ActualitéMaserati

Maserati Grecale : une recette un peu trop fade ?

Son style n’était plus vraiment une surprise mais il est désormais officiel : le Maserati Grecale entre en scène. Hiérarchiquement, il se positionne comme un modèle plus petit que le Levante, entrant en concurrence direct avec le Porsche Macan. L’objectif de ce nouveau SIV italien est clair : faire du chiffre. En le découvrant, on ne peut s’empêcher de souligner sa ressemblance presque extrême avec son grand frère. Pourtant, ce SUV a de sérieux arguments à faire valoir. Mieux encore, il ouvre une nouvelle page dans l’histoire de la marque… Est-ce vraiment une bonne nouvelle d’ailleurs ?

Un SUV pour plaire à tout le monde

Ces dernières années ont été particulièrement difficiles à aborder pour les fabricants de voitures haut de gamme. Chez Maserati, on a rapidement pris conscience de l’intérêt de développer une gamme de modèles plus familiaux. À l’historique Quattroporte s’est ajoutée la Ghibli. En 2016, la marque au trident a réussi l’exploit de dépasser le cap des 40 000 ventes annuelles ; un record. L’année suivante, c’est la dizaine suivante qui a été atteinte. Ces deux années fructueuses coïncident avec le lancement du Maserati Levante. Et oui, la marque a « osé » lancer un grand SUV, sorte de réponse au Porsche Cayenne. Seulement, l’effet s’est vite estompé puisque la tendance a été de produire des SUV un peu plus petits. La marque au trident a bien lancé la MC20 pour mettre tout le monde d’accord. Mais il s’agit d’un modèle de niche.

Il aura donc fallu attendre plutôt longtemps pour que Maserati rattrape son retard et dévoile enfin sa poule aux œufs d’or : le Grecale. Initialement, ce modèle aurait du être présenté il y a quelques mois. La pénurie des semi-conducteurs a nécessité de reporter quelque peu la présentation. Fondamentalement, ce modèle peut sembler inutile. Avec 4,85 mètres de long, il n’est que 16 centimètres plus court que le Levante. Pourtant, la marque italienne nourrit de fortes ambitions. Mais l’originalité n’est clairement pas le coup de maître de ce rival du Porsche Macan.

Maserati Grecale : du classique pour pas choquer ?

Dans le segment des SUV familiaux premium, la prise de risque est généralement très faible. Les constructeurs ont parfaitement conscience qu’un design consensuel est indispensable. Le Maserati Grecale est donc assez classique dans sa présentation. On découvre un avant qui s’inspire des codes stylistiques inaugurés sur la sportive Maserati MC20, avec un style moins statutaire mais plus sportif que sur le Levante. Un avant agréable et moderne, typique de la marque italienne. La calandre est bien étirée avec des optiques assez douces mais bien dessinées. Le profil n’est pas sans rappeler celui du Levante : l’inspiration est pleinement assumée. Pourtant, la base technique employée provient d’un autre constructeur automobile italien : celle de l’Alfa Romeo Stelvio, en l’occurrence la plateforme Giorgio.

On remarque aussi un empattement important, avec 2,90 mètres, qui favorisera sans nul doute l’habitabilité. Là encore, le style est élégant, avec toujours le trident chromé qui apparaît sur les montants C. À l’inverse, le design arrière est plus audacieux. Bien que l’on y retrouve tous les gimmicks propres aux SUV de ce segment, on découvre des feux superbement étirés qui se prolongent visuellement dans la descente de pare-choc. Un joli jonc chromé assure le lien entre ces optiques tandis que le sigle Maserati prend élégamment place. On notera aussi la présence d’un diffuseur assez massif. Là encore, les codes de la MC20 sont bien interprétés : ça en jette !

Un habitacle modernisé… Et plein d’écrans !

À bord du Maserati Grecale, on trouve une planche de bord très moderne dans sa présentation. On découvre pas moins de trois écrans qui captent directement l’attention. Il y a bien sûr les compteurs numériques, qui se sont imposés depuis quelques années déjà. On perçoit un écran tactile central de 12,8 pouces qui permettra de piloter le système multimédia MIA… Et un second, juste en dessous, de 8,3 pouces, qui se concentre sur les réglages de climatisation et de ventilation. Entre les deux, on trouve quatre boutons physiques, qui permettent de sélectionner le rapport de la boîte de vitesses… En effet, la marque au trident a fait l’impasse sur le traditionnel sélecteur. Ce sont désormais par ces quatre boutons que l’on pourra commander la boîte ZF à 8 rapports. Le « D » étant tout à droite, on se demande si l’ensemble est parfaitement ergonomique, ne serait-ce que pour les manœuvres…

D’ailleurs, vous noterez l’absence de poignées pour ouvrir les portes depuis l’intérieur. À l’avant comme à l’arrière, il faut presser un bouton pour pouvoir sortir du véhicule. Un choix surprenant mais déjà vu chez Lexus. Les illustrations de cet article concernent la version la plus aboutie Trofeo. Celle-ci gagne une présentation plus sportive et des touches de carbone. Malgré tout, j’ai un petit peu de mal à trouver mes repères dans cet habitacle certes élégant, mais tout de même assez chargé. Un paradoxe puisque les commandes physiques ont été réduites au minimum. Malgré tout, on retrouve un gimmick intemporel : la traditionnelle montre au centre de la planche de bord. Mais elle est désormais entièrement digitale. Tout fout le camp.

Jusqu’à 530 chevaux… Et une version électrique

Le Maserati Grecale sera proposé avec différentes motorisations, identifiées par leur puissance mais aussi par un nom qui leur est propre. Voici un récapitulatif des versions qui seront proposées. On notera que le modèle 100 % électrique, qui prend le nom de Folgore, aura une ligne similaire au Grecale, mais elle se démarquera notamment par la suppression de ses sorties d’échappement.

  • Maserati Grecale GT : moteur 4-cylindres essence de 300 chevaux avec hybridation légère (mHEV) ;
  • Maserati Grecale Modena : moteur 4-cylindres essence de 330 chevaux avec hybridation légère (mHEV) ;
  • Maserati Grecale Trofeo : moteur V6 essence biturbo de 530 chevaux ;
  • Maserati Folgore : version électrique prévue pour 2023 qui disposera d’une batterie de 105 kWh.

Mais plus que de simples motorisations, c’est véritablement une dotation et une présentation que vous achèterez. Cela explique notamment pourquoi l’écart de puissance est si faible entre les Grecale GT et Modena : le principal intérêt résidera dans la dotation. La version Trofeo réalisera le 0 à 100 km/h en 3,8 secondes seulement. Bien sûr, vous trouverez la transmission intégral de série.

Les Grecale Modena et Trofeo auront d’ailleurs un différentiel à glissement limité mécanique pour le Modena et électronique pour le Trofeo. Quant à la version électrique, elle répond à des contraintes environnementales et esquivera le malus… Elle permettra aussi de toucher un public nouveau. Et sur ce point, Maserati aura sans doute une petite avance sur Porsche ! Les livraisons débuteront dès cet été, sauf pour la version électrique prévue pour 2023. La dotation précise de chaque finition sera communiquée prochainement par la marque, tout comme le prix de vente d’ailleurs !

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

Articles similaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page