PratiqueVie quotidienne

En vrai, des pneus pas chers, ça peut faire le travail ?

Article partenaire

Lorsqu’ils arrivent au témoin ou qu’ils ont plus de cinq ans, les pneus de votre voiture nécessitent d’être remplacés. C’est alors un moment plutôt particulier qui s’annonce. La sécurité, c’est important alors vous recherchez des pneus milieu ou haut de gamme. Seulement, vous lorgnez aussi du côté des pneus pas chers… Car ils ne sont vraiment pas chers ! Mais sont-ils vraiment intéressants et économiques pour autant ? C’est ce que nous avons voulu vérifier en nous concentrant sur trois paramètres essentiels : l’impact sur la consommation, le bruit qu’ils génèrent et leur incidence sur le freinage.

Pneus d’entrée de gamme : un choix immense !

Le budget automobile des ménages est en constante augmentation. Carburant, entretien, assurance, contrôle technique… Les frais s’accumulent et pèsent de plus en plus. Alors pour faire des économies, il peut être tentant de regarder du côté des pneus pas chers. Soyons clairs : l’offre est très développée ! En effet, les pneus d’entrée de gamme constituent un véritable marché. Les fabricants réduisent leur marge pour afficher les prix les plus bas. L’important volume de vente permet de pallier au problème. Les centres auto proposent également des pneus à bas prix, parfois en dégriffant des modèles de grande marque, parfois en produisant eux-mêmes leurs propres gommes. Difficile donc d’y voir clair.

D’ailleurs, il y a encore quelques années, il fallait clairement être expert en lecture d’indice pour différencier un pneu pas cher médiocre d’un autre qui est passable. Depuis, des étiquettes sont présentes sur les pneus afin de faciliter l’accès à l’information. Des sites tels que Centralepneus décortiquent plus en détails les informations destinées à vous faciliter le choix de vos futurs pneus. Désormais, les données sont affichées clairement, ce qui favorise la lecture, même auprès des gens qui ne s’y connaissent pas en pneumatique. Passons donc en revue les trois grandes familles de critères qui permettent de juger de la qualité d’un pneumatique automobile.

De bons pneus font-ils moins consommer ?

Cela peut paraître surprenant et pourtant, les pneumatiques jouent fortement sur la consommation. En effet, la surface qui relie votre voiture à la route est relativement mince. Ce sont quatre petits rectangles de caoutchouc qui viennent en contact de l’asphalte. La bande de roulement du pneu est donc un facteur essentiel puisqu’elle doit offrir la meilleure adhérence… Tout en limitant les efforts sur la mécanique. On parle alors de résistance au roulement. Les pneus d’entrée de gamme, moins sophistiqués, vont miser sur le bruit, la tenue de route, mais assez rarement sur la résistance au roulement. Ces pneus sont donc moins performants sur ce point, en engendrant plus de points de contact. À la clé, vous avez une consommation en hausse. Oui, il n’y a pas de classe D…

Lettre d’indiceImpact sur la consommation
A
B+ 0,14 litre aux 100 kilomètres
C+ 0,28 litre aux 100 kilomètres
E+ 0,45 litre aux 100 kilomètres
F+ 0,62 litre aux 100 kilomètres
G+ 0,63 litre aux 100 kilomètres

Fondamentalement, ces impacts peuvent paraître minimes. Pourtant, sur la durée, la surconsommation induite par ces pneus pas chers peut être énorme. Si vous effectuez une moyenne de 15 000 kilomètres par an, des pneus « moyen » peuvent engendrer une surconsommation pouvant atteindre 150 € chaque année. Il est donc souvent préférable de s’orienter vers des pneus au minimum de gamme intermédiaire. Dans l’idéal, la lettre A est la plus vertueuse. Dans les faits, la lettre B demeure un indice tout à fait convenable. Plus vous roulez beaucoup, plus il sera intéressant d’opter pour des pneumatiques ayant un bon indice dans la catégorie consommation de carburant.

Le freinage : ça joue beaucoup ?

