DécouvertesDSEt pourquoi pas

Et pourquoi pas… Une DS 1 ?

Lorsqu’elle a été présentée en 2020, la Citroën Ami a choqué, en raison d’un style particulier, coiffé par des pare-chocs bicéphales ! Pourtant, l’objet de mobilité de la marque aux chevrons connaît un franc succès. Au sein du groupe Stellantis, elle a notamment été reprise par Opel pour développer la Rocks-e. Après une version Buggy tirée à 50 exemplaires seulement, l’Ami semble prête à entrer dans la cour des grands. Imaginons maintenant si DS venait à intégrer cette voiture sans permis dans sa gamme… Simple fantasme ou cela pourrait-il être une possibilité dans le futur ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans ce nouveau numéro d’Et pourquoi pas.

Une DS 1, mais pourquoi faire ?

Si la Citroën Ami plaît autant, c’est aussi parce que la marque aux chevrons a joué d’un marketing génial, basé notamment sur l’auto-dérision. Le style de la Citroën Ami est assez intrigant. D’ailleurs, on devrait dire « un » Citroën Ami car la marque considère ce modèle comme un objet de mobilité… Et tout a été pensé en ce sens, notamment la distribution assurée au sein de magasins Darty ! Pensée à l’économie, l’Ami se caractérise par des boucliers avant et arrière interchangeables, mais aussi par des portes qui s’ouvrent dans le sens inverse l’une de l’autre, afin de standardiser la pièce. Vendue à partir de 7 790 €, l’Ami est en réalité une voiture sans permis électrique, qui culmine donc à 45 km/h. Elle est d’ailleurs la plus économique du segment…

Bon, venons-en maintenant à celle que j’ai appelé DS 1. La gamme DS est classifiée par des chiffres, qui définissent le positionnement. Plus ce chiffre est élevé, plus le modèle est imposant. À l’opposé de la routière DS 9, on trouve logiquement le modèle DS 1, qui pourrait prendre la forme d’une voiturette, calquée sur la Citroën Ami (et l’Opel Rocks-e donc). Au niveau du style de cette hypothétique DS 1, j’ai souhaité apporter un nouveau bouclier avant, qui ne serait donc plus similaire à celui de l’arrière. J’ai remplacé les optiques rondes au profit d’une interprétation simplifiée des DS Veil du nouveau DS 7. Cela suffit à noter un côté bien plus chic. On notera aussi un bouclier redessiné, l’apport de jantes alliage et une teinte de carrosserie inédite. Mais là encore, nous serions sur du plastique teinté masse.

Qu’apporterait-elle de plus que la Citroën Ami ?

Bien sûr, on peut légitimement se demander quel serait l’intérêt pour DS de proposer un tel modèle. Le coût de revient serait bien plus élevé que celui d’une Ami, tout en ayant des volumes de vente que l’on estime assez faible… Toutefois, le marché de la voiturette connaît un essor important ces dernières années, notamment auprès des urbains. Et même si cette DS 1 était vendue autour des 17 000 €, elle ne serait pas nécessairement plus onéreuse qu’une voiturette électrique de type Aixam E City Sport qui démarre à ce même prix…

Par rapport à l’Ami, on trouverait bien sûr quelques coquetteries, comme les jantes alliage, un habillage latéral ou des finitions plus choyées à bord. Toutefois, il faut conserver un certain minimalisme afin de maintenir un poids faible (- de 500 kg) afin de s’adapter à la législation tout en évitant d’entacher la petite autonomie de l’Ami, qui est annoncée pour 70 kilomètres. On le sait, le marché de la voiture sans permis est complexe. Faisons un parallèle avec Dacia. À la base, les Dacia (comme les voitures sans permis) avaient un côté rustique assumé. Au fil des années, la donne a changé. Les acheteurs sont plus exigeants. Ils apprécient les finitions plus soignées et veulent sortir de cette image low-cost. La DS 1 irait en ce sens. La question, c’est maintenant de savoir si un tel modèle serait compatible avec l’image premium de DS Automobiles. Et sur ce point, c’est compliqué…

Un habitacle amélioré… Mais pas chamboulé

Pour que l’étude de cette DS 1 soit viable, il faut aussi songer à l’intérieur. Là encore, la problématique du poids, propre aux voiturettes, restreint le champ d’action. On retrouverait massivement du plastique et quelques habillages plus travaillés par endroit, comme du cuir clair pour contraster et des touches de bordeaux, ce qui apporterait un côté plus chic. On pourrait aussi imaginer l’intégration d’un écran tactile, ce qui apporterait une vraie valeur ajoutée. Pour le reste, c’est donc du très basique et c’est probablement ce qui créerait une difficulté d’intégration dans la gamme.

La DS 1 serait un modèle basique, qui devrait faire l’impasse sur bon nombre d’équipement jugés indispensables aujourd’hui… Et que l’on trouverait au sein de certaines voiturettes. Il y a par exemple la climatisation manuelle ou les vitres électriques… En faisant l’impasse sur cela, la DS 1 manquerait de cohérence et limiterait son intérêt par rapport à une Ami. La conception largement simplifiée et standardisée de cette dernière est idéale pour un modèle low-cost mais elle ne permet pas une réelle montée en gamme. L’Opel Rocks-e est d’ailleurs très similaire à l’Ami, aussi bien dans son design extérieur qu’à l’intérieur.

Verra-t-on un jour une DS 1 ?

On ne peut pas exclure le fait qu’un jour, DS Automobiles tire son offre vers le bas, en s’ouvrant potentiellement sur un modèle 1. Toutefois, il y a bien peu de chances que cela soit une voiture sans permis calquée sur la Citroën Ami. La marque française ambitionne d’aller de l’avant, en définissant son propre style, en apportant une réflexion sur ce qu’est le premium et en essayant d’en casser les codes. Aussi audacieuse et intelligente que soit la base de la Citroën Ami, elle se plie assez mal à la volonté de DS. D’ailleurs, les marques premium qui s’essaient aux petites voitures se cassent assez souvent le nez…

Au même titre que l’intégralité des modèles imaginés par nos soins dans cette série Et pourquoi pas, cette DS 1 est et restera une simple illustration un peu argumentée. Puisqu’il n’y a pas encore de taxes, sur les rêves, on en profitera jusqu’au bout ! Si vous avez aimé cet épisode, je vous invite à en consulter d’autres ci-dessous !

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page