Le style arrière, quant à lui, est relativement audacieux également. L’inspiration générale est très actuelle, mais la disposition des feux fait à nouveau plutôt penser à l’iX. D’ailleurs, cette Série 7 de septième génération (ça ne s’invente pas) se lancera en deux temps, en cohabitant toujours avec la précédente pendant un moment. L’i7 est lancée immédiatement, pour des livraisons en fin d’année. Il faudra attendre le printemps 2023 pour commander les versions diesel et hybrides.

Des touches de luxe… pour 53 000 € de moins !

Si la nouvelle BMW Série 7 se permet de lancer des finitions « sportives » et de pencher pour un design tranché, elle peut être toute aussi luxueuse qu’une Classe S. Les seuls prix que nous connaissons actuellement sont ceux de la version électrique, nommée « i7 ». Disponible depuis ce mois d’avril 2022, elle démarre à 139 000 euros, et reste 15 000 euros moins chère que sa rivale moins « exclusive » Mercedes EQS, et plus de 53 000 euros moins chère que la Maybach S thermique. Certes, la comparaison avec un tel blason est un peu osée, mais c’est parce que la septième Série 7 joue aussi la carte du grand luxe !

L’un des points commun entre la Maybach S et la BMW Série 7 est la proposition d’une peinture biton. Et même s’il sera peut-être possible de négocier cela à la commande chez Mercedes, notre sujet du jour se targue de vous proposer de personnaliser la couleur de la partie basse du véhicule, tandis que le haut sera noir ou sable. De plus, alors que le « Soft Close » est à peine sorti, la fermeture électrique des portes est optionnelle sur la Série 7, tout comme sur la Maybach S. Nous ne parlerons pas de tous les équipements de confort, d’aides à la conduite que toute limousine dépassant les 100 000 € se doit d’avoir !

Thermique, hybride ou électrique, sur le même pied d’égalité (ou presque)

La Mercedes Classe S, ce sont, au final, quatre déclinaisons. La « classique », avec 5,18 mètres, de 286 à 510 chevaux, et des équipements luxueux, sans plus, est secondée par un châssis rallongé. La « L » gagne dix centimètres en longueur, sans plus. Il reste l’exclusive Maybach, qui passe à 5,47 mètres et qui propose des moteurs plus pimentés. Enfin, pour ce qui est des alternatives écolos, l’EQS est un fer de lance, avec une autonomie annoncée de 780 kilomètres et des mensurations semblables à la Classe S normale. Cela fait beaucoup de nuances à retenir.

Chez BMW, la Série 7 reste identique, ou presque, dans tous les cas. L’i7, avec une autonomie limitée à 625 kilomètres, se pare de jantes 19 pouces Aero de série, avec des petites touches de bleu et des monogrammes spécifiques. C’est tout pour les différences. Le principal défaut de l’EQS est son design aérodynamique (après, comme pour la Série 7, on aime ou on n’aime pas). Ensuite, viennent tous les écrans que compose l’intérieur. Malheureusement pour ces derniers, la qualité perçue n’est pas compatible avec des dalles qui prennent les traces de doigts… De plus, en version « basique », l’EQS propose un espace complètement vide pour remplacer l’écran devant le conducteur… Enfin, malgré une autonomie meilleure, la différence de prix de 15 000 euros avec la BMW i7 ne semble pas se justifier quand on ne compare que les éléments de luxe.

Une BMW Série 7 qui se transforme en cinéma roulant !

D’accord, on dit que la nouvelle Série 7 ne se charge pas « trop » d’écrans. Faisons un petit topo : un combiné de 12,3 pouces et un écran tactile central de 14,9 pouces. Voilà pour l’avant. Par contre, à l’arrière, ça se gâte. Un écran tactile d’une diagonale de 31,3 pouces peut se pendre au plafond. Il ne propose qu’une résolution 8K, et ne doit coûter que trois années de SMIC à remplacer. Uniquement compatible avec le système de son Surround 4D Bowers & Wilkins à plus de 5 900 euros (loin du Pack JBL à 500 balles des Peugeot 207), on touche une nouvelle dimension.

