C'est à vendre !Découvertes

Ce Renault Espace de 2016 a dépassé les 500 000 kilomètres

Il faut bien le reconnaître, Renault a multiplié les échecs au début des années 2000. Ses moteurs 1.9 dCi 120 et 2.2 dCi 150 sont des modèles de non-fiabilité tandis que certains modèles, comme les Megane et Scenic 2 phase 1, les Espace 4 et Laguna 2 phase 1 cumulent les défauts de conception et les bugs électroniques. Il n’en fallait pas plus pour entretenir l’image d’une marque pas fiable. Cependant, n’en déplaise à certains, la marque au losange a largement redressé le niveau. Le Renault Espace de cinquième génération, datant de 2015, traine pourtant l’image d’un monospace lourd et mal construit. L’un d’eux est proposé à la vente… Et il totalise plus de 500 000 kilomètres au compteur. Et si on cassait les préjugés ?

Une gamme incohérente ?

Je vous épargne l’article pompeux « Nia nia nia l’Espace est fiable car celui-ci à 500 000 kilomètres« . Lorsqu’il fut présenté en 2014, la cinquième génération du monospace a séduit ceux qui trouvaient ringarde l’image du gros monospace familial. De l’autre, il y a ceux qui regrettent justement le classicisme des opus précédents. Il faut bien reconnaître que le style a évolué en profondeur, intégrant des codes de SUV par endroits mais faisant au passage le plein d’équipements. Beaucoup fustigeaient déjà les jantes 17 pouces de série, ignorant que trois ans plus tard, le Scenic serait monté en 20 pouces de série.

Bref, l’Espace V, c’est un petit peu comme le cassoulet William Saurin. C’est pas spécialement bon, mais ce n’est pas dégueulasse pour autant. Et le design de la boîte évolue de temps à autre pour apporter un petit peu de fantaisie. La gamme est relativement restreinte, se concentrant autour du diesel 1.6 dCi de 130 ou 160 chevaux, puis du 2.0 dCi de 160 ou 200 chevaux, qui pris la relève en 2018. Forcément, mon côté bagnolard m’orienterait vers le moteur essence, même si ce n’est pas forcément très rationnel au sein d’un véhicule aussi gros et lourd. Le 1.6 TCe de 200 chevaux a cédé sa place en 2017 par une version 1.8 TCe de 225 chevaux. Et pourquoi pas ?

L’Espace V : une voiture mal conçue ?

Cependant, même si j’aimerais vous dire que l’Espace V avait tout pour faire oublier le IV, ce n’est pas le cas. Les problèmes de jeunesse se sont succédé, entrainant des rappels à répétition plus ou moins importants qui ont, une fois de plus, terni l’image de la marque. Les clients critiquent notamment l’usure très rapide des pneus avant, le système R-Link et ses plantages à répétition, la mauvaise visibilité ou encore la fragilité de la mécanique.

Renault Espace V arrière

Contrairement aux deux précédents, ce Renault Espace 5 n’est disponible qu’en une seule carrosserie, proposant jusqu’à 7 places. Malgré des faiblesses, il propose un agrément de conduite satisfaisant avec un bon amortissement, les quatre roues directrices et une ligne plutôt élégante pour la catégorie. Toutefois, il existe une forte divergence entre les versions d’entrée de gamme (sans 4Control, suspension pilotée…) et celles, comme l’Initiale, qui jouent la carte du suréquipement. Toujours est-il que la marque française a récemment profité du contexte pour stopper l’agonie médiatique de l’Espace V.

500 000 kilomètres… Mais comment est-ce possible ?

Si le marché de l’occasion comprend de nombreux Renault Espace de cinquième génération, rares sont ceux à afficher fièrement 500 000 kilomètres au compteur ! L’annonce dont sont tirées les photos de cet article est consacrée à ce fameux grand monospace danois.

On y découvre que ce modèle, en finition Intens (troisième niveau), dispose du moteur 1.6 dCi de 160 chevaux. Malgré son demi-million de kilomètres, le modèle présente bien, ce qui appuie l’hypothèse d’un usage autoroutier. Rien de choquant lorsque l’on découvre que ce modèle date de juillet 2016, soit une belle moyenne de 125 000 kilomètres par an ou 10 400 par mois ! Malgré quelques traces d’usure dans l’habitacle, cet Espace montre bien qu’une voiture qui roule vieillit souvent mieux qu’une autre qui se contente d’un usage purement urbain.

Renault Espace V sellerie

Affiché à 8 900 € TTC, ce monospace situé au Danemark est vendu par un professionnel qui espère, probablement, réaliser une belle plus-value. Est-ce une bonne affaire ? Est-ce un achat risqué ? Chacun pourra en tirer sa propre conclusion. Nous n’avons d’ailleurs par d’informations en ce qui concerne l’entretien et potentiellement les problèmes déjà rencontrés. Preuve en est qu’avec 500 000 kilomètres, l’Espace V n’est peut-être pas, finalement, aussi mauvais que ce que l’on pense…

Publicité

Thomas Drouart

J'ai fondé PDLV à 13 ans, c'était il y a... Pas mal de temps déjà ! Ma passion pour l'automobile n'a fait que s'intensifier. Depuis, ce blog a prospéré et nous permet de vivre notre passion à 100%. Mon pêché mignon ? Les Fiat Panda 100HP, les Porsche 911 type G et les brochettes bœuf-fromage. Je m'intéresse à tout ce qui roule, même si mon allergie au diesel me rapproche bien souvent du pistolet vert.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page