ActualitéAres Design

Ares Modena S1 Project & S1 Speedster : rien qu’un excellent mélange de jolies choses…

Ares Modena, constructeur italien de véhicules de niches, ne s’en sort plus des différents projets qu’il a lancé. En plus de revisiter à sa sauce une sélection de voitures d’autres marques et de créer de superbes cabriolet inspirés des années 1950, ils lancent leurs propres véhicules. Nous vous avions parlé précédemment de la Panther, voici maintenant le S1 Project. Ce « concept » est âgé de près de trois ans, et vient d’évoluer. Gardant la mention « Projet » dans sa dénomination, ne serait-ce tout de même pas le modèle final ? En tout cas, deux douzaines de la version Speedster sont commandables et livrables dans l’état. Mais, quand on analyse bien la chose, on se rend compte qu’un petit quelque chose ne va pas…

Ares Modena, ou l’art de faire vibrer via le design

Appelés Ares Design a une époque pas encore si lointaine, la petite marque automobile italienne s’est illustrée sur plusieurs points. On pourra noter la transformation de la grande berline de chez Bentley, la Mulsanne, en un coupé deux portes. Par ailleurs, le néo-rétro deviendrait leur spécialité, avec des remakes de la Porsche 964 Targa ou encore de la Corvette Stingray de première génération. La refonte s’adresse alors au design extérieur qu’intérieur, tout comme à la mécanique. Un gros coup de coeur tout de même pour leur Wami Lalique Spyder, un cabriolet 2 places qui sent bon les années 50, malgré l’immense écran central, mais rétractable ! Et on ne vous parle pas d’un certain Land Rover customisé…

Ares Modena s’est chargé, en parallèle, de lancer divers projets automobiles, que l’on pourrait appeler concept. Le problème, c’est que leurs projets se transforment au fil du temps. Autant la fameuse Panther, ressemblant légèrement à la DeTomaso Pantera, n’a pas l’air de vouloir changer, autant notre sujet du jour a déjà subi quelques mises à jour. Dès lors, la S1 Speedster Project vient apporter un souffle nouveau sur le concept de base, et la version finale n’a pas l’air si éloignée…

Ares Modena S1 Project : version 2.0, bien plus proche du rendu final !

La première version de la S1 Project, dévoilée il y a quelques années déjà, n’était pas sans nous rappeler un concept futuriste de chez Porsche. En effet, si cela n’était pas clairement mentionné, nul doute sur le fait qu’Ares Modena s’était inspiré de la Porsche LeMans 2035 Project. Autant dire que ce n’était pas super réaliste, pour une voiture mi-route, mi-piste… Alors, on a gardé les grandes lignes, et on a jeté tout ce qui était un peu superflu. Et, dans ces « grandes lignes », beaucoup de choses nous rappellent quelques réussites chez d’autres constructeurs. Quand on mélange des styles réussis, cela ne peut faire qu’une automobile au caractère puissant !

La première, à l’avant, est le pare-brise. Il est d’abord incurvé d’une manière peu banale. L’ajout d’un bras d’essuie-glace en son centre, verticalement, ne peut nous faire penser qu’à Koenigsegg. Son museau plutôt aplati est typique d’une Pagani, tandis que l’idée des énormes ouïes d’aération sur ce dernier vient de chez Ferrari. Niveau exclusivité, la barre est donc placée haut ! L’arrière nous paraît plus franco-italien, en plusieurs points. D’abord, le bandeau LED inratable, avec une mention spéciale au logo semblant flotter. Ensuite, les sorties d’échappement verticales finissent de nous rappeler une inspiration venant de McLaren. Le petit bloc LED repris de la Formule 1 vient ajouter une touche « circuit » supplémentaire.

Une base technique connue, collant parfaitement au personnage

Si l’association de la technique automobile américaine au design italien peut faire peur, il n’en est rien. Malgré le fait que la Corvette C8, surtout en Z06, ne vous propose plus de mourir à chaque virage, elle n’en est pas moins émotive. Le V8 atmosphérique, rond à bas régime, arrive à chanter et à vous pousser jusqu’à des régimes impressionnants. Reste à savoir quel moteur sera privilégié. Le V8 6.2 litres, développant aux alentours des 500 chevaux, ou le V8 5.5 litres, qui, toujours atmosphérique, pourrait donner plus de 700 chevaux sous le capot de l’italienne ! Dans tous les cas, la sonorité et l’élasticité du moteur collent parfaitement à l’Ares Modena S1 Project. La position centrale arrière du moteur apporte la bonne répartition des masses, donc, on n’y touche pas ! Il en va de même pour la boite double-embrayage à 8 rapports et le différentiel à glissement limité.

Le châssis est donc d’origine Corvette, qui consiste en une coque en aluminium. Cela ne serait pas rentable pour un sous de créer le châssis chez Ares. Du coup, ils ont préféré la carrosserie artisanale. Et comme la fibre de carbone est plus simple à travailler, ils l’ont choisie. Du coup, tout ce qui n’est pas peint est du carbone saillant. Plutôt chouette. Ce châssis est couplé à une suspension pilotée, mais les jantes de 20″ devant et 21″ auront tôt fait de ternir le confort.