Pour prouver que votre Série 7 est plus à l’aise sur la technologie que la Mercedes Classe S, BMW ajoute des accessoires inutiles. Le « Theatre Screen » vous fait bénéficier de télécommandes tactiles sur les portières arrière. Un store pare-soleil de vitre arrière s’étend automatiquement dès que l’écran entre en fonction. Si une petite dispute d’écran venait à éclater entre chaque membre de votre famille, votre voiture devient votre refuge. Avec Amazon Fire TV ou Prime, Netflix, Twitch, il y a déjà de quoi s’occuper. Sinon, vous pouvez toujours consulter les actualités, regarder les dernières vidéos de Mini PDLV, ou même jouer à des jeux vidéos. Personnellement, j’aviserai un potentiel achat quand BMW proposera un support pour fixer mon volant de course. Pas avant.

Créer la seule limousine s’appréciant autant devant que derrière

Après vous avoir annoncé que le cinéma ne se faisait qu’aux places arrière, vous aurez difficile à me faire confiance. Force est de constater que BMW a mis les petits plats dans les grands pour faire de sa Série 7, une voiture toute aussi agréable à conduire. Déjà, la palette de moteurs est variée. Le diesel de 300 chevaux constituera l’entrée de gamme, tandis que les hybrides seront là pour donner un peu de vie sous la pédale de droite. Comptez un total de 571 chevaux et 800 Nm pour la M760e xDrive, pour un 0 à 100 km/h en 4,3 secondes. Mais, il n’y a pas que les moteurs…

Les améliorations châssis ont été faites. Suspensions pneumatiques adaptatives à l’avant et à l’arrière et quatre roues directrices vous serviront sans supplément. En option, on optera bien sûr pour la stabilisation active du roulis. Et qui dit finition « M Sport » et « M Performance » dit apports esthétiques. Comptez sur un pack dédié, qui vous donnera, en plus de freins M Sport spécifiques, un « Black Pack », des jantes 20 pouces, des sièges, un volant et un spoiler de coffre spécifiques. Vous devrez aussi faire avec le BMW IconicSounds Electric sur l’i7, qui est censé représenter un son moteur « riche en émotion ». A tester… N’hésitez surtout pas, BMW, on répondra présent !

Un design rafraîchissant, quoi qu’on en dise

La drogue, c’est mal. Voyez le designer BMW… Nous sommes en 2013 et Citroën dévoile la seconde génération de C4 Picasso. Jamais nous n’aurions pu imaginer que, presque dix ans plus tard, BMW copierait ce mouvement. Et nous y sommes, pourtant ! Grosse calandre, projecteurs LED épais, et des attributs sportifs qui se renforcent sur la finition M Sport. J’arrive à décerner des traces d’élégance sur cette Série 7, mais elle ne fera pas l’unanimité. Personne ne force une berline de luxe à rester dans le classicisme.

La Mercedes Classe S, châssis court ou long, garde les codes de la marque à l’étoile. La ligne restera intemporelle, classique, et elle plaira d’office à la clientèle de ce genre de véhicules. Surtout avec l’étoile surplombant le capot. De leur côté, plusieurs éléments poussent BMW à créer un design qui se démarque. Principalement, les futurs acheteurs ciblés sont plus jeunes, en tout cas dans la tête. Ils sont à la recherche de technologies de plus en plus folles, et parfois inutiles. Et, au final, exceptée la Maybach qui n’a qu’une histoire de blason (un peu surcotée aussi), ce sont ces voitures-mêmes qui perdront 50 à 75% de leur valeur en cinq ans… Donc, il n’y a pas vraiment besoin de faire dans le banal et classique. Par contre, seront-elles de futures bonnes affaires en occasion ?

Publicité

Etienne Deketele-Kestens

De la Smart à la Bentayga, je peux dire que je suis complètement obsédé par le monde automobile. Intégrer l'équipe de PDLV et pourvoir donner ma vision des nouveautés chaque jour est quelque chose de génial pour moi. Ma "carrière" de blogueur a débuté il y a quelques années, et ceci, cumulé à mes études en mécanique auto, me permettront de vous proposer un contenu de qualité, tout en gardant le côté décalé cher à PDLV. Je roule en Peugeot 308 SW BlueHDI 130 finition GT Pack.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page