ActualitéFerrari

Ferrari Purosangue : le plus réussi de tous les SUV ?

Comme beaucoup d’entre vous, on commence à saturer des SUV… Pour autant, il faut savoir apprécier les belles choses et il est certain que le dernier-né de chez Ferrari mérite d’être admiré. Mais avant tout, restituons les choses. Désireuse de pénétrer un nouveau marché, la marque au cheval cabré a développé le tout premier modèle à quatre portes et quatre places de son histoire. Nommé Purosangue (pur-sang en italien), ce nouveau SUV casse tous les préjugés du segment. D’ailleurs, peut-on réellement parler de SUV lorsque l’on découvre que ce modèle est à peine plus haut qu’une Twingo 3 (de quatre centimètres) ?

S’essayer au SUV : une « vieille » envie…

Dès 2018, l’officialisation d’un SUV chez Ferrari était actée. Forcément, de nombreuses craintes ont surgi. Les premiers prototypes ont été aperçus deux ans plus tard, avec un camouflage assez dissuasif. Forcément, on n’a pas pu résister à l’envie d’en faire un poisson d’avril en 2021. Toujours est-il qu’en ce début d’année, des images ont fuité, ce qui a réduit l’effet de surprise de celui qui se fera appeler le pur-sang. À travers le Purosangue, la marque italienne entend bien s’imposer dans un segment très concurrentiel, aux côtés des Bentley Bentayga, Porsche Cayenne, Lamborghini Urus et autres Aston Martin DBX. Pour autant, la proposition de Ferrari se démarque assez de ses concurrentes. Mieux encore, la marque confie avoir cherché l’équilibre parfait entre performance, plaisir et confort. Le modèle qui en découle casse les codes du SUV.

Au niveau du style, le Ferrari Purosangue impressionne par la pureté de sa ligne. On découvre des lignes racées, pleines de caractère et pourtant d’une rare élégance. Long de 4,97 mètres, large de 2,03 mètres, ce SUV italien surprend par sa hauteur de 1,59 mètre, bien inférieure à celle de ses concurrents. On découvre aussi des éléments stylistiques directement repris des coupés de la marque. Posé sur des jantes de 22 pouces à l’avant et 23 à l’arrière, le Purosangue a clairement l’ADN de la marque. Chaque trait a une fonction bien précise. Point de superflu non plus : chaque grille d’aération répond à un besoin. Et quant à l’harmonie générale, il faut objectivement reconnaître que c’est une belle voiture.

Comment casser les codes du SUV ?

Lorsque Porsche a commercialisé le Cayenne en 2002, le contexte était bien différent d’aujourd’hui. Vingt ans plus tard, le segment du SUV est saturé et tout semble avoir déjà été expérimenté, avec plus ou moins de succès. L’appétit gargantuesque en SUV des automobilistes incite clairement les constructeurs à « SUVisé » leur gamme, même si c’est moche et pas cohérent. Chez Ferrari, on a préféré repenser le concept même du SUV dans son intégralité. Cela passe par le sacrifice d’une cinquième place à bord : le Purosangue dispose exclusivement de quatre sièges baquets. On retrouve aussi un très long capot avant qui a la particularité d’englober aussi la partie supérieure des ailes avant. Non seulement c’est très chic mais c’est un dispositif jamais vu sur un SUV de luxe.

On trouve aussi un profil largement sculpté, à la manière d’une supercar. Tout cela ne profite clairement pas aux aspects pratiques… Mais est-ce vraiment le plus important ? Ferrari a dessiné un avant très profilé également, dynamique mais sans extravagance. Quant à l’arrière, il remonte assez haut, avec un design adapté à un profil plus haut. Cela matche bien avec un diffuseur proéminent. On notera aussi des ailes superbement galbées. Tout cela contribue à renvoyer une image très chic mais aussi pleinement dans l’esprit des productions de la marque. Si l’on transposait le Purosangue dans un segment plus généraliste, on parlerait sans doute davantage d’un crossover puisque ce modèle tient autant du break de chasse que réellement du SUV.

Purosangue : un SUV à moteur V12 !

Chez Ferrari, si on simplifie grandement une tendance, nous avons les barquettes à moteur V8… Et les grands coupés à moteur V12. En toute logique, le Purosangue tendant davantage vers la deuxième catégorie, c’est un moteur à 12 cylindres que l’on découvre. Une mécanique noble et particulièrement rare, surtout dans le contexte automobile actuel morose. Plus surprenant encore, ce délicieux moteur V12 de 6.5 litres est atmosphérique. Implanté à l’avant il dispose d’une ouverture de 65° et affiche la puissance impressionnante de 725 chevaux à 7 750 tr/m (oui…), qui passe sur les quatre roues. Ce V12 est couplé à une boîte de vitesses automatique à huit rapports, implantée à l’arrière. Celle-ci dispose d’un embrayage plus performant et rapide de 35 %, ce qui garantit des passages de rapport toujours plus rapides.

Ce moteur délivre pas moins de 716 Nm de couple à 6 250 tr/m et 80 % est disponible dès 2 100 tr/m. Un joli score pour un moteur atmosphérique. D’ailleurs, un important travail de conception a été réalisé, nécessitant le développement d’un nouveau système d’admission, de distribution et d’échappement. Les culasses ont quant à elles été reprises de la Ferrari 812 Competizione. On pourrait penser ce Ferrari Purosangue aux antipodes des préoccupations environnementales actuelles…

Mais la marque confie avoir ajusté les tolérances des coussinets de bielle dans le but d’alléger la consommation de ce joli monstre de 2 033 kg. La consommation officielle n’a cependant pas encore été révelée. Quant aux performances, elles sont impressionnantes avec le 0 à 100 km/h en 3,3 secondes et le 0 à 200 km/h en 10,6 secondes. Les essais sur circuit promettent d’être musclés ! La zone rouge ? Vous la trouverez à 8 250 tr/m.

Et c’est pas tout !

Le Ferrari Purosangue dispose de portes arrière à ouverture antagoniste. Cela signifie qu’elles s’ouvrent dans le sens inverse de celles de l’avant. Un choix esthétique qui permet aussi une meilleure accessibilité à bord des places arrière. Justement, ce bel intérieur fait la part belle au cuir. On retrouve un écosystème typique de la marque italienne. Sur le volant, il y a toujours le manettino, qui permet de switcher d’un mode de conduite à l’autre. Les compteurs sont affichés sur une dalle numérique de 10,25 pouces personnalisable. Le passager dispose lui aussi d’un écran de la même taille face à lui. Sans surprise, les traits intérieurs sont particulièrement élancés et dynamiques, tout en affichant un niveau de luxe assez fascinant. À l’arrière, on découvre ainsi deux élégants sièges baquets…

Enfin, si vous souhaitez vous offrir un Ferrari Purosangue, il faudra prévoir un budget conséquent : autour des 400 000 €. Une somme impressionnante qui s’explique par l’ingénierie, les choix opérés ou encore cette prestigieuse mécanique que l’on ne voit que très rarement au sein d’un SUV. C’est sûr : Ferrari a frappé fort. Très fort.

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page