La discrétion n’est pas une option en Ares Modena S1 Speedster

Ares Modena n’a pas trop souhaité toucher à la base américaine, d’après ce que l’on en sait. On passe tout de même sur des jantes allant au 21″ à l’arrière. Il faut donc une bonne largeur de pneu pour supporter cela. Soit, ce sera du 345 millimètres. Ça fait de gros boudins. En parlant d’eux, Ares semble s’être résigné à utiliser des pneus à flanc colorés de chez Michelin… Dommage. Pour s’excuser, ils nous ont concocté une ligne d’échappement spécifique. Déjà que la sortie est placée de manière originale, un système de valves nous promet une sonorité exaltante. Disons que le V8 de la Corvette C8 est une bonne base pour cet exercice…

Le popotin de cette automobile ne fait pas dans la diététique non plus. Aussi large que l’avant, la vue du dessus du véhicule ressemble d’ailleurs typiquement à une éponge. Revenons au sol pour admirer le très élégant style à la Bugatti, avec des courbes taillées pour plaire. Les roues, dépassant largement la carrosserie de part et d’autres, arborent d’ailleurs un design différent en fonction de la carrosserie. Il ne nous reste plus qu’à parler de ces entrées et sorties d’air sur les passages de roues, permettant à cette S1 Project de ne pas disposer d’aileron disgracieux. Évidemment, c’est du carbone.

Un intérieur qui confirme toute sa personnalité

Du coup, si le mélange de tous les designs et petites spécificités est réussi, on peut dire que cette Ares Modena S1 Project est originale. Il en va donc (presque) de même avec l’intérieur. Trois écrans le bordent, dont un vertical en position centrale. Le conducteur a droit à un plus grand affichage que le passager, qui pourra surveiller la vitesse et l’écoconduite. Il pourra aussi surveiller le chronomètre, et vérifier quelle force de gravité il subit. L’habillage semble très qualitatif, avec une planche de bord recouverte de cuir et d’Alcantara, entre autres. La sellerie est travaillée, avec un cuir texturé recouvrant les sièges baquet. Des touches de carbone, bien évidemment, ont répondu à l’appel.

Ares Modena Speedster intérieur

Le pare-brise incurvé permet d’obtenir une bonne visibilité, et une surface vitrée intéressante pour une supercar. Cela a pour conséquence de mettre en lumière les deux points négatifs de cette voiture. Le premier est ce volant. Outre le fait qu’il s’agisse du même que celui de la Corvette C8, il n’a pas un dessin pratique à mes yeux. Son habillage est très flatteur, mais la forme carrée ne doit pas être facile à vivre. L’utilité en phase de pilotage n’a pas l’air essentielle non plus… Bref, ce n’est qu’un détail face aux porte-gobelets devant l’accoudoir central. Je doute même de l’aspect pratique de ceux-ci, surtout en circuit. Sur un véhicule qui coûtera sûrement plus d’un demi-million d’euros, deux trous dans une pièce massive de carbone, c’est… bizarre.

Ares Modena vous vend une voiture qui… n’existe pas !

Tout cela nous semble bien beau. Rappelons juste quelques faits. Tout d’abord, Ares Modena n’a communiqué aucun chiffre, excepté les mensurations extérieurs. Cette S1 Project de 4,68 mètres de long et 2 mètres de large reprendra le V8 6.2 litres, obligatoirement. Cependant, alors que l’on connait les capacités du constructeur italien, aucun chiffre sur la puissance ou le couple n’a été communiqué. Il en va de même pour les performances : aucune information ! Une estimation du prix unitaire des 24 unités qui seront produites ? Absolument aucune révélation publique, Ares se cachant derrière le fait de la « personnalisation ». Pourquoi ?

Parce que l’Ares Modena S1 Project n’existe pas… réellement. Bienvenue en 2022 ! Il s’agit d’images d’un rendu digital, aussi bien pour la version Coupé que le Speedster. Question de réduction de coûts. Si j’avais une certaine somme à dépenser pour une voiture de niche, je les placerais sûrement sur une S1 Project. Cependant, de là à l’acheter sur photos et peut-être, soyons fou, d’essai virtuel… Je bloque. Sûrement ma passion et mon côté vieux jeu…

Publicité

Etienne Deketele-Kestens

De la Smart à la Bentayga, je peux dire que je suis complètement obsédé par le monde automobile. Intégrer l'équipe de PDLV et pourvoir donner ma vision des nouveautés chaque jour est quelque chose de génial pour moi. Ma "carrière" de blogueur a débuté il y a quelques années, et ceci, cumulé à mes études en mécanique auto, me permettront de vous proposer un contenu de qualité, tout en gardant le côté décalé cher à PDLV. Je roule en Peugeot 308 SW BlueHDI 130 finition GT Pack.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page