ActualitéVolkswagen

Volkswagen Golf 8 R : enfin une Golf qui aime les virages ?

Encore un titre d’article qui va me permettre de me faire des amis ! Blague à part, les Golf trainent depuis bien longtemps l’image de sportives de ligne droite. Dans les faits, leur comportement est loin d’être si mauvais même si ce ne sont pas les plus rapides. Justement, voici la toute dernière Golf R, fraichement dévoilée. Chez Volkswagen, cela se traduit par un surplus de puissance, la transmission intégrale et quelques petits modes amusants que l’on va décortiquer dans ce court article. Voici les 5 informations à connaître pour tout savoir la Golf 8 R… Désormais plus puissante qu’une Audi S3. Et oui.

1. Le style est bien dosé

Cela fait déjà plusieurs mois que la Volkswagen Golf 8 R fait parler d’elle. Il faut dire que c’est un modèle très à la mode, férocement attendu par les amateurs. Le style a fuité très vite si bien que la présentation officielle ne réserve pas vraiment de surprise. Comme c’est de coutume, on retrouve la jolie peinture Bleu Lapiz métallisée, qui met bien en valeur cette compacte survitaminée. On retrouve un nouveau bouclier avant, incluant des prises d’air additionnelles et une barrette bleue sur la calandre, qui s’illumine et qui continue la signature lumineuse de la R. De nouveaux bas de caisse sont ajoutés, tout comme des jantes de 19 pouces (18 de série) abritant partiellement des étriers de frein bleus. À l’arrière, on découvre un joli diffuseur, quatre sorties d’échappement chromées et un becquet de toit.

Volkswagen Golf 8 R

Sans aller dans l’extravagance, la Golf 8 R est homogène dans l’ensemble. Beaucoup trouveront ces évolutions trop timides mais nous sommes plutôt séduits par ce rendu. En plus, c’est dans le détail que cette version musclée s’apprécie puisque les ailes ont été élargies par exemple. Chez Volkswagen, la palette de modèles sportifs est très large et pour la Golf, il s’agit de la cinquième, aux côtés des GTI, GTI Clubsport, GTE et GTD. La R coiffera donc la gamme en allant plus loin que les modèles précédents. Seul trois coloris sont proposés : Bleu (illustré ici), blanc ou noir. Une manière ingénieuse de renforcer l’exclusivité… Même si plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires seront mis en circulation. Au même titre que chez Audi, ce semblant d’exclusivité fait recette et permet une hiérarchie de la gamme.

2. La puissance est de 320 chevaux

Précédemment, Volkswagen avait teasé une puissance de 333 chevaux pour sa nouvelle Golf 8 R. Finalement, ce nombre est ramené à 320. Le moteur en question est bien connu puisqu’il s’agit du sempiternel 4-cylindres turbo de 2.0 litres, série EA888, déjà largement éprouvé au sein du groupe VAG. Il affiche 420 Nm de couple et est donc corrélé avec la transmission intégrale et la boîte DSG à 7 rapports. La boîte manuelle à 6 rapports ne sera proposée que pour le marché nord américain. Vitesse de pointe : 270 km/h à la condition d’opter pour la monde optionnelle de 19 pouces, sinon vous serez limité à 250 km/h.

Volkswagen Golf 8 R

Avec une telle puissance, la Golf 8 R dépasse de peu l’Audi S3. Malgré un poids que l’on imagine élevé, le 0 à 100 km/h est annoncé en 4,7 secondes. Il est souvent reproché au Golf une tenue de route très moyenne. La Golf R gagne de nouveaux freins et notamment des disques de 357 mm à l’avant. Le carrossage négatif avant a été augmenté et la caisse a été abaissée de 20 millimètres. Des modifications qui auront certainement une influence sur le dynamisme (et les virages donc). À cela s’ajoute la possibilité d’envoyer jusqu’à 100% du couple sur la route à l’extérieur du virage. Le châssis adaptatif profite aussi de réglages revus et un pack R-Performance sera disponible en option.

3. Un mode Drift est inclus

La Volkswagen Golf 8 R sera proposée avec plusieurs modes de conduite que l’on pourra sélectionner depuis le bouton R situé directement sur le volant. Notons que les deux derniers ne seront disponibles que si vous optez pour le pack R-Performance qui ajoute aussi un aileron plus volumineux. Ces différents modes de conduite influent sur la répartition du couple entre les quatre roues.

  • Comfort : ce mode privilégie le confort ;
  • Sport : mode de base, compromis sport/confort ;
  • Race : amplification du son moteur grâce à l’échappement, désactivation de la fonction roue libre ;
  • Individual : le conducteur indique lui-même ses réglages en les paramétrant dans l’ordinateur ;
  • Spécial : mode créé pour le circuit du Nürburgring, idéal pour un circuit vallonné, permet de monter davantage dans les tours ;
  • Drift : ESC en mode Sport, permet des dérives du train arrière.
Volkswagen Golf 8 R

À cela s’ajoute le blocage de différentiel XDS. L’objectif est clair : offrir le meilleur dynamisme possible tout en gommant la sensation de poids induite par la transmission intégrale et la boîte de vitesse automatique à double embrayage DSG. Puis, ce sera quand même la première Golf de série qui pourra drifter !

4. Elle veut bouffer la Mégane RS

L’ambition de Volkswagen est à peine cachée : récupérer le meilleur au tour du Nürburgring. À ce sujet, le pack R-Performance semble s’inspirer de la Renault Megane RS Trophy-R. Bien qu’elle soit plus puissante de 20 chevaux, l’allemande part avec un handicap de poids (littéralement) dû à sa conception. Cette version exclusive ajoute le mode « Spécial » qui permettra de s’adapter aux contraintes de l’Enfer Vert. La plus rapide des compactes, la Megane 4 RS Trophy-R, a réussi l’exercice en 7 minutes et 40 secondes. La Golf 7 GTI Clubsport S demande 7 secondes de plus sur le même exercice. Voici donc le record à battre !

Volkswagen Golf 8 R

Ce n’est malheureusement pas les 7 kg gagnés en développant une ligne d’échappement Akrapovic en titane qui feront la différence sur circuit. Mais attendons de voir le futur score puisque plusieurs mulets ont déjà été aperçus en piste.

5. L’intérieur est cosy

Enfin terminons par nous installer virtuellement à bord de la Volkswagen Golf 8 R. Déjà, pas de dépaysement puisque l’on retrouve pas mal d’éléments vus dans la version GTI, ce qui est logique. En revanche, pas de sièges baquets mais des semi-baquets avec appuie-têtes intégrés. Un moyen de montrer l’équilibre confort/sportivité. Ceux-ci sont en cuir Nappa et reçoivent des inserts décoratifs en carbone. L’ambiance colorée de l’habitacle peut aussi être définie parmi un choix de 30 coloris.

Divers « R » ont été disposés dans l’habitacle tout comme des touches de bleu. L’ambiance est clairement Premium avec des menus personnalisés dans le système d’info-divertissement qui s’enrichit d’un affichage 3D. Le compte-tour rond est aussi remanié tandis que différentes informations mécaniques sont incluses. On trouve aussi un chronomètre pour afficher ses temps sur piste. C’est certain, le compromis offert est assez séduisant d’autant plus… Mais espérons qu’elle ne soit pas trop aseptisée. Car les performances ne valent rien si elle n’offre pas de sensations…

Source
Volkswagen-newsroom.com
Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page