ActualitéPagani

5 choses à connaître sur la Pagani Utopia

La présentation d’une nouvelle Pagani, c’est toujours un très grand moment. Après la Zonda en 1999 puis la Huayra en 2011, voici désormais la Pagani Utopia. Un monstre de puissance, une prouesse de design et une merveille mécanique que je vous invite à découvrir par le biais de cinq faits à connaître sur cette hypercar. Un modèle qui impressionne à tous les niveaux tout en conservant certains fondamentaux chers à Horacio Pagani. La promesse ? Retrouver « la simplicité, la légèreté et le plaisir de conduire ». Il y a fort à parier que les objectifs soient tenus avec cette belle italienne dont les 99 premiers exemplaires ont déjà tous trouvé preneurs…

1. Un design cohérent, moderne… mais pas extravagant !

Le piège avec les voitures au design agressif, c’est que les constructeurs sont obligés d’aller toujours plus loin, quitte à friser parfois la caricature, lorsque l’heure du remplacement arrive… Le nom d’Utopia fait directement écho à l’ouvrage éponyme de Thomas More, rédigé au début du XVIè siècle. Il y prône l’ouverture d’esprit, l’expérimentation et une certaine forme de simplicité constructive. Le terme d’utopie est alors rapidement devenu un mot du dictionnaire… La nouvelle Pagani Utopia va en ce sens. Elle perdure la recette inaugurée sur la Zonda, tout en apportant les évolutions techniques (dont le carbone-titane) de la Huayra. Au niveau du style, on retrouve l’ADN des précédents opus. La ligne se montre très pure, faisant toujours appel à différents gimmicks, dont la quadruple sortie d’échappement inscrite dans un cercle, à l’arrière.

La Pagani Utopia affiche une belle unité dans son style. À l’avant, on trouve d’élégantes aérations, au style un peu baroque. Chaque élément a un rôle bien précis à jouer et divers détails parsèment la carrosserie. On notera notamment des sangles de serrage en cuir au niveau des capots avant et arrière. Les phares sont inscrits derrière un masque tandis que les rétroviseurs sont élégamment portés par une tige métallique. On notera trois ouvertures panoramiques sur le dessus et toujours des lignes d’une grande fluidité. L’Utopia fait aussi l’impasse sur l’aileron. Le style se veut plutôt minimaliste et raffiné. Cela contraste avec bon nombre de concurrentes. On appréciera aussi les portes en élytre et cette ellipse autour de l’échappement qui se propage au sein des blocs de feux. Ça claque !

2. Un prestigieux moteur V12 dopé à 864 chevaux

Pagani a une nouvelle fois collaboré avec AMG pour le développement d’un moteur unique. Il s’agit d’un prestigieux moteur V12, sans la moindre once d’hybridation. Accompagnée de deux turbo, cette noble mécanique d’une cylindrée de 6.0 litres prend donc place en position centrale arrière. Elle délivre pas moins de 864 chevaux à 6 000 tr/m et 1 100 Nm de couple de 2 800 à 5 900 tr/m. L’ensemble repose sur une structure en carbo-titanium, toujours dans cette optique de gagner en rigidité, tout en limitant la prise de poids. Pour l’anecdote, le moteur pèse à lui seul 262 kg, c’est beaucoup mais c’est toujours 70 kg de moins que celui de la Huayra ! On notera que le moteur peut être admiré en levant l’immense capot arrière…

Pour l’heure, Horacio Pagani et ses équipes ne communiquent pas sur les performances de l’Utopia, cela viendra en temps et en heure.

3. Une boîte de vitesses manuelle est proposée

Pour passer la puissance efficacement aux roues arrière, une boîte de vitesses est nécessaire. La marque italienne a fait un choix surprenant. Dans un premier temps, il sera uniquement possible d’opter pour une boîte robotisée Xtrac, qui permet un gain de poids et d’espace par rapport à une boîte à double embrayage. Mais en 2023, une boîte de vitesses manuelle à 7 rapports sera de la partie…

Et il s’agira d’une authentique boîte manuelle, non pas une automatique « arrangée ». L’optimisation du châssis n’est pas en reste, puisque l’on trouvera un amortissement piloté, des suspensions à double triangulation en aluminium forgé, des disques de frein en carbone-céramique, des étriers de frein à 6 pistons à l’avant et des jantes alliage de 21 pouces à l’avant et 22 à l’arrière.

4. Le poids a été grandement restreint

Avec seulement 1 280 kg sur la balance, la Pagani Utopia affiche un rapport poids/puissance assez incroyable ! Le recours à une monocoque en carbo-titane a grandement permis de réduire l’embonpoint. Quant à l’intérieur, c’est un voyage dans le temps. On découvre de superbes sièges en aluminium, partiellement recouverts d’un cuir bordeaux surpiqué. Il y a toujours une alchimie assez fascinante entre des finitions très abouties et un style volontairement épuré, très épuré même, appuyé par des matériaux bruts, comme l’aluminium. Le levier de vitesses est d’ailleurs une véritable pièce d’orfèvrerie, avec un design très soigné. L’ambiance, elle est assez incroyable, s’inspirant des cockpits d’avion, tout en osant de beaux jeux de lumière et d’éclairage, avec une ambiance qui fleure bon les années ’60 et ’70 !

Bref, la Pagani Utopia séduit par cette homogénéité assez unique en son genre, qui ose la couleur et des formes parfois un petit peu complexes, mais toujours savamment réfléchies. On notera toutefois des touches de modernité, comme les différents écrans qui remplacent les compteurs analogiques, notamment derrière le compteur.

5. L’histoire n’est pas finie…

Enfin, les 99 premiers exemplaires ont déjà tous trouvé des acquéreurs. Le prix de vente aurait été de 2,2 millions d’euros hors taxe. Par la suite, il est probable qu’un grand nombre de déclinaisons et versions spéciales (et limitées) voient le jour. Cela permettra sans doute d’entretenir le mythe et de permettre aux clients les plus exigeants de s’offrir une édition encore plus incroyable de la prestigieuse Utopia. Selon certains de nos confrères, la Pagani Utopia répondrait aux normes américaines en matière de pollution, ce qui permettrait son entrée au pays de l’Oncle Sam !

Source
Pagani.com
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page