ActualitéDS

DS 7 : bien plus qu’un simple restylage ?

Après cinq ans de bons et loyaux services, il était temps que le DS 7 Crossback soit remis à jour. Un restylage qui touche également le nom puisque le SUV français s’appelle désormais simplement « DS 7 ». Pour l’occasion, la marque a choisi d’aller encore plus loin en repensant son best-seller dans les moindres détails. Dans cet article, nous allons passer en revue les différentes nouveautés. Thierry Metroz, directeur du style, et ses équipes ont travaillé d’arrache-pied pour apporter encore plus de raffinement tout en misant sur les détails. Mais cela sera-t-il suffisant pour lutter face à une concurrence toujours plus innovante ?

DS 7 : le souci du détail

Quand on regarde le nouveau DS 7, on remarque tout de suite les évolutions. Cela commence par l’immense calandre, qui s’inspire de celle de la DS 4, de nouvelles optiques, des jantes spécifiques, de nouvelles teintes de carrosseries ou encore par l’apparition des « DS Light Veil ». Derrière ce nom, on trouve en réalité des appliques lumineuses, placées sous les phares. Celles-ci mêlent harmonieusement la teinte de la carrosserie à un éclairage variable et vertical, affichant alternativement les feux de jour ou les clignotants. Cela témoigne assez bien du soin accordé au détail. S’il s’agit d’un restylage, les évolutions sont multiples. Parmi les éléments les plus remarquables, il y a notamment l’arrière. Les feux sont entièrement nouveaux et le lettrage « DS Automobiles » prend place harmonieusement entre les deux feux. La typographie employée et son approche offrent un rendu très premium.

On notera aussi que DS a fait le choix de retirer un maximum de chrome. Thierry Metroz justifie cela par le côté un peu caricatural du chrome. Dès lors, le nouveau DS 7 reçoit davantage d’éléments noir brillant ou satin. La marque a également développé de nouveaux coloris, qui soulignent davantage les jeux de couleurs. Les jantes, dont le diamètre va jusqu’à 21 pouces, sont exclusives et marquent bien cette volonté d’aller de l’avant. Même si ça ne saute pas aux yeux, les optiques avant (DS Pixel Led Vision 3.0) sont nouvelles et plus fines. Cela confirme bien le fait que DS a été assez loin dans on travail de restylage. Objectifs : plus de dynamisme et d’élégance.

Un habitacle plus technologie, élégant et moderne

À bord du DS 7, on note tout d’abord l’apparition de la sellerie bracelet en cuir Nappa gris clair. Un accastillage inédit, réservé à la version haut de gamme Opera. La quête de raffinement a poussé les équipes à revoir tous les différents habillages, en introduisant de beaux jeux de matière, pour un rendu résolument premium. On note également l’apparition de deux grands écrans de 12 pouces, dont un pour les compteurs. DS a entièrement revu son interface numérique, en adaptant celle de la DS 4. Toutefois, la marque songe à supprimer les écrans à moyen terme, afin de les remplacer par quelque chose de différent, d’innovant. L’ensemble est particulièrement réussi avec toujours de jolis détails, de belles surpiqures ou encore l’iconique montre B.R.M. R180 qui trône sur la partie haute du tableau de bord.

La marque s’est inspirée de la DS 4, notamment pour ses technologies, ses matériaux et les différentes appliques tout en veillant à apporter une vraie valeur ajoutée à ce DS 7 restylé. On trouve notamment des surpiqûres Or et Carmin dans l’habitacle, pour la finition Performance Line, par exemple. De nouvelles selleries voient aussi le jour, toujours en s’articulant autour du logo DS, interprété de différentes manières. C’est beau. L’ensemble bénéficie également d’un éclairage d’ambiance personnalisé. Pour rappel, le DS 7 est une stricte 5-places, il se positionne comme un rival des Audi Q5 et autres Porsche Macan.

De 130 chevaux… jusqu’à 360 !

Le nouveau DS 7 mise plus que jamais sur l’hybridation. Ce nouvel opus met l’accent sur le freinage régénératif, une optimisation du mode 100 % électrique et des modes de conduite qui favorisent l’économie. Alors bien sûr, le thermique n’est pas abandonné. Pour offrir une entrée de gamme plus accessible, la marque propose toujours le moteur Diesel BlueHDi 130 chevaux, en boîte automatique. Ce n’est pas un mauvais moteur, bien loin de là, mais son intérêt est exclusivement financier. Le plus intéressant se trouve donc du côté des motorisations hybrides. Néanmoins, nous sommes en terrain connu puisque ces motorisations sont bien connues au sein du groupe Stellantis. Toutefois, la capacité de batterie est désormais portée à 14,2 kWh, contre 13,2 kWh auparavant. L’autonomie électrique atteindrait alors 65 kilomètres.

  • E-Tense 225 chevaux ;
  • E-Tense 300 chevaux 4 roues motrices ;
  • E-Tense 360 chevaux 4 roues motrices.

Si le premier niveau de puissance est en traction, les versions de 300 et 360 chevaux passent à la transmission intégrale. D’ailleurs, on notera que cette seconde version est exclusive. Elle tire sa base mécanique des DS 9 et autres Peugeot 508 PSE. Alors forcément, la puissance sera au rendez-vous ! Mais histoire d’aller encore plus loin, les équipes de DS Performance sont directement intervenues sur le développement de la version de 360 chevaux, qui a été pensée comme une véritable sportive. Tirant partie de son expérience en Formule E, DS propose des voies élargies (avec des jantes à fleur d’aile), des trains roulants spécifiques, un travail effectué sur le châssis, des jantes de 21 pouces (modèle Brooklyn) et même un rabaissement de 15 millimètres. Les freins sont également plus spécifiques, les suspensions sont raffermies. Bref, le programme est plutôt séduisant.

Carton plein pour le DS 7 restylé ?

DS Automobiles se porte plutôt bien. Commercialisé en 2017, le DS 7 Crossback fut le premier modèle développé exclusivement par la nouvelle marque. Son restylage correspond à ce que l’on pouvait en attendre, avec une pointe d’audace, beaucoup d’ingénierie et une réflexion globale pleine de sens. Du côté des motorisations, le petit bloc Diesel fait assurément tâche. Son unique fonction est d’abaisser le prix d’appel. Hormis ça, le choix de trois motorisations hybrides rechargeables est plein de sens. Le fait d’avoir transmis une ADN sportive à celui de 360 chevaux est également intéressant…

Pour autant, sur d’autres marchés, des versions essence traditionnelles seront au catalogue. Le prix de vente n’a pas encore été communiqué. Les premiers exemplaires arriveront en concession dès cet été. Quant à la prise de commande, elle est déjà possible au sein des concessions DS. En revanche, vous pouvez déjà commander les miniatures 1/64 et 1/43 du nouveau DS 7 !

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page