On entend souvent dire que les pneus jouent sur la sécurité. Et c’est parfait vrai. Les pneus doivent non seulement être capable de transcrire des accélérations, de faire passer la puissance au sol, assurer la tenue de route dans les virages… et…. ET ? Pouvoir freiner sans glisser sur le sol ! Pour cela, on va parler plus généralement de freinage sur sol mouillé. Ce second indice mesure donc la distance de freinage induite par chaque type de pneumatique. C’est un exercice qui est réalisé sur sol mouillé, en passant de 80 km/h à 0 km/h. Et vous allez le voir, les différences sont conséquentes d’une gomme à une autre. Sans surprise, plus la vitesse est élevée, plus les distances de freinage des « mauvais » pneus sont allongées.

Lettre d’indiceImpact sur les distances de freinage à 80 km/h
A
B+ 3 mètres
C+ 7 mètres
E+ 12 mètres
F+ 18 mètres

L’écart est donc très conséquent. Une courte distance de freinage peut généralement compenser le temps de réaction, qui est propre à chacun. À l’inverse, des pneus ayant un faible indice ne peuvent pas assurer un freinage avec la même intensité. S’il y a un indice sur lequel il faut être vigilant, c’est donc bien celui-ci ! En effet, le freinage d’urgence est une notion capitale. Quelques mètres de distance de freinage en moins, ça peut parfois faire la différence. D’une manière générale, les pneus s’en sortent souvent assez bien sur cet exercice. Privilégiez néanmoins les gommes ayant un indice A ou B. En effet, rien ne sert d’avoir des freins Brembo 4 pistons à l’avant si les pneus ne sont pas capables de retranscrire efficacement ce même freinage…

Le bruit de roulement : le confort avant tout !

Enfin, il y a la question du bruit de roulement. Concrètement, il s’agit de la mesure, en décibels, émise par un pneu monté sur une voiture roulant à 80 km/h, réalisé avec un micro placé à 7,5 mètres de la route. Plus la valeur en décibel est élevée, plus le pneu est jugé bruyant. Contrairement aux deux autres notions, là nous sommes clairement sur un argument de confort, qui ne joue pas sur la sécurité. Un pneu à 70 dB est dans la moyenne.

Forcément, un pneu de moins bonne qualité sera plus bruyant. C’est un aspect qui peut déranger certaines personnes car les bruits de roulement seront plus forts. Sur les voitures aseptisées, ce phénomène est moins dérangeant. Sur une petite citadine, les bruits peuvent être ressentis plus fortement. Sur une sportive à l’échappement « expressif », le bruit de roulement sera généralement étouffé par celui de la mécanique.

D’autres paramètres rentrent en compte…

Certains modèles de pneus sont plus appréciés que d’autres pour leur endurance, leur efficacité sur circuit ou encore leur résistance… Pour chaque modèle de voiture, il est donc important de se renseigner sur l’efficacité réelle des pneus en fonction de votre usage. Si les trois paramètres présentés dans cet article jouent sur la sécurité ou la perception générale, ils n’informent pas réellement sur le gain de performance qu’ils permettent. Sur circuit, les Michelin Pilot Sport 4S sont très réputés… Mais ils ne sont pas disponibles dans toutes les dimensions et ne peuvent donc pas être une référence universelle pour toutes les voitures !

Cela ne doit pas faire oublier quelques règles logiques et qui sont pourtant parfois bafouées, par méconnaissance ou par radinerie :

  • Des pneus d’occasion : c’est une mauvaise idée… Chaque voiture a ses propres réglages et l’usure peut être inégale, ce qui va fragiliser les pneus plus rapidement. On évite ! ;
  • Des pneus dépareillés : sur un même train, il est capital d’avoir deux pneus identiques, avec le même niveau d’usure.

Il convient donc de trouver le bon compromis. Consultez les forums, pages et groupes spécialisés traitant de votre voiture afin de bénéficier de l’expérience d’autres propriétaires. Le choix de pneus n’est clairement pas anodin. Outre la sécurité, de bonnes gommes offrent une perception de la route bien différente. Vous l’aurez compris, outre l’aspect sécuritaire pur, les pneus permettent d’économiser du carburant et parfois même de gagner en tenue de route. Il faut donc ne pas chercher à aller à l’économie.

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

1 commentaire

  1. Pour les pneus il ne faut pas hésiter à y mettre le prix de toutes façons. C’est première chose qui te relie à la route. enfin pour ma part, sur la voiture familiale principale on met du bon. Je m’en voudrais de me planter à cause de pneus de mauvaise qualité avec les gamins dans la voiture !

    Après la voiture secondaire, faut la respecter un minimum avec des pneus « moyens + / haut de gamme ».

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page