PratiqueTransports en communVie quotidienne

Acheter et entretenir un bus, combien ça coûte vraiment ?

L’année dernière, on testait un bus. Plus précisément, un Heuliez GX317 de 1995. Autant dire que c’est le genre d’essai qui nous sort de notre zone de confort et cela fait plaisir ! J’en ai profité pour prendre quelques renseignements, auprès de son propriétaire Arsène, afin de vous parler un petit peu des coûts qui gravitent autour d’un bus. Si l’envie (très rationnelle bien sûr) vous prenait de vous offrir un bus pour vous promener le week-end, vous saurez ainsi à quoi vous en tenir ! Ces données peuvent fortement varier d’un modèle de véhicules d’autre. Il faut donc appréhender ces données comme un ordre d’idée générale.

Combien coûte un bus à l’achat ?

Cette question, elle est assez épineuse. Il faut savoir que les bus sont généralement réformés entre leur 12è et 20è années de service. Réorganisation du réseau, renouvellement du matériel roulant, choix de nouveaux carburants, changement de prestataires… Ce sont autant de raisons qui poussent certains bus à quitter leur réseau et prendre la voie de la réforme. Le destin de ces « vieux » bus est généralement assez funeste. Ils finissent dépouillés de pièces réutilisables et finissent ensuite broyés impitoyablement. Mais imaginons que vous cherchiez à acquérir l’un de ces bus… Combien cela pourrait-il vous coûter ?

Avant tout, il faut savoir qu’un vieux bus n’est pas nécessairement un bus en fin de vie… Certains sont encore particulièrement en forme, à l’image de celui que nous avions pu tester. Les moteurs sont généralement très solides et encaissent sans problème le million de kilomètres. Bien qu’il y ait des épaves, les réseaux sont généralement assez soigneux envers leur matériel roulant, qui demeure entretenu du début jusqu’à la fin. Dès lors, certains réseaux peuvent donner leur vieux bus, tandis que d’autres vont les vendre au prix de la ferraille ou bien avec une valeur un peu plus élevée si le véhicule est amené à connaître une nouvelle vie. Disons qu’en fonction du modèle, de son énergie, de son gabarit, le prix d’un bus d’occasion varie entre 0 et 10 000 €.

Combien coûte l’assurance d’un bus ?

Sans surprise, les exploitants de réseau de bus ont des assurances qui couvrent l’intégralité de la flotte. Il s’agit de contrats très spécifiques. Mais contrairement à une voiture, il faut savoir que les réseaux de bus font assez rarement appel à leur compagnie d’assurance… Puisqu’ils disposent généralement d’un atelier gérant notamment la partie carrosserie, les dommages sont corrigés en interne, ce qui évite de passer par l’assurance. Lorsqu’un accident survient avec une voiture, par exemple, la déclaration à l’assureur est nécessaire. Pour un particulier ou une association qui voudrait s’offrir un bus, il faut compter une moyenne de 60 € par mois avec quelques garanties. C’est donc très raisonnable. Pour ce prix, vous aurez une couverture au tiers avec éventuellement une ou deux autres options.

Avant d’acheter un bus, il faut impérativement avoir de bonnes bases en mécanique. Mais tout s’apprend…

Sachez aussi que le marché du bus est très spécifique et que si vous avez les bons contacts, vous pourrez sans trop de difficultés obtenir des pièces de remplacement auprès de réseaux qui ont exploité ce même type de véhicule. Si l’on prend l’exemple de l’Irisbus Citelis, plusieurs milliers d’exemplaires ont été mis en circulation et ils sont actuellement déjà en cours de réforme…

Combien coûte l’entretien d’un bus ?

Venons-en sur un point qui fâche. Un bus, ça nécessite d’être entretenu de manière régulière. C’est pour cela qu’il est conseillé d’avoir de sérieuses notions de mécanique avant de se lancer dans l’acquisition d’un bus. Si un professionnel peut se charger des différentes opérations de maintenance, le coût est nettement plus élevé que pour une voiture. Plus vous accomplirez d’opérations par vous-même, mieux ce sera. Parlons un petit peu du coût d’entretien en développant différents aspects.

