DaciaDiversEt pourquoi pasPhotomontages

Et pourquoi pas… Une Dacia Sandero 3 RS ?

Avec la troisième génération de Sandero, Dacia tente d’effacer son image de constructeur low cost. Profitant de la plateforme de la Renault Clio 5, la citadine franco-roumaine progresse à tous les niveaux. Si l’entrée de gamme conserve ses boucliers non peints, je me suis demandé à quoi pourrait ressembler une version sportive. La Dacia Sandero RS a existé au Brésil sur la génération précédente. Sauf que depuis l’année dernière, beaucoup de choses ont évolué et finalement, on se dit que cette version pourrait avoir du sens. Et voici pourquoi.

La fin de Renault Sport ? Oui…

Avant toute chose, notre série Et pourquoi pas vise à imaginer des véhicules qui n’existent pas sur le marché. À chaque fois, je vous propose une immersion par le biais d’une contextualisation et de quelques photomontages réalisés par mes soins. Luca Di Meo, directeur de Renault, a annoncé la disparition prochaine de la branche Renault Sport. Il faut bien reconnaître que l’abandon de la Clio 5 RS et la disparition dans quelques années de la Mégane 4 RS, ont précipité les choses. Les seuls modèles R.S. au catalogue sont en réalité des véhicules « R.S. Line ». C’est-à-dire qu’ils s’inspirent de l’univers Renault Sport… Mais sans la motorisation qui va avec. La volonté de la marque au losange, c’est d’abandonner Renault Sport au profit d’un développement plus large d’Alpine. Imaginons maintenant que l’apanage des « petites » sportives revienne à Dacia plutôt qu’à Renault et donc plus largement, à Alpine.

La Dacia Sandero 3 utilise la plateforme CMF-B, commune aux Renault Clio 5 et Captur 2. Celle-ci accueille donc, pour plus grosse motorisation, le 1.6 e-Tech Hybrid Plug-In allant jusqu’à 160 chevaux. Si sur le papier, la puissance est intéressante, il ne faut pas oublier que ce moteur est associé à une boîte de vitesse automatique assez lente et peu adaptée à une voiture sportive. On pourrait donc plus facilement imaginer une version gonflée du moteur thermique 1.3 TCe, qui délivre actuellement un maximum de 155 chevaux. Alpine proposera une gamme de véhicules thermiques et électriques qui visera sans doute une clientèle aisée. À l’inverse, on pourrait imaginer une gamme plus modeste et accessible, sur base Dacia. La marque franco-roumaine bénéficiera bientôt d’un bon bilan carbone puisqu’un modèle électrique est prévu (la Spring). Sur le segment prisé des petites sportives, un véhicule accessible pourrait séduire les amateurs de petites sportives, à petit prix et sans trop d’électronique. Et le tout, en ayant une base moderne. Séduisant sur le papier, non ?

À quoi ressemblerait la Dacia Sandero 3 RS ?

Si le blason « R.S. » venait à être utilisé, il est logique que Renault Sport travaillerait sur le projet… Ce qui est loin d’être gagné, j’en conviens. On pourrait donc assister à une reprise de quelques éléments déjà vus sur les modèles Renault Sport. Cela allègerait le coût de développement et donc le prix final, ce qui serait indispensable pour séduire. Il faudrait alors imaginer un look légèrement bodybuildé mais sans aller dans l’extravagance. Sur mes montages, j’ai opté pour un style assez musclé et statutaire, qui contraste un peu avec une certaine sobriété voulue par la marque. Avoir un style bien marqué permet d’être immédiatement reconnaissable et en terme d’image, c’est un aspect important. L’ajout de détails rouges est un grand classique, c’est presque cliché… Mais ça marche !

On note un bouclier directement inspiré de celui de la Renault Mégane 4 RS. Il a l’avantage de suivre les lignes d’origine de la Sandero 3 tout en renforçant l’aspect sportif. Il en découle un design agréable. Les feux de jour arborent une forme de « Y », qui constitue la nouvelle identité de la marque. Sans surprise, si un tel modèle sortait, nous n’aurions sans doute pas un comportement très radical. Le monde de la voiture sportive est déjà très mal et l’objectif serait clairement de séduire un maximum de personnes. Exit donc les suspensions trop raides, on serait davantage dans l’esprit d’une Volkswagen Golf GTI : quelque chose de dynamique mais pas de sportif. La finition en moins, bien sûr.

Quel serait l’accueil du public ?

Dacia est souvent perçue comme une marque ennuyante. Il est vrai que la gamme actuelle est particulièrement chiante, si on positionne son regard en tant que passionné de voitures. Pas de folie sous le capot, des châssis souvent dépassés, des ajustements bâclés… Malgré tout, l’image redore son image et la montée en gamme, coiffée d’une gamme sportive légère, pourrait changer le regard sur la marque. L’accueil des modèles sportifs est en général plutôt bon même si un grand nombre de relous viendront critiquer les sportives qui polluent, avec un gros malus. Mettons les choses au clair. Si l’on prend l’exemple de la Renault Clio 5 TCE 130, ses émissions de CO2 en cycle WLTP s’élèvent à 130 g/km. Sachant que le malus écologique débutera à partir de 133 g/km en 2021, il serait tout à fait possible d’avoir un petit malus… Cela serait de toute manière indispensable pour toucher le public.

Si vous désirez une citadine sportive en 2020, le choix est assez mince puisque la gamme s’épure d’années en années. La Dacia Sandero 3 RS pourrait donc évoluer assez sereinement, surtout si le prix n’excède pas les 20 000 €. L’intérieur devrait donc faire l’impasse sur les baquets surpiqués ou d’autres coquetteries propres à l’univers de la voiture sportive. La concurrence est notamment constituée de la Suzuki Swift Sport, de 130 chevaux, dont les prix débutent à 22 150 € ou encore la Ford Fiesta ST de 200 chevaux, affichée à partir de 26 750 €. La vraie question qui se pose… C’est de savoir si le client lambda d’une petite sportive serait prêt à mettre son égo de côté pour rouler en Dacia, aussi sportive soit-elle ? Pour ma part, je suis assez sceptique….

Cette Dacia Sandero R.S. verra-t-elle le jour ?

Sur le papier, Dacia a toutes les cartes en main pour se lancer : la Sandero est un best-seller, la plateforme est moderne, l’image progresserait… Mais à côté de cela, il y a peu de chances que le public cible laisse sa chance au produit. L’absence de petite sportive chez Renault pourrait ouvrir une opportunité chez Dacia… D’autant plus qu’avec un prix de vente concurrentiel, la Sandero RS serait pertinente… Elle pourrait maintenir un poids contenu, à environ 1 150 kg tout en disposant d’une puissance minimum de 155 chevaux qui pourrait sans doute être quelque peu amélioré.

Ces photomontages n’auront certainement aucune suite. Miser sur la voiture sportive, cela continue de faire plaisir aux passionnés, encore plus s’il y a un moteur thermique. Malheureusement, il faut se rendre à l’évidence : parier sur une voiture sportive thermique, c’est se tirer une balle dans le pied. Les parts de marché sont relativement faibles pour le coût de développement que pourrait avoir un tel projet. J’espère néanmoins me tromper et avoir le plaisir de découvrir, un matin, une Dacia Sandero 3 R.S. Pas vous ?

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page