  • Les pneumatiques : les bus ont généralement des pneus jumelés (doubles) à l’arrière. Pour un bus standard de 12 mètres, il y a donc 6 roues et pas moins de 10 roues pour un bus articulé de 18 mètres. La dimension moyenne, c’est 275/70 R22,5. Ces pneus de poids lourds coûtent généralement autour des 700 € l’unité. Dans certains cas, il est possible de rechapper les pneus, en retirant la bande de roulement pour en greffer une nouvelle. L’opération coûte entre 200 et 300 € par pneu et peut être exécutée jusqu’à deux fois, dans le meilleur des cas. Notons que certains réseaux sont locataires des pneus. Lorsqu’ils vous donnent ou vendent un bus, ils vous demanderont parfois de fournir vos propres pneus ou bien de les racheter au manufacturier ;
  • La vidange d’huile moteur : sur un bus, la capacité d’huile moteur est généralement de 25 litres. Il faut aussi prévoir que chaque filtre reçoit 2 litres supplémentaires… Quant au choix de l’huile, celle-ci est la même que pour les poids lourds, de type 10W30 ou 15W40. Des bidons de grande taille (20 litres) existent. La vidange est à réaliser idéalement tous les ans ;
  • La vidange d’huile de boîte : afin d’assurer pleinement sa fonction, la boîte de vitesses nécessite 10 à 15 litres d’huile. Celle-ci peut se conserver deux ans ;
  • La batterie : comptez environ 150 € l’unité… Et il y en a généralement deux sur un bus, qu’il convient de remplacer en simultanée ;
  • La vidange des ponts : et oui ! Le pont arrière doit également être vidangé tous les deux ans ou 80 000 kilomètres. Là encore, 10 litres d’huile sont à prévoir ;
  • Filtres : prévoyez aussi de remplacer régulièrement les filtres du bus ! Comptez environ 50 € pour un filtre à air (c’est très gros), 20 € pour le dessiccateur d’air (qui assèche l’air en sortie de compresseur), les filtres à air moteur à 40 € l’unité, les deux filtres à gasoil à 10 € l’unité ou encore le filtre de direction assisté qui lui, nécessitera seulement 6 €.
C’est gros un pneu de bus…

Cette liste n’est pas exhaustive puisque vous devrez aussi prévoir les différents liquides pour assurer les niveaux, des cartouches de graisse pour les différents points de pivots mais aussi prévoir un budget pour d’éventuelles corrections de carrosserie. De même, les pièces peuvent s’user prématurément et il est préférable de ne pas attendre qu’il soit trop tard. Les différentes courroies, billettes et autres tirants doivent être contrôlés de manière régulière. Ces quelques indications vous donnent une première idée du coût d’entretien d’un bus. Bien sûr, pour un usage occasionnel du véhicule, certains délais peuvent être espacés davantage.

Combien coûte le contrôle technique d’un bus ?

Sur une voiture, le contrôle technique doit être passé au moment du quatrième anniversaire. Ensuite, c’est tous les deux ans. Pour un bus, destiné à accueillir du public et à effectuer beaucoup de kilomètres à l’année, c’est tous les six mois qu’il faudra vous rendre dans un centre accueillant les poids-lourds. En fonction des établissements, il faudra prévoir un budget d’une centaine d’euros. Deux fois par an, donc. L’examen est assez exigeant puisque les équipements de sécurité sont pris en compte mais aussi l’électronique, les systèmes de porte, les commandes d’urgence, les afficheurs… Bref, c’est un examen complexe qui impose d’entretenir rigoureusement le véhicule.

C’est sans doute l’un de nos essais les plus mémorables !

Si vous souhaitez vous offrir un bus par plaisir et non pas dans le but d’accueillir du public à son bord, vous devrez tout de même vous plier au contrôle technique sans quoi vous seriez dans l’illégalité. Il faut donc anticiper cette dépense qui intervient deux fois chaque année.

Combien coûte le dépannage d’un bus ?

Imaginons maintenant que vous tombez en panne au volant de votre bus… C’est le genre de situation que personne ne souhaite arriver. La plupart des réseaux de bus dispose de leur propre dépanneuse afin de dépanner, en interne, les bus mal en point. Dans votre cas, vous n’avez qu’un seul bus… Et probablement pas de dépanneuse poids-lourd dans votre atelier. Dans ce cas, vous devrez vous tourner vers une société spécialisée dans le dépannage poids-lourd. En fonction de la distance à parcourir, il faudra alors prévoir plusieurs centaines d’euros… Tout l’intérêt est de bien connaître la mécanique et le fonctionnement du bus, afin de pouvoir dépanner, par vous-même, un maximum de choses sans intervention extérieure.

Le mot de la fin

Si vous achetez un bus, vous achèterez aussi et surtout un modèle poids lourd avec tout ce que cela implique en termes de coût. Nous avons pu voir que beaucoup de particuliers baissent malheureusement les bras en raison des coûts qui peuvent survenir s’ils n’ont pas les compétences. Mieux vaut donc prendre le temps d’étudier tout cela en amont afin de préparer au mieux ce « gros » achat. Plus qu’un bus, vous devrez aussi prendre plaisir à comprendre les différents mécanismes, ouvrir les tableaux pour en assimiler le fonctionnement, ouvrir les voussoirs pour parcourir les faisceaux et prendre le temps de parcourir tous les systèmes. Car une fois tout cela fait, vous pourrez profiter pleinement de votre bus ! Un grand merci à Arsène d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

Tout est surdimensionné sur un bus. Mieux vaut savoir ce que l’on fait (et cherche…)

Enfin, si vous voulez approfondir le sujet, je vous invite à regarder notre reportage effectué au réseau TUL de Laval. Je vous y présente les coulisses du plus grand réseau de bus mayennais !

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page